Maroc : La plus haute des trahisons!

Abderrazzak Boussaïd*

La vocation de l’intellectuel, est de mener un débat “permanent” sur la société dans laquelle il vit, et de défendre ses propres valeurs. Ses armes sont la vérité, la justice et la liberté. De ce fait, il est le maître de la justice et de la pensée, le représentant de l’universel. Il doit mettre son intelligence au service de la société. En Europe, depuis le 18ème siècle, l’intellectuel était le flambeau, la torche, le phare des sociétés qui s’y sont succédées jusqu’à nos jours. Il y a apporté les valeurs de libertés et du progrès !…

Or, dans le champ politique marocain, force est de constater que nos intellectuels sont totalement absents, voire démissionnaires !… Cela ne veut pas dire qu’ils n’existent pas, ils écoutent, mais ils agissent en “spectateurs passifs”, ou pire adoptent parfois une “neutralité criminelle” qui fait plus de dégâts dans une société qu’ils prétendent défendre. Ils ne mettent absolument pas “leurs neurones”, déjà en perdition, et leur savoir au service de la société !…

Au grand regret, ils cèdent la place aux pseudo-intellectuels, aux menteurs professionnels et aux charlatans politiques de tout bord !…

Depuis quelques années, la société marocaine dans toutes ses composantes, subi les remous d’un bouleversement social à l’échelle du pays comme jamais elle ne l’a connu. Ce mécontentement se manifeste en marches pacifiques ou violentes, en grèves ou en sit-in…

Les contestations populaires se succèdent; La presse écrite et électronique en suit le rythme en jouant pleinement son rôle tandis que les politiciens de profession, tentent tant bien que mal, de réagir à cette flambée populaire…
Durant les “années de plomb”, l’intellectuel marocain était aux premières loges de l’actualité de l’époque. Il intervenait dans la politique et les problèmes des droits de l’homme pour apporter une lueur de changement. Il ouvrait les débats, créait des revues progressistes, et sacrifiait même parfois sa liberté et sa vie !…

Où en est-il maintenant, notre intellectuel marocain?!…

Malheureusement, on est en droit de constater qu’il a remis “sa démission” au profit des charlatans politiques, et pire que cela, il s’est parfois “vendu” au plus offrant, corps et âme pour d’hypothétiques “retraites dorées” et quelques “privilèges de bobos” …, au détriment de ses valeurs, au détriment de ses croyances ; C’est LA PLUS HAUTE DES TRAHISONS !…

Peut-on dire que l’ère de l’intellectuel est dépassée ?!… Et que c’est le temps du Facebook et des nouvelles technologies qui dominent ?!… Cette question, si pertinente qu’elle peut bien l’être, ne doit pas éclipser le rôle que devrait jouer un intellectuel !…

En tous les cas, le “vrai” intellectuel ne devrait se résigner au triomphe du virtuel de l’internet pour justifier sa démission…Il se doit d’être responsable des choix politiques, des orientations économiques et des problèmes que traverse son pays, à l’exemple des intellectuels occidentaux….

L’intellectuel marocain, devra être le flambeau, la torche, le phare, et LA LUMIÈRE de sa société, pour y apporter les vraies valeurs de liberté, de progrès et pour en chasser l’obscurantisme menaçant !…

À suivre.

*Abderrazzak Boussaïd, secrétaire général de l’Association Maroc des Lumières)

Tags : Maroc, intellectuels, politique,