L’accord de pêche avec le Maroc a « un long chemin devant lui » (Eurodéputée)

L’eurodéputée socialiste Clara Aguilera a déclaré aujourd’hui à EFE qu’il reste encore beaucoup à faire pour que l’accord de pêche UE-Maroc soit approuvé par le Parlement européen lors d’un vote qui devrait avoir lieu en février prochain.

L’ancienne conseillère andalouse pour l’agriculture et la pêche a également fait valoir que la procédure en cours pour l’approbation de l’accord « n’est pas une route de roses, pas du tout », car il y a « de nombreux membres » qui pensent que l’accord signé en juillet dernier entre l’Union européenne et le Maroc ne respecte pas les critères établis par la Cour européenne de justice (CEJ).

Suite à cet arrêt, la Commission européenne et le Maroc, après trois mois de négociations, ont paraphé un nouvel accord, en attente de ratification par le Parlement européen, qui prévoit que la flotte européenne pourra pêcher du Cap Spartel – sur la côte atlantique à quelques kilomètres de la ville septentrionale de Tanger – au Cap Blanc, aux frontières avec la Mauritanie.

Clara Aguilera a fait remarquer qu’il n’est pas clair que le Parlement européen approuvera ce nouveau protocole.

« Nous verrons ce qui reste », a-t-elle souligné après avoir souligné que les différents groupes politiques espagnols s’efforcent de parvenir à cet accord.

M. Aguilera a expliqué qu’en plus de l’importance de l’accord avec le Maroc pour la région, l’UE travaille actuellement sur le plan de réglementation de la pêche dans l’Atlantique et la Méditerranée.

Cette visite vise à promouvoir la sensibilité pour recueillir les singularités de la flotte artisanale qui « a besoin de soutien » par opposition à la flotte industrielle.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.