La première journée d’Ali Bongo en 2019 au Gabon

Le selfie man a passé sa première journée à Libreville après 4 mois d’absence du pays pour raisons de santé.

C’est hier en matinée que l’on annonçait en fanfare son arrivée triomphale à l’aéroport international Léon Mba.

Plusieurs fans et soutiens s’étaient préparés pour la circonstance,imprimant tee-shirts ,chemises,casquettes et pagnes à son effigie. Plusieurs groupes de danses folkloriques répétaient depuis des mois des chansons et pas de danses à sa gloire. Plusieurs artistes de la locomotive étaient déjà fin prêts pour un concert géant dans un lieu public de Libreville.

Au moment où ils s’apprenaient tous à se diriger vers l’aéroport,c’est tout déçus qu’ils apprendront que le vol du célèbre patient du King Faysal de Riyad en Arabie Saoudite a été retardé et qu’il atterrira finalement très tard dans la nuit.

C’est donc en catimini ,qu’Ali Bongo foulera le tarmac de l’aéroport, sans officiels ni protocole d’État pour l’accueillir après une si longue absence. Le gouverneur de l’Estuaire,habitué à le saluer à la descente de l’avion fut prié de rentrer chez lui,de même que le premier ministre et le gouvernement alignés au salon d’honneur pour les civilités habituelles.Et même son DC n’a même pas effectué le déplacement de l’aérogare.

Libreville s’est donc réveillé ce mardi matin avec la bonne nouvelle et tout le monde s’attendait au moins de voir Ali Bongo en direct de la chaine de télévision nationale, présider la cérémonie de prestation de serment des membres du gouvernement.

C’est ainsi que les habitants du nord de Libreville se sont massés tout au long de la route qui va de la sablière où réside Ali Bongo jusqu’au palais du bord de mer ,pour le voir ainsi passer comme d’habitude puisqu’ils n’ont pas assisté à son arrivée tard dans la nuit. Un fait tout de même surprenant ,c’était l’absence des militaires de la GR,le long de la route comme à l’accoutumée pour un tel événement toujours organisé sous très haute sécurité.

C’est tout ébahi qu’ils apprendront qu’Ali Bongo était déjà installé au palais sans même qu’ils aient eu à entendre le moindre bruit d’un hélicoptère dans le ciel de Libreville.

Le seul espoir reposait donc sur les journalistes accrédités pour filmer en direct cette cérémonie.Mais c’était sans compter sur le protocole qui les a tous parqué dans une pièce où ils n’auront droit qu’à un écran géant pour suivre cette prestation de serment.

Qui a finalement vu Ali Bongo à Libreville à part les membres de la cour constitutionnelle et ceux du gouvernement ,tous jurant allégeance,fidélité et loyauté envers ce dernier?

Le doute persiste et s’enfle de plus belle dans le pays au point de donner plus de crédibilité au Lieutenant Kelly Ondo Obiang qui se disait se sentir floué par le discours du 31 décembre.

Personne ne peut donc dire avoir vu Ali Bongo ni même ne fusse que son ombre à Libreville.

Pierre Ntoum.

Source