Reportage de France 24 sur la fuite des cerveaux en Tunisie

Huit ans après la Révolution, la Tunisie fait face à une « fuite des cerveaux » dont beaucoup redoutent l’amplification dans les années à venir. Diplômés et travailleurs de haut niveau, qu’ils soient médecins ou enseignants, quittent de plus en plus le pays, à la recherche de meilleures conditions de travail, d’un meilleur salaire et d’une plus grande reconnaissance. « Pas moins de 10 000 ingénieurs sont partis en moins de trois ans, mais aussi bon nombre de médecins », rappelle France 24 qui y a consacré un court reportage où beaucoup de hauts cadres de différents domaines se plaignent de la dégradation de leurs conditions de travail. A l’hôpital Charles Nicolle par exemple, le personnel se plaint d’un quotidien « rythmé par le manque de moyens » (pénurie ou manque de matériel, notamment) et de locaux « en piteux état » où l’humidité fissure les murs et la vétusté des chauffages, entre autres, exaspèrent internes et patients.

Les reporters de la chaîne notent que si les responsables politiques ont pris conscience du problème, ils préfèrent l’expression « mobilité des compétences » à celle de « fuite des cerveaux » pour tenter d’éteindre le feu de cette polémique qui ne cesse d’enfler dans le pays, les médecins tunisiens étant très demandés dans des pays comme la France, l’Allemagne ou encore les pays du Golfe.

Une émission préparée par Patrick Lovett et Rebecca Mart.

Source : Le Diplomate Tunisien