Khashoggi: La CIA et les Saoudiens craignaient-ils que le journaliste révèle des secrets sur le 11 septembre?

Les informations parues dans les médias américains et selon lesquelles les services de renseignements américains ont été informées que des responsables saoudiens envisageaient de capturer Khashoggi avant sa disparition apparente au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul la semaine dernière ont été encore plus intrigantes. Si les Américains savaient que la vie du journaliste était en danger, pourquoi ne l’avaient-ils pas averti?

Jamal Khashoggi (59 ans) était devenu un voleur du point de vue de l’élite saoudienne. Ancien rédacteur en chef des médias saoudiens et conseiller à la cour royale, il était en contact étroit avec les affaires de la Chambre des Saoudiens. Un commentateur énigmatique a déclaré: « Il savait où tous les corps avaient été enterrés ».

Au cours de la dernière année, Khashoggi s’est exilé de lui-même et s’est établi aux États-Unis, où il a commencé à être chroniqueur pour le Washington Post.

Les articles de Khashoggi semblaient prendre un ton de plus en plus critique contre l’héritier du trône saoudien, le prince héréditaire Mohammed bin Salman. Le prince de l’hérédité, dit Mbs, est en fait le chef du royaume riche en pétrole, à la place du vieux père, le roi Salman.

Alors que les médias occidentaux et divers dirigeants, tels que les présidents Trump et Macron, ont été persuadés par Mbs de le qualifier de « réformateur », Khashoggi a ruiné cet effort de relations publiques saoudiennes en critiquant la guerre au Yémen, le blocus du Qatar et la répression des critiques de la maison des Saoudiens.

Cependant, ce qui inquiétait vraiment la royauté saoudienne était ce que Khashoggi savait sur les problèmes les plus obscurs et les plus sales. Et non seulement les Saoudiens, mais aussi les acteurs de «l’Etat profond» américain de Degku.

Dans le passé, il a aidé le prince Turki à rejoindre Faisal dans les relations avec les médias. Turki est une éminence grise du renseignement saoudien, qui entretient des relations systématiques avec ses homologues américains et britanniques. Le père du prince Turki, Faisal, était auparavant roi d’Arabie saoudite jusqu’à son assassinat en 1975 par une famille rivale. Faisal était un demi-frère du roi actuel, Salman. Le prince Turki est donc un cousin du prince héritier – bien qu’à 73 ans, il ait plus de deux fois son âge.

Pendant près de 23 ans, de 1977 à 2001, le prince Turki a dirigé Mukhabarat, l’appareil de renseignement de l’État saoudien. Il a joué un rôle clé dans l’organisation saoudienne, américaine et britannique des combattants moudjahiddines en Afghanistan pour combattre les forces soviétiques. Ces militants en Afghanistan ont ensuite évolué au sein du réseau terroriste Al-Qaïda, qui a servi de casus belli dans diverses guerres par procuration menées par les États-Unis au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Asie centrale, jusqu’à la cour russe du Caucase.

Dix jours avant les attentats terroristes du 11 septembre à New York, où environ 3000 Américains ont trouvé la mort, le prince Turki a quitté son poste de chef des services de renseignement saoudiens. C’était un départ soudain, bien avant l’expiration de son mandat.

Auparavant, les médias américains avaient spéculé sur le fait que cette importante personnalité saoudienne savait d’avance que quelque chose d’important se passerait le 11 septembre. Au moins 15 des 19 Arabes qui auraient détourné trois avions commerciaux ce jour-là étaient des citoyens saoudiens.

Le prince Turki a ensuite été désigné dans le cadre d’un procès intenté en 2002 par les familles des victimes du 11 septembre. Il y a peu de raisons de penser qu’il a été impliqué intentionnellement dans l’organisation du complot terroriste. Les commentaires publics ont indiqué par la suite que le prince Turki était horrifié par les atrocités. Mais la question est la suivante: s’il était au courant de l’incident et alertait les services de renseignement américains, pourquoi les États-Unis n’ont-ils pas pris des mesures pour y mettre fin?

Les informations parues dans les médias américains et selon lesquelles les services de renseignements américains ont été informées que des responsables saoudiens envisageaient de capturer Khashoggi avant sa disparition apparente au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul la semaine dernière ont été encore plus intrigantes. Si les Américains savaient que la vie du journaliste était en danger, pourquoi ne l’avaient-ils pas averti?

Jamal Khashoggi était depuis longtemps un conseiller médiatique de confiance auprès du prince Turki, avant que ce dernier ne démissionne de ses fonctions publiques en 2007. Après le 11 septembre, Turki était l’ambassadeur saoudien aux États-Unis et en Grande-Bretagne. .

Selon une version, Khashoggi, dans ses relations étroites avec le prince Turki au fil des ans, aurait pu recueillir des informations extrêmement sensibles sur ce qui s’est réellement passé le 11 septembre. Les pirates de l’air arabes étaient de simples marionnettes utilisées par la CIA pour organiser un événement utilisé depuis par les planificateurs militaires américains pour lancer une « guerre contre le terrorisme » mondiale servant de couverture à des guerres illégales à l’étranger? Il existe une quantité incroyable de preuves que les attentats du 11/9 étaient bien un événement sous «faux drapeau» orchestré par l’Etat profond américain comme prétexte à sa rage impérialiste.

L’apparent enlèvement et l’assassinat de Jamal Khashoggi, la semaine dernière, semblent être un geste incroyablement désespéré de la part des dirigeants saoudiens. Selon des sources turques, le journaliste aurait en fait été invité par le consulat d’Istanbul, où il a été tué par une équipe de 15 membres. Les rapports indiquent que le meurtre présumé a été ordonné au plus haut niveau de la cour royale saoudienne, ce qui implique le prince héréditaire MbS.

Pourquoi les dirigeants saoudiens ordonneraient-ils un acte aussi atroce, qui entraînerait inévitablement de graves problèmes politiques, comme nous le constatons aujourd’hui, qui a des répercussions sur les gouvernements et la couverture médiatique dans le monde entier?

L’année dernière, la Maison des Saoudiens avait lancé un appel à Khashoggi pour qu’il revienne à Riyad et reprenne ses services en tant que consultant auprès des médias à la cour royale. Il refusa, craignant qu’il ne se passe quelque chose de plus sinistre. Lorsque Khashoggi est arrivé à Istanbul pour récupérer un document de divorce auprès du consulat d’Arabie Saoudite le 28 septembre, il semble que les Saoudiens aient décidé de le capturer. On lui a dit de retourner au consulat le 2 octobre. Le même jour, le groupe de 15 membres est arrivé de Riyad à bord de deux jets privés de Gulfstream chargés de le tuer.

Les Saoudiens disent que Khashoggi a quitté le bâtiment du consulat indemne par une porte arrière, bien qu’ils ne fournissent pas d’images de vidéosurveillance pour le prouver. Les Turcs affirment que les caméras de vidéosurveillance de leurs structures qui surveillent l’avant et l’arrière du consulat d’Arabie saoudite montrent que Khashoggi n’a pas quitté les lieux. Ses restes ont été démembrés et emmenés dans des véhicules diplomatiques. Les deux jets privés ont quitté Istanbul le même jour avec les 15 Saoudiens à bord pour regagner Riyad, via le Caire et Dubaï.

Pour mener à bien un acte aussi imprudent, les Saoudiens doivent avoir été alarmés par les critiques de Khashoggi publiées dans le Washington Post. Ses articles ont semblé fournir des informations de plus en plus graves sur le régime de MbS.

Le Washington Post de cette semaine a rapporté que les services de renseignements américains savaient, grâce à l’interception de télécommunications, que les Saoudiens envisageaient de kidnapper Khashoggi. Cela implique que la Maison des Saoudiens est impliquée dans un meurtre avec préméditation.

En outre, cette même divulgation pourrait également, à notre insu, concerner les services secrets des États-Unis. Si les services de renseignement étaient au courant de ce complot pervers contre Khashoggi, pourquoi ne l’ont-ils pas averti? Certes, il aurait pu obtenir les mêmes documents

Jamal Khashoggi était depuis longtemps un conseiller médiatique de confiance auprès du prince Turki, avant que ce dernier ne démissionne de ses fonctions publiques en 2007. Après le 11 septembre, Turki était l’ambassadeur saoudien aux États-Unis et en Grande-Bretagne. .

Selon une théorie, Khashoggi, dans ses relations étroites avec le prince Turki au fil des ans, aurait pu recueillir des informations extrêmement sensibles sur ce qui s’est réellement passé le 11 septembre. Les pirates de l’air arabes étaient de simples marionnettes utilisées par la CIA pour organiser un événement utilisé depuis par les planificateurs militaires américains pour lancer une « guerre contre le terrorisme » mondiale servant de couverture à des guerres illégales à l’étranger? Il existe une quantité incroyable de preuves que les attentats du 11/9 étaient bien un événement sous «faux drapeau» orchestré par l’Etat profond américain comme prétexte à sa rage impérialiste.

L’apparent enlèvement et l’assassinat de Jamal Khashoggi, la semaine dernière, semblent être un geste incroyablement désespéré de la part des dirigeants saoudiens. Selon des sources turques, le journaliste aurait en fait été invité par le consulat d’Istanbul, où il a été tué par une équipe de 15 membres. Les rapports indiquent que le meurtre présumé a été ordonné au plus haut niveau de la cour royale saoudienne, ce qui implique le prince héréditaire MbS.

Pourquoi les dirigeants saoudiens ordonneraient-ils un acte aussi atroce, qui entraînerait inévitablement de graves problèmes politiques, comme nous le constatons aujourd’hui, qui a des répercussions sur les gouvernements et la couverture médiatique dans le monde entier?

L’année dernière, la Maison des Saoudiens avait lancé un appel à Khashoggi pour qu’il revienne à Riyad et reprenne ses services en tant que consultant auprès des médias à la cour royale. Il refusa, craignant qu’il ne se passe quelque chose de plus sinistre. Lorsque Khashoggi est arrivé à Istanbul pour récupérer un document de divorce auprès du consulat d’Arabie Saoudite le 28 septembre, il semble que les Saoudiens aient décidé de le capturer. On lui a dit de retourner au consulat le 2 octobre. Le même jour, le groupe de 15 membres est arrivé de Riyad à bord de deux jets privés de Gulfstream chargés de le tuer.

Les Saoudiens disent que Khashoggi a quitté le bâtiment du consulat indemnes par une porte arrière, bien qu’ils ne fournissent pas d’images de vidéosurveillance pour le prouver. Les Turcs affirment que les caméras de vidéosurveillance de leurs structures qui surveillent l’avant et l’arrière du consulat d’Arabie saoudite montrent que Khashoggi n’a pas quitté les lieux. Ses restes ont été démembrés et emmenés dans des véhicules diplomatiques. Les deux jets privés ont quitté Istanbul le même jour avec les 15 Saoudiens à bord pour regagner Riyad, via le Caire et Dubaï.

Pour mener à bien un acte aussi imprudent, les Saoudiens doivent avoir été alarmés par les critiques de Khashoggi publiées dans le Washington Post. Ses articles ont semblé fournir des informations de plus en plus dommageables sur le régime de MbS.

Le Washington Post de cette semaine a rapporté que les services de renseignements américains savaient, grâce à l’interception de télécommunications, que les Saoudiens envisageaient de kidnapper Khashoggi. Cela implique que la Maison des Saoudiens est impliquée dans un meurtre avec préméditation.

En outre, cette même divulgation pourrait également, à notre insu, concerner les services secrets des États-Unis. Si les services de renseignement étaient au courant de ce complot pervers contre Khashoggi, pourquoi ne l’ont-ils pas averti? Certes, il aurait pu obtenir les mêmes documents personnels auprès de l’ambassade d’Arabie saoudite à Washington, pays où il résidait et aurait été plus sûr.

Jamal Khashoggi a peut-être connu trop de secrets sur la collusion entre les États-Unis et l’Arabie saoudite, principalement liée aux attentats terroristes du 11 septembre. Et avec sa volubilité croissante en tant que journaliste critique dans un important point de vente américain, il était peut-être temps de le faire taire. Les Saoudiens comme exécuteurs, la CIA américaine comme facilitateurs.

Source : Strategic culture, (traduction non officielle de Maghreb Online)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.