Algérie : Le Hirak ne lâche pas

Le mouvement populaire poursuit son chemin, en maintenant intact ses revendications. Hier, c’était le 40e vendredi de protestations. Un vendredi de manifestations similaire à tous ceux qui l’ont précédé, depuis le 22 février dernier.

Cela fait exactement neuf mois, que des Algériens battent le pavé pour réclamer le changement radical et le départ de tous les symboles de l’ancien régime, incarné l’ancien président Abdelaziz Bouteflika.

Les manifestations d’hier, qui ont vu des dizaines de milliers d’Algériens investir les boulevards et les rues de la capitale, Alger, et plusieurs autres villes du pays, ont de nouveau, et à l’unisson, dit non aux élections présidentielles du 12 décembre prochain.

Les slogans rejetant le prochain scrutin ont été scandés par les foules de manifestants. “Makanach intikahabat maa el Issabaat” (pas d ‘élections avec les gangs) a, comme de coutume, été le slogan le plus scandé par les manifestants qui ont réitéré leur détermination à ne pas aller voter le 12 décembre. Des candidats à cette élection ont, par ailleurs, été la cible de railleries, de la part de manifestants qui n’ont pas pour autant oublié les détenus.

Brandissant les portraits de ces derniers, ils ont demandé leur libération immédiate. A Alger, les manifestants, très nombreux, ont convergé vers la Grande Poste et la Place Audin, qui étaient noires de monde, au milieu de l’après-midi. Et comme d’habitude, il y’avait une forte présence policière au centre de la capitale.

A Oran, c’est de la place du 1er Novembre que s’est ébranlée la marche qui a vu une forte présence de citoyens. Un grand rassemblement a été tenu, à la fin de la manifestation, devant le siège de la wilaya. Les manifestants ont scandé divers slogans : « Non aux élections du 12 décembre », « contre les emprisonnements de militants pacifiques » et « pour l’instauration d’une République démocratique et le respect d’un Etat de droit et des libertés garanties par la Constitution ».

A Tizi-Ouzou, des dizaines de milliers de manifestants ont rejeté les élections, en déployant un immense Drapeau national . Pour la première fois, un hélicoptère a survolé la ville durant la manifestation.

Le Midi Libre, 23 nov 2019

Tags : Algérie, élections, présidentielles, Hirak,