La police interroge deux journalistes tunisiens après une émission controversée

Etiquettes : Tunisie, presse, journalisme, Haythem El Mekki, Elyes Gharbi,

Des militants et des médias protestent alors que les journalistes sont interrogés pour avoir critiqué les forces de sécurité.

Tunis, Tunisie – L’éminent chroniqueur tunisien Haythem El Mekki et le co-animateur de radio Elyes Gharbi ont été libérés par un procureur après avoir été interrogés sur leurs commentaires sur les puissantes forces de sécurité du pays.

Lundi, les deux journalistes ont été interrogés dans un poste de police du quartier d’El Gorjani, dans la capitale Tunis, alors que leurs collègues et militants des droits de l’homme manifestaient à l’extérieur.

Aucune date n’a encore été fixée pour leur prochaine apparition. Aucune des charges retenues contre eux n’a non plus été confirmée. Pour le moment, les deux hommes restent en liberté sous caution, en attendant de nouvelles accusations et un éventuel procès.

L’affaire concerne une plainte déposée par l’un des puissants syndicats de sécurité tunisiens suite à des propos tenus par El Mekki le 15 mai dans l’émission Midi de Gharbi sur la radio Mosaïque FM.

El Mekki a critiqué les méthodes de recrutement de la police après le meurtre de six personnes, dont deux pèlerins, à la synagogue El Ghriba sur l’île de Djerba par un garde national en service au début du mois de mai.

La chaîne privée Mosaïque FM est l’une des stations tunisiennes les plus écoutées, et le Midi Show est extraordinairement populaire auprès de ses 1,5 million d’auditeurs.

« Le Midi Show est l’une des dernières émissions de radio à exprimer et à animer des personnalités de l’opposition », a déclaré l’activiste Nessryne Jelalia, qui, avec une centaine de journalistes et de militants des droits de l’homme, s’était rassemblée devant la caserne de police à Tunis où El Mekki et Gharbi étaient détenus. interrogé.

Faire taire la dissidence

Jelalia a déclaré que le premier contact d’El Mekki avec une notoriété nationale remonte à environ 30 ans ce mois-ci grâce à son implication dans une campagne anti-censure – et qu’il fait maintenant l’objet de poursuites pour liberté d’expression. De tous les blogueurs tunisiens en ligne dont l’activité a contribué à la révolution du pays, El Mekki est le seul qui reste.

Les gens l’écoutent pour l’entendre parler, dit-elle, « de la situation politique, de l’actualité, et son discours attire un très large public. Il est l’un des rares que nous ayons.

Jelalia a loué le rôle d’El Mekki en tant que satiriste des mœurs politiques modernes.

L’audience de lundi était la dernière d’un nombre croissant de poursuites intentées par le président Kais Saied et ses alliés.

Suite aux arrestations des opposants politiques et critiques de Saied, il y a eu une répression sans précédent de la dissidence au sein des médias et, semble-t-il, en particulier au sein de la station de radio indépendante où travaille El Mekki, Mosaique FM.

Début février, le directeur général de la station, Noureddine Boutar, a été arrêté puis inculpé de blanchiment d’argent. Cependant, selon ses avocats, la « ligne éditoriale » de la station et notamment du Midi Show figuraient également en bonne place lors des interrogatoires.

La semaine dernière, l’un des correspondants régionaux de la station, Khalifa Guesmi, a été condamné à cinq ans de prison après avoir refusé de divulguer ses sources pour un article de sécurité qu’il avait écrit.

Les questions sur l’avenir de la station ont largement circulé parmi la foule rassemblée devant la caserne de police.

« Je pense que le président Saied est très agacé par le Midi Show et cible cette radio depuis quelques mois », a déclaré le frère d’El Mekki, Thameur, rédacteur en chef de la principale plateforme de médias indépendants Nawaat. « Mosaïque FM est l’un des derniers espaces gratuits des médias grand public en Tunisie.

« En attaquant deux personnalités aussi populaires [El Mekki et Gharbi], vous finirez par vous retrouver face à la rue », a déclaré Thameur en faisant un geste autour de la foule. « Écoutez, si nous pouvons attirer autant de personnes en 24 heures, pensez à ce que nous pouvons faire avec des semaines.

Pour El Mekki du moins, ce dernier affrontement avec les services de sécurité intervient après une série d’affrontements passés avec les autorités.

Émergeant sous le nom de blogueur anonyme Bylasko, El Mekki a commencé sa carrière clandestine en visant férocement la censure sous le président de longue date Zine El Abidine Ben Ali.

« J’ai été ciblé quotidiennement et à un niveau massif depuis la révolution », a déclaré El Mekki à Al Jazeera dans une récente interview.

« Je pense que le système pourrait m’utiliser comme un [outil] », avait-il dit, décrivant comment les autorités pourraient utiliser sa liberté pour prétendre qu’elles protégeaient la liberté de la presse. « Ils essaient de prouver que ce n’est pas une dictature », a-t-il expliqué. « Les partisans du président me regardent et me disent : ‘Vous le traitez de dictateur mais vous êtes toujours libre. Comment peut-il être un dictateur ?’ »

#Tunisie

Be the first to comment on "La police interroge deux journalistes tunisiens après une émission controversée"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*