Maroc : Le nouveau lion du Rif, Nasser le rebelle au Parlement européen

Maroc. Zefzafi parmi les candidats au prix Sakharov. Chef du mouvement Hirak, condamné par Rabat à 20 ans, selon le récit de ses parents. Des manifestations populaires ont débuté en 2016 contre le gouvernement marocain et l’injustice sociale.

Ils vivent proches les uns des autres et écoutent la traduction en arabe des discours d’ouverture du séminaire du prix Sakharov. Ahmed et Zolikha sont les parents de Nasser Zefzafi et ils se trouvent à Strasbourg sous son nom: le finaliste du prix du Parlement européen pour la liberté d’expression purge une peine de vingt ans dans une prison marocaine à sécurité maximale, à Casablanca.

« Nasser est en prison depuis mai 2017 – dit Ahmed une fois sur scène – ils sont arrivés un jour à la maison pour le prendre, un déploiement massif de forces. Comment penser à une telle opération pour arrêter un civil?  » Les manifestations dont il parle sont celles qui ont débuté en octobre 2016 dans la région marocaine du Rif, qui a toujours été à la fois rebelle et marginalisée.

C’est ici que dans les premières décennies du siècle dernier, Mohammed bin Abdelkarim al-Qattani, « le lion du Rif », a lancé une résistance armée contre la colonisation espagnole et française. Jusqu’à déclarer la naissance de la République libre du Rif, en 1921. Elle durera jusqu’en 1926, année où le pouvoir militaire des colonisateurs aura plié le Rifain.

Cette résistance coule de génération en génération dans le sang de la famille Zefzafi: « Mon grand-père était ministre de l’Intérieur de la République du Rif, sous Abdelkarim – nous raconte Ahmed Zefzafi après la cérémonie de remise des prix – et mon père et son oncle faisaient partie de son entourage, au Caire » . Sa femme le suit des yeux. Ils semblent très fiers du fils, symbole de l’histoire du Rif: une vie de militant, de gauche, au chômage depuis des années dans une région où Rabat n’investit que dans la « sécurité » et la répression.

Un homme pauvre, qui n’a pas terminé ses études, « mais riche à l’intérieur, une personne capable de mobiliser les autres: avec un téléphone portable, il a amené des centaines de milliers de personnes dans les rues après la mort de Mouhcine Fikri ». Mouhcine était un marchand ambulant de rue à Hoceima. Il a été tué dans un camion poubelle il y a deux ans: il a tenté de récupérer le poisson que la police avait confisqué et jeté. Un autre symbole de l’oppression du gouvernement central dans une région à majorité berbère, où les gens vivent de la pêche et de la culture du haschich.

Un mouvement populaire était né, Hirak, et Nasser en devint rapidement le chef. Jusqu’à son arrestation, en mai 2017, accusé d’avoir mis en péril la sécurité de l’État et d’avoir offensé le roi. 53 autres militants ont été condamnés avec lui, dans un total de 260 ans de prison. « Pas même sous Francisco Franco », a commenté le père Ahmed lors de la condamnation à la fin du mois de juin.
« Avec l’arrestation, poursuit-il, la manifestation ne s’est pas arrêtée. Al-Hoceima est complètement encerclé par les forces de sécurité pour la militarisation de la région. Nous lui posons des questions sur la vie en prison de son fils: «Il se trouve dans la prison à sécurité maximale de Casablanca, à 620 km de Hoceima. Nous le voyons tous les mercredis pendant deux heures. Au début, il a été torturé physiquement et psychologiquement. Maintenant, il va bien et le moral est bon, même s’il souffre beaucoup: il est détenu dans une petite cellule, dans de très mauvaises conditions « .

Le moral est élevé, dit Ahmed, car il a raison. Parce qu’il lutte contre l’injustice et les inégalités, la hogra, comme on dit dans le Rif: « Il n’est pas surprenant de voir naître un mouvement populaire comme le Hirak dans le Rif car depuis 1956, depuis son annexion au Royaume du Maroc, c’est une région totalement marginalisée, militarisée. La mort de Fikri a été un tournant décisif pour l’explosion spontanée de la révolte. Nasser a commencé à discuter avec les autorités locales et est naturellement devenu le leader de la manifestation, un mouvement destiné à vivre « .

Ahmed et Zolikha regardent autour d’eux. Etrange de se retrouver ici, au cœur des institutions européennes, pour un prix hautement politique. Pourtant, l’Europe qui appelle à la libération de Nasser est la même que celle qui traite avec Rabat pour en faire un autre partenaire contre les flux migratoires africains. Externalisation des frontières qui, au Maroc, ramènerait le Rif au centre: c’est à partir de là que des milliers de Subsahariens tentent de se rendre en Espagne.

Une contradiction? « Il n’y a nulle part une démocratie parfaite, nous dit Ahmed Zefzafi – la liberté absolue n’existe dans aucun pays du monde. Mais il y a des intérêts et l’UE a des intérêts au Maroc. Malgré cela, Nasser est l’un des finalistes du prix Sakharov. Il y a une différence entre le vainqueur, Oleg Sentsov, et Nasser: mon fils a organisé une grande manifestation avec très peu de véhicules, a mobilisé 200.000 femmes et 300.000 hommes en cinq minutes, par téléphone. Il a construit un mouvement populaire, le Hirak, puissant et présent malgré la militarisation. Je pense que c’est ce résultat qui est politique qui est arrivé en finale ».

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.