Trafic de drogue, violence et politique dans le nord du Mali (rapport)

Les conflits entre trafiquants de drogue dans le nord du Mali génèrent des niveaux de violence sans précédent dans la région et entravent la mise en œuvre des accords de paix inter-maliens de 2015. Éradiquer totalement le problème est irréaliste à court terme, mais le Mali et ses partenaires devraient œuvrer à la démilitarisation du trafic de drogue.

Que ce passe-t-il? Le trafic de drogue dans le nord du Mali génère un niveau de violence sans précédent dans la sous-région; de nombreux groupes armés du nord dépendent du commerce de la drogue pour financer leurs opérations, répondre aux besoins logistiques et acquérir des armes et des véhicules.

Pourquoi est-ce important? Les rivalités des trafiquants de drogue entravent la mise en œuvre de l’accord de paix inter-malien de 2015 et contribuent aux conflits entre les groupes qui ont signé cet accord. Les interceptions violentes alimentent la protection militarisée des convois de drogue qui à son tour retarde le désarmement.

Qu’est-ce qui devrait être fait? En finir avec le trafic de drogue est irréaliste à court terme. Au lieu de cela, le Mali et ses partenaires devraient renforcer les mécanismes de contrôle, allant du dialogue local aux sanctions, afin que les parties prenantes puissent se mettre d’accord sur la manière de démilitariser le trafic de drogue dans le nord du Mali.

Résumé

Le trafic de drogue dans le nord du Mali génère un niveau de violence sans précédent dans la sous-région. L’incapacité de l’État malien à maîtriser la zone a engendré des conflits particulièrement violents entre les trafiquants. Les armes en circulation après les rébellions des deux dernières décennies ont exacerbé la militarisation progressive des réseaux de trafiquants, dont les rivalités alimentent les tensions politiques et intercommunautaires. La contrebande de stupéfiants n’est pas seulement un moyen par lequel les groupes armés gagnent des fonds, mais une source de conflit en soi. Jusqu’ici, les politiques contre le trafic de drogue se sont révélées inefficaces; en effet, il est irréaliste de s’attendre à ce que le problème soit éradiqué de sitôt. Mais les autorités maliennes et leurs partenaires internationaux pourraient prendre des mesures pour au moins démilitariser la traite et réduire la violence. Ceux-ci incluent le soutien de pactes de stabilité régionaux qui réglementent de manière informelle la contrebande, le redoublement des efforts pour débarrasser tous les groupes armés ayant signé l’accord de paix de 2015, y compris ceux qui travaillent avec des trafiquants, d’armes lourdes et l’application de mesures coercitives (notamment des sanctions ciblées) à ceux qui refusent de désarmer .

L’afflux de drogues dans le nord du Mali (haschisch dans les années 1990, cocaïne dans les années 2000) a bouleversé l’économie locale. Initialement monopolisé par les tribus arabes, les énormes profits générés par le trafic de drogue ont attiré, depuis le milieu des années 2000, la participation d’autres groupes. La concurrence qui en résulte – et l’afflux d’armes à travers le Sahel – a militarisé la contrebande, les trafiquants utilisant des armes lourdes et des milices pour protéger ou intercepter les convois. L’argent de la drogue a provoqué des conflits entre les communautés et bouleversé les hiérarchies traditionnelles. Les conflits dégénèrent en querelles prolongées parce que les groupes criminels font de plus en plus appel à leurs communautés. Pendant des années, l’État malien, incapable d’empêcher ou de réglementer la traite des êtres humains, a soutenu certains groupes armés contre d’autres, les responsables cherchant à obtenir des ressources et à les empêcher de tomber entre les mains des rebelles – bien que le gouvernement l’ait démenti.

 Les rivalités entre réseaux de trafic provoquent parfois des affrontements entre groupes armés que ces groupes préféreraient éviter.

La crise malienne de 2012 a aggravé une situation qui se détériorait déjà depuis une décennie. Après la déroute des forces étatiques du nord, les trafiquants se sont adaptés et ont resserré leurs liens avec les divers groupes armés de la région, y compris parfois des djihadistes (même si le lien entre le djihadisme et le trafic de drogue au Sahel tend à être surestimé). Les principaux trafiquants entretiennent des relations avec les autorités maliennes – ce que ces dernières nient – et les groupes politiques et militaires dans le nord; en effet, souvent, des réseaux de trafiquants sont enchâssés dans ou chevauchent ces groupes, qui dépendent eux-mêmes de la traite pour financer leurs opérations et acheter des armes. Cela dit, les liens entre les groupes armés et les trafiquants ne sont pas sans problèmes: ils ne partagent pas toujours les mêmes intérêts. Les rivalités entre réseaux de trafic provoquent parfois des affrontements entre groupes armés que ces groupes préféreraient éviter.

Le trafic de drogue est resté un problème secondaire lors des discussions inter-maliennes visant à mettre fin à la crise et qui ont eu lieu d’abord à Ouagadougou en 2013, puis à Alger en 2014 et 2015. Bien que discuté en coulisse, le sujet était pratiquement absent de l’accord de paix de juin 2015.

D’autre part, des accords locaux ultérieurs connus sous les noms d’Anéfis 1 (octobre 2015) et Anéfis 2 (octobre 2017) ont cherché à réglementer le trafic. Ils ont notamment inclus des personnalités influentes impliquées dans le trafic et, en maintenant les itinéraires ouverts à tous les transits, ont tenté de réduire la concurrence armée et les vols sur ces itinéraires et d’empêcher la rivalité entre trafiquants de dégénérer en affrontements entre les groupes armés ayant signé l’accord de paix. Les acteurs internationaux, naturellement réticents à engager des discussions ouvertes sur la réglementation de la traite, considèrent jusqu’ici ces efforts avec circonspection.

Les actions de lutte contre le trafic de drogue dans le nord du Mali restent limitées et inefficaces. Les décideurs nationaux et internationaux reconnaissent la nécessité de lutter contre le trafic de drogue. Mais beaucoup évitent d’assumer leurs responsabilités, invoquant la raison (souvent valable) pour laquelle le problème leur échappe. Sur le terrain, la lutte contre la traite apparaît moins prioritaire pour les acteurs internationaux que la mise en œuvre de l’accord de paix, la conduite d’opérations de lutte contre le terrorisme et la lutte contre le trafic clandestin de personnes. Leur réticence à agir contre les trafiquants peut également s’expliquer par la complexité des réseaux impliqués et par la crainte de perturber les intérêts commerciaux, ce qui pourrait atteindre les instances supérieures des gouvernements régionaux. En outre, pour les soldats de la paix des Nations Unies déjà attaqués par des djihadistes, un nouveau combat présenterait un danger supplémentaire, en particulier du fait de la participation de nombreux groupes armés à la traite.

La lutte mondiale contre le trafic de drogue a connu peu de succès. Pour être efficaces, les mesures doivent être globales, coordonnées et convenues entre les pays de production, de transit et de consommation, dont les intérêts sont souvent contradictoires. Pendant ce temps, le Mali, à l’instar d’autres pays de transit exposés à une concurrence violente autour de la traite, a besoin d’une stratégie basée sur ses propres besoins et élaborée en tenant compte du contexte régional. Ses efforts devraient viser à réduire les conséquences les plus déstabilisantes du trafic de drogue. Le gouvernement malien et ses partenaires étrangers devraient chercher à démilitariser au mieux la traite dans le nord du Mali afin de réduire les effusions de sang et de faciliter la mise en œuvre de l’accord de paix. Ils devraient prioriser trois stratégies interdépendantes:

  • Encourager les accords de sécurité locaux tels que les accords Anéfis, qui complètent le processus de paix inter-malien; reproduire de tels accords ailleurs dans le nord; et, sans tolérer la traite, autoriser ces accords à inclure les personnes impliquées dans l’établissement de pactes de non-agression autour d’itinéraires de transit et veiller à ce que toute lutte contre la traite ne dégénère en affrontements entre les principaux groupes armés du nord ayant signé l’accord de paix de 2015.
  • Utiliser les mécanismes de sécurité mis en place par l’accord de paix, notamment la Commission technique de sécurité (CTS) mise en place pour aider à faire respecter l’accord, qui regroupe désormais les forces onusiennes et françaises, afin de réduire la circulation des armes lourdes et de réglementer la circulation des véhicules utilisés pour transporter ces armes par tous les groupes armés signataires – y compris ceux liés aux trafiquants – dans le nord. La CTS prévoit déjà un mécanisme permettant aux Casques bleus et aux forces françaises de surveiller de tels convois. l’intensification de ces efforts pourrait accélérer le désarmement et donc la démilitarisation de la traite.
  • Adopter des mesures coercitives, notamment des sanctions ciblées et la confiscation des armes lourdes, afin de mettre un frein aux activités des trafiquants de drogue les plus violents, qui continuent d’employer les ressources militaires des groupes signataires. Le Conseil de sécurité, sur la base des conclusions de son groupe d’experts, peut déjà sanctionner les personnes qui violent l’accord de paix de 2015, tandis que la commission de sécurité créée au Mali par cet accord peut également confisquer les armes lourdes des convois militaires non autorisés des groupes signataires; ces mandats pourraient constituer des motifs suffisants pour poursuivre ceux qui refusent de se démilitariser.

Dakar/Brussels, 13 December 2018

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.