Le Maroc et l’Algérie, doivent-ils enterrer la hache de guerre? Un ancien ministre lance un appel

Les relations entre Alger et Rabat sont, sans raison, dans une situation de blocage, et l’initiative de la main tendue du roi Mohammed VI envers l’Algérie et le message chaleureux du Président Bouteflika sont une chance à saisir pour les relacer, a déclaré l’ex-ministre algérien des Affaires étrangères Lakhdar Brahimi.

L’appel du roi Mohammed VI aux autorités algériennes pour un dialogue «franc et direct» est tout à fait louable dans le sens de l’instauration de relations bilatérales normales entre les deux pays, a déclaré le 9 décembre Lakhdar Brahimi, ancien ministre algérien des Affaires étrangères (1991-1993), dans un entretien donné au magazine Jeune Afrique, en réitérant son appel à la réouverture de la frontière entre les deux pays fermée depuis 1994.

«Il n’y a pas de raison pour que les relations entre l’Algérie et le Maroc soient dans cet état», a estimé le diplomate.

Évoquant la situation de blocage entre les deux pays en particulier à cause du dossier du Sahara occidental et sur les possibilités de relancer les relations, l’ancien ministre a souligné que «vous savez, maintenant, il y a eu cette initiative du roi. Il y a eu aussi un message très chaleureux du PrésidUnion du Maghreb arabe: Paris peut-il servir de trait d’union entre Alger et Rabat?
ent Bouteflika au roi il y a quelques jours», en ajoutant que «ce n’est pas moi qui vais répondre à la place d’Alger».

Face au blocage des relations bilatérales entre l’Algérie et le Maroc, marqué ces deux dernières semaines par des initiatives interposées entre les deux parties pour relancer le dialogue, Tunis s’est positionné en médiateur entre Alger et Rabat dans le but de contribuer à aplanir rapidement les différends, a déclaré le 28 novembre Khemaies Jhinaoui, le ministre tunisien des Affaires étrangères, dans un entretien accordé à Assabah News.

Ces deux initiatives, en l’occurrence l’appel de Mohammed VI en faveur d’un dialogue avec Alger et la convocation par les autorités algériennes d’une réunion urgente des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Union du Maghreb arabe (UMA), pour relancer la construction de cet ensemble géopolitique et économique régional, peuvent, selon le diplomate «contribuer à la relance des relations entre l’Algérie et le Maroc et mettre fin au conflit entre les deux pays».

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.