Maroc : Les fondations du roi, selon un câble américain (Wikileaks)

LES FONDATIONS ROYALES ET LEUR RÔLE DANS LA POLITIQUE MAROCAINE

1. (C) SOMMAIRE: Les fondations royales du palais occupent une place unique dans le paysage politique marocain. Dirigés par un membre de la famille royale (souvent le roi), ils sont autonomes par rapport au gouvernement, ce qui leur permet une liberté d’action et de financement, mais ils ont la capacité de s’associer étroitement avec le gouvernement pour atteindre des objectifs particuliers. Les objectifs divers des neuf fondations royales vont de la fourniture de services aux enseignants et à la réinsertion des détenus dans la société, en passant par la construction d’infrastructures et la promotion du développement social dans le pays. Prises ensemble, les fondations répondent à des besoins cruciaux auxquels le gouvernement marocain (GOM) n’a pas la capacité de répondre seul. Cependant, des questions clés demeurent quant à la mesure dans laquelle le roi utilise les fondations comme de véritables organisations sociales, des outils politiques du palais ou quelque chose entre les deux. En tout état de cause, les fondations royales semblent être le principal moyen utilisé par le roi pour exécuter sa « politique de proximité » par laquelle il est perçu comme proche de la population. Ce message analyse la fonction, le financement et la politique de la plus importante des neuf fondations royales du Maroc. RÉSUMÉ FIN.

Le « Qui est qui? » des fondations royales

 2. (SBU) Les fondations royales du Maroc sont difficiles à définir de manière uniforme, si ce n’est qu’elles partagent la caractéristique d’être présidées par un membre de la famille royale. Il existe neuf fondations royales au Maroc:

-Fondation Mohammed V pour la solidarité
– Fondation Mohammed VI pour la promotion des œuvres sociales d’éducation

– Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger

– Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des prisonniers

– Mohammed Fondation VI pour la protection de l’environnement

– Fondation Hassan II pour anciens combattants et vétérans

– Fondation Hassan II pour personnes handicapées

– Fondation Lalla Asmaa pour les sourds

– Fondation Hassan II pour les œuvres sociales pour les agents du ministère de l’Intérieur .

3. (SBU) La Fondation Mohammed V pour la solidarité est de loin la plus grande et la plus importante des neuf en termes de budget et d’envergure publique. Il sert de « mère poule » à d’autres fondations, finançant souvent leurs activités. Après la Fondation Mohammed V pour la solidarité, les fondations axées sur l’éducation, les Marocains vivant à l’étranger, les prisonniers et l’environnement attirent le plus l’attention du public. Les autres ont un profil public beaucoup plus bas. Ce câble se concentre uniquement sur les fondations les plus importantes et sur les postes les mieux informés.

3. LEADERSHIP

4. (SBU) Chaque fondation royale est dirigée par un conseil d’administration présidé par un membre de la famille royale. Le roi Mohammed VI préside l’importante Fondation Mohammed V pour la solidarité ainsi que les fondations portant son nom qui se concentrent sur l’éducation et les prisonniers. La princesse Lalla Hasna, la soeur cadette du roi, préside la Fondation Mohammed VI pour l’environnement, tandis que la princesse Lalla Meryem, une soeur aînée du roi, préside la Fondation Hassan II pour les Marocains vivant à l’étranger. La composition du conseil d’administration est légèrement différente pour chaque fondation, mais chaque conseil comprend généralement des membres influents du monde des affaires ainsi que les chefs de ministères correspondant à leurs domaines d’activité. Par exemple, les dirigeants des entreprises nationales de l’électricité, de l’eau, des ports, des phosphates et de l’aluminium siègent au conseil d’administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement. La conseillère du roi pour les affaires sociales, Zoulikha Nasri, est par ailleurs présidente de la Fondation Mohammed V pour la solidarité et est membre du conseil d’administration de la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des prisonniers. Cette structure de leadership assure le contrôle quasi absolu de la famille royale sur ces fondements.

STRUCTURE LÉGALE

5. (SBU) Plusieurs fondations royales attribuent à un dahir ou à un décret royal leur existence et leur établissement officiel dans l’État. La Fondation Mohammed V pour la solidarité, la Fondation Mohammed VI pour la promotion des œuvres sociales d’éducation et la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger, par exemple, ont été créées par le dahir, charte légale demandée par le roi, adoptée par Parlement et converti en loi. Ces chartes précisent précisément la mission d’une fondation et les moyens par lesquels elle s’acquitte de cette mission. Cette charte légale permet aux fondations de pouvoir utiliser les matériaux et les actifs du gouvernement. Les ONG marocaines ne jouissent pas des mêmes relations juridiques avec l’État et la monarchie que ces trois fondations royales.

LE FINANCEMENT

6. (SBU) Les fondations royales peuvent solliciter et utiliser des fonds privés et publics. Certains, comme la Fondation Mohammed V pour la solidarité, comptent uniquement sur des fonds privés, collectés tout au long de l’année, mais principalement lors de la campagne de solidarité annuelle d’une semaine à travers le Maroc. En 2004, par exemple, la Fondation Mohammed V pour la solidarité avait collecté 208 millions de Dirhams (23 millions USD) au cours de la campagne de collecte de fonds, selon son rapport financier de 2004. La part du lion de ces dons privés provient des membres du conseil d’administration et du « comité de soutien permanent » de la fondation, qui comprend un groupe de dirigeants du secteur des affaires au Maroc. Bien que l’on ignore combien d’argent le palais apporte, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a dégagé un excédent de 370,9 millions de Dirhams (41,7 millions USD) au cours des cinq années écoulées entre 1999 et 2004 et a distribué 811,6 millions de Dirhams (91,2 millions USD). sur la même période, selon son rapport financier de 2004.

7. (SBU) Les plus petites fondations dépendent d’un financement mixte. La Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement est financée par des parrainages et des dons privés (Maroc Telecom, par exemple, a récemment parrainé l’un de ses projets d’embellissement de la ville) ainsi que par des contributions gouvernementales. Il en va de même pour la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des prisonniers, qui, selon la presse, a collecté 14,4 millions de Dirhams (1,6 million USD) en 2005, mais reçoit également des contributions de la Fondation Mohammed V pour la solidarité pour des projets spécifiques et de près. coopère avec le gouvernement. 8. (SBU) L’exception à cette structure de financement est la Fondation Mohammed VI pour la promotion des œuvres sociales d’éducation, qui reçoit la majeure partie de son argent sous forme de frais minimes (20 à 80 dirhams, soit 2 à 8 USD), facturés ses membres et une subvention annuelle de l’État égale à 2% du total des dépenses publiques consacrées aux salaires de l’éducation dans le pays. Bien que chaque fondation puisse disposer de sources de financement uniques, elles partagent toutes un engagement en faveur d’une utilisation responsable de leurs ressources. La plupart des fondations, y compris la Fondation Mohammed V pour la solidarité, sont auditées de manière indépendante par le cabinet américain KPMG, ce qui constitue une garantie contre la mauvaise gestion financière et un moyen pour le roi de montrer l’exemple de son engagement en faveur d’une gestion des ressources publiques exempte de corruption.

FONDATION MOHAMMED V POUR LA SOLIDARITÉ

9. (SBU) Selon ses documents constitutifs, la Fondation Mohammed V pour la solidarité, créée en 1999 par le roi Hassan II, est une « institution de service public agréée par l’État qui coopère avec d’autres partenaires sociaux pour lutter contre la pauvreté ». La fondation entreprend des initiatives organisées autour de trois grands piliers: action humanitaire, action sociale et développement durable. Les actions humanitaires récentes comprennent l’assistance à la région d’Al Hoceima, touchée par un tremblement de terre dévastateur en 2004, ainsi que la fourniture de nourriture et d’autres formes d’assistance aux pauvres pendant le Ramadan. Dans le cadre du pilier action sociale, la fondation a notamment construit des dortoirs pour étudiants, des services pour handicapés et des soins de santé étendus aux zones rurales. Dans le cadre du pilier développement durable, la fondation s’est associée à la société civile et au gouvernement pour développer les infrastructures de base (par exemple, l’eau potable), promouvoir l’alphabétisation des adultes et soutenir des projets générant des revenus durables. Ses actions suivent de près celles des ministères de la santé, du développement social, de la famille et de la solidarité. La fondation jouit d’une image publique très positive, en partie grâce aux fréquentes manifestations publiques impliquant le roi ainsi qu’à sa semaine annuelle de la solidarité nationale, qui s’est tenue fin octobre / début novembre.

FONDATION MOHAMMED VI POUR LA PROMOTION DE L’ÉDUCATION

10. (SBU) Selon son site Web (www.fm6-education.ma), la Fondation Mohammed VI pour la promotion des œuvres sociales d’éducation a été créée par le dahir en 2001 par « préoccupation pour la famille des enseignants du Maroc ». Le Parlement a approuvé sa charte en 2001 et en 2002, la fondation a lancé ses activités. La fondation fournit à ses membres une assurance médicale et des prêts hypothécaires à prix réduit. Il dispose également d’un fonds de pension et propose un programme de bourses compétitif pour les enfants des membres. En outre, la fondation offre des réductions pour les hôtels, les trains et le camping, ainsi que des aides pour les membres afin de compléter le Hadj. Les avantages sont limités aux seuls éducateurs et fonctionnaires impliqués dans l’éducation. La fondation travaille en étroite collaboration avec le gouvernement et incite fortement à une carrière dans l’éducation.

FONDATION MOHAMMED VI POUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

11. (SBU) Sous la direction de sa soeur, la princesse Lalla Hasna, qui a toujours œuvré pour des causes environnementales, le roi a créé la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement en 2001. Ses programmes sont axés sur des initiatives concernant les plages, embellissement de la ville et qualité de l’air. Il parraine des campagnes nationales pour maintenir les plages propres, les doter d’infrastructures adéquates et les faire certifier dans le cadre du programme international « drapeau bleu » de la Fédération pour l’éducation à l’environnement. La fondation soutient également un programme de « villes en fleurs » qui consiste à planter des jardins dans les grandes villes telles que Rabat et Marrakech. Ses programmes sur la qualité de l’air comprennent des initiatives visant à contrôler les émissions de gaz d’échappement et à introduire des gaz à combustion plus propre dans le pays. Les actions de la fondation suivent de près celles du ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche maritime.

FONDATION HASSAN II POUR LES MAROCAINS VIVANT A L’ETRANGER

12. (SBU) Fondée en 1990 par feu le roi Hassan II, la Fondation Hassan II pour les Marocains vivant à l’étranger propose sept programmes majeurs destinés à aider les Marocains vivant à l’étranger (MRE) à conserver leurs liens avec la « patrie ». La fondation: 1) analyse la communauté marocaine à l’étranger; 2) organise des cours de langue et une éducation religieuse à l’étranger, en particulier pendant le Ramadan; 3) fournit une assistance sociale (sous forme d’aide matérielle et d’information) aux MRE en cas de catastrophe; 4) informe les MRE des événements au Maroc et vise à promouvoir l’image publique des MRE dans les pays dans lesquels elles vivent (principalement la France et l’Espagne); 5) fournit une assistance juridique aux MRE; 6) coordonne et assure l’efficacité des efforts privés visant à répondre aux besoins des EMR; et 7) facilite les investissements en ERM au Maroc. Les activités de la fondation sont analogues à celles du ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération en charge des Marocains résidant à l’étranger. La fondation renforce également les liens culturels et sociaux, en encourageant de manière subtile les envois de fonds importants et le tourisme des ERM au Maroc (reftel).

FONDATION MOHAMMED VI POUR LA RÉINSERTION DES PRISONNIERS

13. (SBU) Le Roi Mohammed VI a créé la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des prisonniers en 2002. La fondation est plus petite que les autres fondations en termes de présence publique et de rayonnement. Sa philosophie est de « consolider la vocation réformatrice et pédagogique de l’établissement pénitentiaire en faisant des prisons un espace de réinsertion social et humain », comme l’a déclaré le Roi à l’occasion de la création de la fondation. Le premier objectif est de créer des centres de formation professionnelle dans les prisons afin de développer des compétences facilement utilisables après la libération du prisonnier. Depuis sa création, ces centres ont formé quelque 5 130 détenus, en particulier des détenus plus jeunes, selon des informations parues dans la presse. La deuxième priorité de la fondation est d’améliorer les conditions dans les 56 prisons du pays. Enfin, la fondation s’efforce de changer la perception négative du public à l’égard des détenus afin d’atténuer les obstacles à leur réinsertion complète après leur libération. La fondation parraine à cet effet une semaine de sensibilisation nationale à la fin du mois de mai. Les activités de la fondation reflètent à bien des égards celles des ministères de la justice et du développement social.

QUELQUE PART ENTRE LES ONG ET LE GOUVERNEMENT

14. (SBU) Ni une ONG ni une branche du gouvernement, les fondations ont une relation unique avec le GOM, mais elles conservent toutes un degré d’indépendance élevé. La Fondation Mohammed VI pour la promotion des œuvres sociales d’éducation collabore peut-être plus étroitement avec le gouvernement, travaillant directement avec les divers ministères responsables de l’éducation au Maroc pour offrir des avantages supplémentaires aux enseignants. Sur les neuf fondations, elle semble également avoir les liens de financement les plus étroits avec le gouvernement, lien renforcé par le lien vers le site Web de la fondation à partir du site Web du GOM. D’autres fondations semblent maintenir une distance saine entre elles et le gouvernement.

15. (SBU) Néanmoins, toutes les fondations travaillent en partenariat avec les ministères pour mener à bien leurs activités. La Fondation Mohammed V pour la solidarité, par exemple, collabore avec le ministère des Habous et des Affaires islamiques afin de fournir aux pauvres des repas pendant le Ramadan. La Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des prisonniers a coopéré en 2004 avec le secrétaire d’État chargé de la Formation professionnelle au ministère de la Justice et avec le Bureau de la formation professionnelle et de la promotion de l’emploi à la construction d’un centre de formation professionnelle pour femmes détenues, à Ain Sebaa, articles de presse. Les fondations semblent jouir du luxe de l’indépendance tout en bénéficiant des partenariats nécessaires avec les agences gouvernementales pour atteindre leurs objectifs.

16. (SBU) Les neuf fondations travaillent également avec des ONG à travers le Maroc, non pas en tant que substitut mais plutôt en tant que compagnon et facilitateur d’organisations de la société civile. La Fondation Mohammed V pour la solidarité en particulier a fait de la collaboration et du soutien des ONG une priorité. Depuis sa création, il a soutenu plus de 500 associations à travers le Maroc par le biais d’une assistance financière ou de dons en nature. Le roi Mohammed est toutefois prudent de ne pas laisser ses fondations royales devenir le seul acteur social au Maroc. Comme il l’a déclaré dans son discours de la Semaine de la solidarité nationale en 2000, « Lorsque nous avons créé la (Fondation Mohammed V pour la solidarité) … notre objectif n’était pas de créer une structure alternative pour remplacer les différentes organisations de l’État ou les institutions publiques sécurité sociale ou pour rivaliser avec d’autres acteurs sociaux. Notre direction efficace de la (fondation) ne la distingue pas des autres structures qui agissent dans la société civile. « 

 COMMENTAIRE

17. (C) Le roi Mohammed VI est pleinement conscient du fait que lui et son gouvernement subissent d’intenses pressions pour satisfaire les besoins sociaux et économiques grandissants de la population croissante du Maroc, comme le prouve l’introduction par le roi de l’Initiative nationale pour le développement humain. Les fondations royales dotent le roi d’un outil pratique et bien financé, extérieur au gouvernement, lui permettant de fournir des services essentiels et d’autres formes de secours à ses citoyens. En finançant des ONG, en lançant des projets d’assistance aux personnes négligées et en s’attaquant aux nombreux problèmes sociaux du pays, les fondations renforcent le prestige du roi et attirent l’attention et les financements publics et privés là où ils sont le plus nécessaires. La presse universellement positive générée par l’implication visible du roi dans le travail des fondations contribue à atténuer les pressions politiques exercées sur le roi et à détourner l’attention négative du palais vers le gouvernement marocain, que beaucoup considèrent comme inefficace. Ainsi, les fondations royales constituent le principal moyen dont dispose le roi pour mener à bien sa « politique de proximité », grâce à laquelle il est perçu comme étant proche et à l’écoute des besoins de son peuple.

FIN DE COMMENTAIRE.

RILEY

Source : Wikileaks

Tags : Maroc, fondations royales,