Maroc – Algérie : La vengeance est un plat qui se mange froid

Pour les autorités algériennes, la mort des conducteurs algériens était un acte prémédité.

Les tensions le long de la frontière entre le Maroc et l’Algérie ont augmenté après que la Garde côtière algérienne a abattu deux touristes franco-marocains en vacances dans la station balnéaire marocaine de Saïdia, près de la frontière, alors qu’ils se trouvaient à bord de jet-ski et avaient accidentellement franchi la frontière maritime entre les deux pays. La nouvelle a été diffusée par les médias marocains après la publication d’une vidéo montrant un corps sans vie flottant dans la mer.

Les deux victimes, Bilal Kissi et Abdelali Mechouer, faisaient partie d’un groupe de quatre personnes. Jusqu’à présent, l’histoire a été reconstituée par Mohamed Kissi, le frère de Bilal, et le seul des quatre à être retourné au Maroc, tandis que le troisième membre du groupe, Smail Snabe, a été arrêté par la Garde côtière algérienne. Selon les informations du site marocain « Le 360 », les autorités algériennes n’ont pas encore restitué le corps de Merchouer.

Les faits remontent au mardi 29 août lorsque, selon les médias marocains, le groupe, qui avait quitté la station balnéaire de Saïdia en jet-ski, a traversé les eaux territoriales de l’Algérie. Mohamed Kissi a déclaré que les quatre s’étaient perdus mais avaient continué en espérant retourner au Maroc et qu’ils étaient à court de carburant après un certain temps. « Nous savions que nous étions en Algérie car une embarcation noire algérienne est venue vers nous » et ceux à bord « nous ont tiré dessus », a déclaré Kissi. Le jeune homme aurait ensuite été ramené par la Garde côtière marocaine. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de clarifications officielles de la part des autorités algériennes sur l’incident. Pendant ce temps, le ministère des Affaires étrangères à Paris a confirmé la mort d’un citoyen français, sans préciser les circonstances du décès, et la détention d’un autre. De son côté, le porte-parole du gouvernement marocain, Mustafa Baitas, a refusé de commenter la mort des deux jeunes hommes au large de la côte de Saïdia, près de la frontière avec l’Algérie. « Ces questions relèvent de la compétence de la justice », a déclaré Baitas lors de la conférence de presse hebdomadaire.

L’incident pourrait être une réponse à la mort de plusieurs conducteurs algériens sur la route entre Tindouf et Zouérate sous les feux de drones marocains. La vengeance est un plat qui se mange froid.

#Maroc #Algérie #Jetski #Saïdia #VacanciersFrancoMarocains

Be the first to comment on "Maroc – Algérie : La vengeance est un plat qui se mange froid"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*