La guerre des sables vue par un histoien français

J’ai numérisé un chapitre concernant le conflit frontalier entre l’Algérie et le Maroc.
 
Source : Histoire des Alaouites 
 
Auteur : BENOIT-Méchin 
 
Éditeur : Librairie Académique PERRIN 1994 

LES FRONTIÈRES ALGÉRO-MAROCAINES

Bien que nous nous soyons efforcés dans ces pages de nous placer avant tout d’un point de vue psychologique et moral, dépeindre l’action de Hassan II sans parler de sa politique étrangère serait l’amputer de ce qu’elle offre de plus intéressant.

Décidé à pratiquer une politique de « non-engagement », Hassan II a effectué de nombreux voyages à l’étranger, soit pour y régler des contentieux consécutifs à la décolonisation, soit pour y obtenir une aide économique susceptible d’accélérer le développement du pays, soit encore pour expliquer aux gouvernements étrangers les raisons pour lesquelles le Maroc ne tenait pas à s’associer à une « politique de blocs » : voyage à Washington, voyage à Bruxelles où il a été l’hôte du roi Baudouin et de la reine Fabiola; voyage à Moscou où il a établi des contacts fructueux avec MM. Podgorny, Brejnev et Kossyguine ; voyage à Madrid; enfin voyage à Paris.
 
Mais c’est surtout dans le domaine de la politique africaine que son action s’est manifestée avec le plus de bonheur.
 
Mohammed V, comme nous l’avons vu, était mort sans avoir pu régler le problème des frontières méridionales du royaume. Il avait refusé, à plusieurs reprises l, de discuter cette question avec les autorités françaises (Pour plus de détail voir l’annexe à la fin de cet article) en déclarant qu’à ses yeux elle relevait exclusivement de l’Algérie et qu’il attendrait que celle-ci ait accédé à l’indépendance pour fixer par des conversations directes les limites définitives entre les deux pays. La mort prématurée de Mohamrned V et le prolongement de la guerre d’Algérie n’avaient pas permis de pousser les choses plus loin. Le 6 juillet 1961, c’est-à-dire quatre mois après son accession au trône, Hassan II avait conclu un accord avec Ferhat Abbas, alors président du gouvernement provisoire de la République algérienne. Par une lettre ; adressée au roi du Maroc, le représentant de l’Algérie reconnaissait « le caractère arbitraire de la délimitation imposée par la France aux deux pays » et spécifiait que « les accords qui pourraient intervenir à la suite de négociations franco-algériennes ne sauraient être opposables au Maroc, quant aux délimitations territoriales algéro-marocaines ». L’accord stipulait en outre que la question serait résolue par voie de négociations et qu’une commission paritaire serait constituée à cet effet, dès que l’Algérie aurait accédé à l’indépendance.
 
En juillet 1962, au lendemain de la signature des accords d’Évian qui faisaient de l’Algérie un État indépendant, Ferhat Abbas avait été évincé du pouvoir et tous les engagements pris antérieurement par lui considérés comme nuls et non avenus. Lorsque le gouvernement marocain s’était tourné vers Alger pour demander la constitution de la commission chargée de régler le problème des frontières, il s’était vu opposer une fin de non-recevoir catégorique. Ben Bella, qui avait succédé à Ferhat Abbas, et les chefs du nouveau gouvernement algérien affirmaient: 
 
1) Qu’au vu des traités internationaux conclus avant l’instauration du protectorat et dont le plus ancien remontait à 1767, jamais aucun souverain chérifien n’avait prétendu exercer sa souveraineté au-delà de ; »!’Oued Noun, situé bien au nord de la ligne frontalière «actuelle».
 
2) Que l’Algérie aurait pu mettre fin beaucoup plus tôt aux combats qui l’avaient ensanglantée pendant six ans si elle s’était contentée de la partie septentrionale du territoire et avait renoncé au Sahara.
 
3) Que c’était seulement lorsque la France avait consenti à inclure le Sahara dans son territoire national que l’Algérie avait déposé les armes et qu’en conséquence de nombreux Algériens étaient morts pour atteindre cet objectif.
 
4) Que la République algérienne étant « une et indivisible » il n’était pas question de céder un seul pouce de son territoire et que, au surplus, le chef de l’État algérien ayant juré sur le Coran – c’est-à-dire sur ce que les Arabes avaient de plus sacré – de maintenir envers et contre tout l’intégrité du patrimoine national, il était impossible de violer cet engagement sans commettre un parjure.
 
Comme on le voit, les successeurs de Ferhat Abbas faisaient montre d’une intransigeance inentamable et fermaient résolument la porte à tout règlement négocié. « Quand a-t-on jamais vu un État faire don d’une partie de son territoire à un autre État? demandaient-ils. Le Maroc veut s’annexer une portion de l’Algérie ? Eh bien, qu’il vienne la prendre ! Il verra comment il y sera reçu… »
 
Ulcéré par cette attitude si peu conforme aux scrupules qui avaient empêché son père de régler le problème avec le gouvernement français, Hassan II crut pouvoir trancher la question par lui-même. Dans la dernière quinzaine d’octobre 1963, il fit occuper par de petits détachements symboliques des Forces armées royales certains points de garde situés dans la zone désertique qui s’étendait entre la Hamada du Draa et Colomb-Béchar. Comme cette région avait été de tout temps dans la mouvance de l’Empire chérifien, il n’avait nullement l’impression de pénétrer dans un pays étranger. L’opération s’effectua sans difficulté, car les postes étaient vides et il n’y avait aucune unité algérienne dans les parages.
 
Lorsque le gouvernement algérien apprit cette nouvelle, sa réaction fut immédiate. Il ameuta son opinion publique en annonçant à la radio que l’armée maro*caine avait franchi la frontière et occupait indûment une portion du territoire national. Quarante-huit heures plus tard, des formations de l’ALN3 débou*chaient dans la région. Au lieu de rester l’arme au pied en face des postes marocains, en attendant un arbi*trage, elles les attaquèrent nuitamment et massa*crèrent leurs chefs. Les soldats répliquèrent par un feu nourri. Le sang commença à couler de part et d’autre. De nouvelles formations de l’ALN accoururent à la res*cousse.
 
Durant toute la journée suivante et le surlende*main, les Algériens renouvelèrent leurs attaques, mais sans pouvoir entamer la ligne de défense des Maro*cains, qui avaient reçu eux aussi des renforts. Finale*ment, ils s’essoufflèrent. L’ALN était constituée de groupes de volontaires habitués à la guérilla. Elle était insuffisamment rompue à la guerre classique pour pouvoir tenir tête à l’armée marocaine, bien encadrée et dotée d’un armement supérieur. Lorsque les Forces armées royales passèrent à la contre-attaque, elles culbutèrent les formations algériennes, qui se disper*sèrent dans toutes les directions. « II n’y avait plus rien devant nous, devait déclarer plus tard un officier maro*cain. La voie était libre. Si Sa Majesté nous avait donné l’ordre d’aller de l’avant, nous aurions pu marcher sur Alger sans rencontrer d’obstacle. »
 
Mais cet ordre, le roi ne le donna pas. Il n’avait jamais été dans ses intentions de déclencher une guerre algéro-marocaine. Il avait simplement voulu occuper une position favorable pour amener les Algé*riens à accepter la négociation. Il savait que la partie était loin d’être gagnée. Les meilleures unités algé*riennes étaient retenues en Kabylie, où l’opposition à Ben Bella avait voulu profiter de la situation pour fomenter une révolte. Lorsque ce soulèvement aurait été maté – ce qui ne tarderait guère -, ces unités se retourneraient vers l’ouest pour affronter les Marcains. Comme leurs effectifs étaient très supérieurs à ceux des Forces armées royales, celles-ci risquaient d’être écrasées sous le nombre.
 
De plus, cet affrontement armé entre deux pays frères avait soulevé une émotion intense dans toutes les capitales arabes. La situation était si tendue que la Mauritanie se sentit en danger et se tourna vers Alger pour lui demander son assistance. En quelques jours, Hassan II se trouva isolé. C’est pourquoi il trouva préférable de ne pas exploiter à fond l’avantage initial qu’il avait remporté sur le terrain. Toute nouvelle avance de ses troupes aurait débouché sur le chaos.
 
Convoquée d’urgence par l’empereur d’Ethiopie, agissant en tant que président de l’Organisation de l’unité africaine, une conférence quadripartite se réunit à Bamako (29-30 octobre 1963). Elle comprenait, outre Haïlé Sélassié, le roi du Maroc, le président Ben Bella et M. Modibo Keita, président de la République du Mali. A l’issue des entretiens qui prirent par moments un caractère orageux, les quatre chefs d’État africains décidèrent :
 
1) L’arrêt effectif des hostilités et l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu, à compter du 2 novembre, à zéro heure.
 
2) La constitution d’une commission composée d’officiers marocains, algériens, éthiopiens et maliens, qui déterminerait une zone au-delà de laquelle les troupes engagées seraient retirées.
 
3) La constitution d’un corps d’observateurs maliens et éthiopiens chargés de veiller à la sécurité et à la neutralité de la zone démilitarisée.
 
4) La réunion, dans les plus brefs délais, des ministres des Affaires étrangères des États-membres de l’Organisation de l’unité africaine, afin de constituer une commission spéciale qui aurait pour mission : a) de situer les responsabilités dans le déclenchement des hostilités4;b) d’étudier le problème des frontières et de soumettre aux deux parties des propositions concrètes pour le règlement définitif de cette affaire.
 
Les quatre chefs d’État décidèrent en outre :
 
1) La cessation par l’Algérie et par le Maroc de toute attaque publique, par voie de presse ou de radio, à compter du 1er novembre 1963, à zéro heure.
 
2) L’observation stricte du principe de non-ingérence dans les affaires des autres États;
 
3) Le règlement par voie de négociation de tout différend susceptible de survenir entre États africains.
 
Pour bien marquer qu’il n’y avait ni vainqueurs ni vaincus, le protocole final tint à souligner que les conversations s’étaient déroulées « dans une atmosphère amicale ».
 
Mais lorsque la commission spéciale prévue à Bamako voulut se réunir pour apporter un règlement définitif au problème frontalier, elle n’aboutit à rien. Les avis se partagèrent et le litige demeura entier. L’opération militaire avait failli déboucher sur le chaos; l’action diplomatique débouchait sur le vide.
 
Alors Hassan II se dit que, pour sortir de cette impasse, il fallait repenser le problème de fond en comble et le transposer sur un autre plan. On ne peut qu’admirer la largeur de vues avec laquelle il procéda à cette révision. Il paria que l’intelligence et la raison finiraient par l’emporter sur l’esprit de revendication territoriale et que les nécessités de la coopération économique remplaceraient « les vieux rêves de grandeur et de sable ». C’était un pari risqué et d’autant plus méritoire que le jugement que l’Histoire porterait sur son règne dépendrait, en fin de compte, de son échec ou de sa réussite. Pourtant, il n’hésita pas. Il avait pris conscience des dimensions du problème. De par sa nature et sa complexité, il n’était pas un de ceux que l’on pouvait résoudre à coups de canon. En revanche, lui apporter une solution durable assurerait à l’Algérie et au Maroc un avenir lumineux.
 
Réduit à l’essentiel, il pouvait se formuler comme suit : nul ne pouvait contester que le territoire revendiqué à la fois par le Maroc et l’Algérie n’ait entretenu depuis le XIe siècle des liens beaucoup plus étroits avec l’Empire chérifien qu’avec l’Algérie, ne serait-ce que parce qu’à cette époque l’Algérie ne formait pas encore un État organisé. Mais il était non moins indéniable que le partage des territoires pratiqué par la puissance colonisatrice – et qui se trouvait concrétisé par les accords d’Évian – avait placé cette région à l’intérieur des frontières algériennes. Modifier cet état de choses par la force était impensable. Chaque fois qu’on le tenterait, les instances internationales interviendraient pour imposer un cessez-le-feu aux belligérants. Qu’en recueillerait-on pour finir? Rien que des ressentiments supplémentaires et des morts inutiles…
 
À côté de ces ombres, les éléments positifs : le bassin de Tindouf contenait dans son sous-sol d’énormes richesses minières. On y trouvait du fer d’excellente qualité, notamment le gisement de Gara-Djebilet, un des plus riches du monde, puisque les experts évaluent ses réserves à deux milliards de tonnes et que la teneur en fer du minerai est de 65 pour cent (contre 35 pour cent pour le minerai de Lorraine). Ce gisement était suffisant, à lui seul, pour assurer la prospérité de l’Algérie et du Maroc, à condition d’être exploité d’une façon rationnelle. Les techniciens voyaient déjà surgir, aux lisières du Sahara, une « Ruhr nord-africaine » susceptible de fournir du travail à plusieurs générations.
 
Ces projets ne relevaient pas de la fantasmagorie. On pouvait en chiffrer les résultats sur le papier. Comme le volume de ces minerais était beaucoup trop élevé pour pouvoir être consommé sur place, il fallait en prévoir l’exportation. Ceci posait le problème d’un débouché sur la mer. Or les ports algériens les plus proches, Arzew et Ghazaouet ‘, étaient à 1 300 kilomètres, Port-Étienne 2, en Mauritanie 3, à 1 400 kilomètres, alors que les ports marocains de La Gazelle et de Tarfaya4 se trouvaient respectivement à 400 et 515 kilomètres. (Une voie rejoignant directement la côte en traversant le territoire d’Ifni serait encore plus courte, mais elle posait le problème de l’enclave espagnole 5.) Or le coût du transport de la tonne de minerai de fer avait une incidence directe sur son prix de revient. En comparant ces diverses données, on obtenait le tableau suivant :_____________COÛT DE PRODUCTION PAR TONNE, SUR LA BASE DE 15 MILLIONS DE TONNES/AN

 

Variante de tracéDistance en kmCoût Coût d’extraction du transport en dollars en dollarsCoût total en dollars

Arzew13001,10 4,407,05

(Algérie)

Ghazaouet13003,305,60

 

(Algérie)

La Gazelle4002,004,40

(Maroc)

Tarfaya (Maroc)5151,754,05

Port-Étienne (Mauritanie)1400NOP5,15

D’où il résulterait que le coût du transport représente*rait :

 
– 4 fois le coût de l’extraction, en passant par Arzew;
 
– 3,3 fois le coût de l’extraction, en passant par Gha*zaouet;
 
– 2 fois le coût de l’extraction, en passant par La Gazelle ;
 
– 1, 75 fois le coût de l’extraction, en passant par Tar*faya.En le faisant transiter par les ports algériens, le minerai de Tindouf n’était plus compétitif, alors qu’il le demeurait largement en transitant par les ports marocains. Pour tenter d’échapper à cette obligation, la Sonarem, ou « Société nationale de recherches et d’exploitations minières », dépendant du ministère algérien de l’Industrie et de l’Énergie, avait étudié quatre-vingt-quatre variantes du tracé, portant sur toutes les possibilités d’évacuation. Or toutes avaient abouti à la même conclusion; l’exploitation des richesses de Tindouf n’était rentable qu’à condition d’emprunter le territoire marocain. L’avenir n’était-il pas clairement inscrit dans ces chiffres?
 
Puisqu’il en est ainsi, s’était dit Hassan II, pourquoi continuer à nous disputer des richesses qu’aucun de nous n’est capable d’exploiter à lui seul ? Pourquoi ne pas nous mettre d’accord pour constituer un orga*nisme équivalant à ce qu’est pour l’Europe la Commu*nauté du charbon et de l’acier? Au lieu de nous épuiser dans des luttes stériles, pourquoi ne pas faire de ces territoires une sorte de condominium économique algéro-marocain, auquel on pourrait associer par la suite la Mauritanie6 et le Rio de Oro 7, le jour où il aurait été évacué par les Espagnols ? Ainsi se constitue*rait au nord-ouest de l’Afrique une vaste zone de coprospérité trois fois grande comme la France, au regard de laquelle les problèmes posés par le tracé des frontières perdrait, sinon toute signification, du moins beaucoup de leur acuité.
 
Reléguer à l’arrière-plan les litiges territoriaux, les laisser se dissoudre au fil des années ; donner, pendant une période à déterminer, la primauté à la coopération économique ; imprimer à cette coopération une impul*sion assez forte pour qu’elle puisse porter des fruits avant l’achèvement de la période prévue, telles furent les grandes lignes du plan que se traça Hassan II ; et à la mise en œuvre duquel il décida de consacrer tous ses efforts. Mais pour pouvoir se concrétiser, ces prin*cipes directeurs avaient besoin de l’accord de tous. D’où une question préalable : les autres chefs d’État seraient-ils assez clairvoyants pour comprendre à quel point ces conceptions répondaient aux exigences de notre époque, à son besoin de faire peau neuve, à son refus de se laisser enfermer dans les cadres trop étroits légués par le passé? Rien n’était moins certain, car les relations entre Rabat et Alger étaient restées tendues.
 
L’affrontement d’octobre 1963 avait laissé de part et d’autre des séquelles douloureuses. Il y avait une pente difficile à remonter. Mais, là encore, les événements favorisèrent le jeune roi et montrèrent à quel point la chance était de son côté. Avec Ben Bella, un rapprochement eut été impos*sible. Celui-ci n’avait pas digéré les circonstances dans lesquelles son avion avait été détourné, ni la facilité avec laquelle Mohammed V s’était accommodé de sa longue détention 8. Durant la durée de son incarcéra*tion à l’île d’Aix et à Aulnoye, Khider, qui était son compagnon de cellule, n’avait cessé d’attiser sa méfiance envers Mohammed V et la dynastie alaouite.
 
Or, le 19 juin 1965, un coup d’État militaire avait évincé Ben Bella du pouvoir. Un homme nouveau l’avait remplacé à la tête du gouvernement algérien : le colonel Houari Boumédienne. Tempérament éner*gique et réalisateur, dont le laconisme tranchait sur le verbalisme démagogique de son prédécesseur, l’ancien commandant de la Wilaya V était bien trop perspicace pour ne pas voir tous les avantages qu’apporteraient à son pays un désamorçage du différend algéro-marocain et son remplacement par une formule de coopération économique. Ayant étudié le problème sous tous ses aspects, il était parvenu à des conclusions qui rejoignaient celles de
Hassan II. Dès lors, il ne res*tait plus qu’à les mettre en pratique.
 
Aussitôt, les ambassadeurs se mirent au travail pour créer une atmosphère favorable à la détente. Ces efforts convergents reçurent une première consécra*tion le 15 janvier 1969, quand fut signé à Ifrane, dans la résidence d’hiver du roi, un traité de fraternité, de bon voisinage et de coopération entre le royaume du Maroc et la République algérienne. Date capitale dans l’his*toire du Maghreb! Un esprit amical, annonciateur du renouveau, semblait avoir balayé jusqu’au souvenir de la discorde. Pour apprécier l’importance de ce rap*prochement, il faut se référer au texte même du traité :
 
Art. I : Une paix permanente, une amitié solide et un voisinage fructueux, découlant naturellement de la fraternité séculaire liant les deux peuples frères, régne*ront entre la République algérienne démocratique et populaire et le royaume du Maroc, et viseront à l’édifi*cation d’un avenir commun et prospère.
 
Art. II : Les Parties contractantes s’engagent à renfor*cer leurs relations communes dans tous les domaines et notamment dans les domaines économique et cultu*rel, afin de contribuer à l’élargissement du champ de la compréhension mutuelle entre les peuples frères d’Algérie et du Maroc et au renforcement de l’amitié et du bon voisinage entre eux.
 
Art. III : Considérant que la coopération économique constitue une base solide pour leurs relations paci*fiques et amicales et vise à la promotion de leurs pays, les Parties contractantes apporteront leur participation réciproque au développement de cette coopération dans tous les domaines.
 
Art. IV : En cas de litige ou de différend, sous quel*que forme que ce soit, les Parties contractantes s’inter*disent de recourir à l’emploi de la violence entre elles et s’emploieront à régler leur différend par des moyens pacifiques […], en application des principes et des résolutions de l’Organisation des Nations Unies, de la Ligue des États arabes et de l’Organisation de l’Unité africaine.
 
Art. VIII : Le présent traité restera en vigueur pen*dant une durée de vingt ans à compter de la date de sa mise en exécution9. Il est renouvelable, par tacite reconduction, pour une période de vingt ans, tant qu’il n’est pas dénoncé par l’une des Parties contractantes, par écrit, un an avant son expiration.
 
Pour le Royaume du Maroc
 
Le Ministre des Affaires étrangères
 
Ahmed laraki
 
Pour la République algérienne
 
Le Ministre des Affaires étrangères
 
Abdelaziz bouteflika
 
Je voudrais souligner deux points qui donnent à ce traité une signification particulière, devait dire Hassan II peu de temps après sa signature. D’abord, il a été contracté pour vingt ans – ce qui est un délai inhabi*tuel pour une convention de ce genre ; ensuite, il asso*cie étroitement la coopération culturelle à la coopéra*tion économique. Pourquoi? Parce qu’il est vain de vouloir faire avancer les choses si l’on ne s’occupe pas, en même temps, de faire progresser les esprits. J’ai souhaité que les écoles marocaines, algériennes – et pourquoi pas tunisiennes ? – dispensent à nos enfants un enseignement qui les rende plus conscients de leurs liens de parenté et leur apprenne à voir les choses sous un angle plus large que cela n’a été le cas jusqu’ici. Dans vingt ans, une nouvelle génération aura grandi, pour laquelle les problèmes de frontières n’existeront plus, ou, du moins, s’ils se posent, ce sera dans des termes très différents d’aujourd’hui. Entre-temps, le traité d’Ifrane aura fait ses preuves et sa reconduction ne soulèvera aucun problème, car chacun aura compris que le Maghreb tout entier est le plus petit espace géographique dans lequel nous puissions vivre. Songez qu’en l’an 2000 le Maroc, l’Algérie et la Tunisie auront, à eux trois, quatre-vingts millions d’habitants. Ces conceptions sont caractéristiques de la manière de penser de Hassan II. Ce n’est pas à lui qu’il faut apprendre que ce qui paralyse la vie, ce ne sont pas les contraintes, c’est le manque de hardiesse.
 
Fin
 
Annexe:
 
Durant les négociations de Paris, les autorités françaises ont proposé au roi Mohamed V de fixer le tracé des frontières dans les confins sahariens, afin d’éviter toute contestation ultérieur. Elles se sont même déclarées prêtes à inclure la région de Tindouf et la Hamada du Draa dans le territoire marocain. Mais Mohamed V leur a opposé un refus catégorique. A ses yeux, la question des frontières méridionales du royaume relève exclusivement du Maroc et de l’Algérie : elle doit être réglée d’un commun accord entre les deux pays. Or l’Algérie, dans l’état actuel, n’a pas voix au chapitre. Elle est engagée dans des combats dont dépend son avenir. Le roi répugne à profiter de cette situation pour lui porter un coup bas.« Aucun avantage moral ou matériel, déclare-t-il, ne saurait justifier un acte de félonie. Nous réglerons cette affaire plus tard, entre voisins. Je n’ai pas voulu accabler la France lorsqu’elle était à terre ce n’est pas pour frapper un pays frère lorsqu’il se trouve en difficulté.» 
 
Chacun rend hommage à son élévation morale. Mais comme ses interlocuteurs français lui font observer que la France n’a nullement l’intention de quitter l’Algérie et que cette situation risque de se prolonger longtemps, il répond, imperturbable :« Eh bien!nous attendrons!» 
 
Source : Histoire des Alaouites 
 
Auteur : BENOIT-Méchin 
 
Éditeur : Librairie Académique PERRIN 1994 
 
Page 165
 
 
 
Tags : Maroc, Algérie, guerre des sables,