Grogne sociale croissante au Maroc au début du Ramadan


Les professionnels du secteur du tourisme et de l’hôtellerie se mobilisent pour réclamer des aides d’État
Le PIB du Maroc a chuté de 7 % en 2020, bien que les prévisions indiquent une croissance économique d’environ 4 % à la fin de l’année.

Le Ramadan donnera une nouvelle tournure à la résilience des Marocains. L’agitation sociale se développe, bien que latente : la société marocaine supporte stoïquement les mesures restrictives pour lutter contre la propagation de la pandémie – qui progresse dans le pays du Maghreb -, la crise internationale et le coup dur subi par son économie depuis le printemps dernier. En outre, comme le reste du monde islamique, le Maroc entame le Ramadan, un mois durant lequel le pays fonctionne normalement à mi-régime. « La situation de nombreuses personnes s’est gravement détériorée. Par exemple, on voit beaucoup plus de gens mendier dans les rues que d’habitude », explique Rachid Bennani, un petit entrepreneur qui se consacre au conseil en commerce international à Rabat.

La crise résultant de la pandémie a donné un coup de frein brutal à la croissance marocaine. Selon les données de la Banque mondiale, le PIB réel a chuté de 7 % en 2020 – la première récession depuis 1995 – alors que l’économie du pays d’Afrique du Nord avait progressé de 2,5 % en 2019 et de 3,1 % en 2018. Les prévisions de Bank Al-Maghrib – la banque centrale du Maroc – font état d’une croissance optimiste de 5,3 % à la fin de l’année, nettement supérieure aux estimations de la Banque mondiale et du FMI, comprises entre 4 % et 4,6 %.

Le chômage n’a même pas atteint 12 % après les mois d’enfermement. Ces chiffres sont typiques des économies du nord de l’Europe, mais la réalité est beaucoup plus complexe : un tiers des jeunes âgés de 15 à 24 ans ne travaillent ni n’étudient ; moins de 30% des femmes font partie de la population active et 55% des travailleurs appartiennent au secteur informel (en 2000, ce pourcentage était de 71%). Ce sont ces personnes qui ont été particulièrement touchées par la pandémie, notamment pendant les trois mois d’assignation à résidence (entre mars et juin 2020).

« La croissance économique du Maroc n’a pas été suffisamment intensive en main-d’œuvre pour absorber la croissance de sa population en âge de travailler. Il a montré une faible capacité à générer des emplois », a rappelé la représentation de la Banque mondiale au Maghreb dans un récent rapport sur la situation du travail au Maroc.

Pour tenter d’atténuer les conséquences de la crise, l’État marocain a mené tout au long de cette année des actions d’aide directe aux travailleurs, tant dans le secteur formel qu’informel, de soutien avec des injections de liquidités dans le système financier et a également baissé le principal taux d’intérêt de la banque centrale. La création d’entreprises a baissé de près de 12% en 2020 dans son ensemble, selon les données de l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale.

Corollaire de la situation difficile que traverse le pays, le 3 avril, Standard and Poor’s a dégradé la note de crédit du Maroc de BBB- à BB+. Le pays du Maghreb perd sa catégorie d’investissement. L’agence de notation américaine a fondé sa décision sur « un déficit budgétaire croissant pour la période 2021-2024 et une augmentation de la dette publique nette ». En octobre dernier, Fitch avait fait de même. Selon les données de la Banque mondiale, en 2020, le déficit public a atteint 7,8 % du produit intérieur brut et la dette publique s’élevait déjà à 77,8 % du PIB.

Coup de pouce au secteur de l’hôtellerie et du tourisme

Les secteurs les plus touchés par la pandémie de coronavirus sont le tourisme et l’hôtellerie. Le tourisme représente 7 % du PIB du Maroc. Les professionnels préparent depuis des mois la reprise de l’administration avec l’administration et ont annoncé des mobilisations, mais le fait est que la fermeture en force des frontières avec 40 pays, dont les premiers émetteurs de touristes au Maroc, n’augure rien de bon pour les mois à venir.

Le secteur de la construction a également subi un ralentissement important. « L’activité de mon entreprise a chuté de 30 à 40 % depuis le début de la pandémie. Nous avons perdu beaucoup de chiffre d’affaires. Les prévisions indiquent que nous allons récupérer une partie de ce que nous avons perdu dans les mois à venir, mais il y a beaucoup d’incertitude, non seulement au Maroc mais dans le monde entier. Les matières premières ont augmenté et la chaîne logistique est devenue plus chère au niveau mondial, et cela nous affecte ici aussi », explique-t-il à NIUS Bennani, dont l’entreprise souffre particulièrement de la baisse des achats de matériaux de construction européens au Maroc.

Le Maroc entame enfin un mois sacré au cours duquel les cafés et les restaurants seront fermés toute la journée, suite à la décision du gouvernement d’avancer le couvre-feu à huit heures du soir. Il est aisé de constater que la situation financière des professionnels du secteur va être délicate dans les prochaines semaines. Le secteur s’est mobilisé, même si la grève prévue le 9 avril dernier a finalement été annulée. Pour l’instant, les travailleurs de l’hôtel ont obtenu de l’administration une aide directe de 1 000 dirhams (moins de 100 euros) par travailleur et par mois, ce qui semble insuffisant compte tenu du coût de la vie au Maroc.

« Je ne fais rien avec mille dirhams, je suis complètement en désaccord avec ce que le gouvernement nous fait subir. Il n’est pas possible que les ministres facturent ce qu’ils facturent et qu’ils veulent que nous soyons satisfaits de cela. Ils nous obligent à être fermés le soir, après la rupture du jeûne, pour ne pas créer de grief avec les mosquées, qui seront fermées pendant le Ramadan », explique à NIUS un serveur d’un café du centre de Rabat.

Les serveurs, les nettoyeurs et les cuisiniers ne sont pas les seuls à avoir été touchés par les mesures prises pour lutter contre la propagation du Covid-19. Laila Bouzar travaille en tant qu’indépendante dans la capitale marocaine, où elle conçoit des menus, des cartes et une signalétique pour les restaurateurs. La crise du secteur l’a directement touchée. « J’ai perdu beaucoup de clients qui ont été obligés de fermer pendant l’enfermement et avec ceux que je n’ai pas perdus, j’ai eu le problème qu’ils ne me payaient pas. Lorsqu’il s’agit de clients réguliers, vous êtes obligé de continuer à travailler avec eux pour ne pas les perdre complètement. Heureusement, à la fin de l’année dernière, la situation a commencé à s’améliorer et j’ai pu respirer. Nous avons à nouveau des problèmes maintenant, mais pas comme ceux que nous avons connus pendant les mois d’enfermement », a déclaré la femme d’affaires à la NIUS.

Chute des échanges avec l’Espagne

Le commerce entre l’Espagne et le Maroc, qui a battu des records ces dernières années, a également souffert de la pandémie. En 2013, l’Espagne est devenue le premier client du Maroc, remplaçant la France. Pour l’Espagne, le pays du Maghreb est le deuxième client pour ses exportations en dehors de l’UE, après les États-Unis, et le premier en Afrique.

Selon les données de l’ICEX, le commerce bilatéral « montre une croissance très dynamique des échanges commerciaux entre 2010 et 2017. À partir de 2018, les flux commerciaux avec le Maroc ont continué à croître au-dessus du total, mais à un rythme beaucoup plus lent. » D’une croissance des exportations de 12,8% en 2017, les exportations espagnoles ont augmenté de 2,3% en 2018 et de 2,8% en 2019.

La pandémie de Covid-19 a fait exploser la tendance : -13,3% en 2020 et -10,8% en janvier de cette année.

NIUS, 15 avr 2021

Etiquettes : Maroc, Ramadan, grogne, pauvreté, précarité,

Visited 1 times, 1 visit(s) today

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*