Ce que nous pouvons apprendre des gilets jaunes sur la lutte contre le changement climatique

Andreas Malm* 

S’il y avait d’autres peuple que celui de la France avec une culture de résistance et savaient se battre, nous aurions peut-être été ailleurs que sur cette planète extrêmement chaude. Andreas Malm dit que si nous voulons vraiment sauver la planète, nous devons poursuivre un autre type de politique climatique, une politique qui pourrait apprendre beaucoup des méthodes et des tactiques des gilets jaunes.

Si quelqu’un a besoin d’une autre leçon sur la façon de ne pas atténuer le changement climatique, il peut remercier Emmanuel Macron. Éliminer les taxes sur les plus riches, puis alourdir les taxes sur les carburants: un moyen de plus de se tirer une balle dans le pied tout en prétendant avoir un avenir plus vert. La gouvernance climatique capitaliste a, bien sûr, excellé dans ce genre de pseudo-réformes semi-illusoires et destructrices au cours des deux dernières décennies. D’une manière ou d’une autre, il veille toujours à ce que les charges pèsent réellement sur les épaules des pauvres: convertir les terres agricoles en biocarburants et faire monter les prix des denrées alimentaires; compenser les émissions de luxe des forêts en croissance en Ouganda ou dans un autre lieu éloigné, où les agriculteurs doivent d’abord être expulsés; dites aux consommateurs ordinaires des pays occidentaux qu’ils assument la responsabilité de l’excès de CO2 et doivent choisir de meilleures solutions (généralement plus chères); Enfin, comme dernière solution miracle, planifiez des projets de géoingénierie destinés à gâcher des millions de vies déjà vulnérables, tout en préservant votre activité habituelle pendant un certain temps.

Maintenant, Macron est le dernier héros de la gouvernance climatique capitaliste. Autoproclamé gardien de l’accord de Paris, il a su créer une aura en tant que leader mondial restant à la recherche du prix de la réduction des émissions. Mais il arrive trop tard, car le type de gouvernement qu’il aime tant a fait ses preuves depuis longtemps. Il a fallu que les gilets jaunes le sortent de l’illusion (du moins pour le moment): on ne peut pas lutter contre le changement climatique en laissant les plus riches encore plus libres d’accumuler du capital, puis en imposant une taxe aux travailleurs pour les pousser, toutes classes confondues, dans la bonne direction. Cela n’a jamais fonctionné. Il ne le fera jamais.

Malheureusement, l’illusion perdure dans le courant bourgeois du mouvement écologiste: les lobbyistes verts réunis à la COP24 ont salué la décision de Macron de suspendre la taxe sur les carburants avec «consternation». « Si la France freine la taxe sur le carbone, elle freine la transition énergétique et envoie un très mauvais signal », a déclaré Pierre Cannet, responsable de la politique climatique et énergétique du WWF France (bien qu’il semble que l’organisation imite Macron, en quelque sorte – a plus tard compris son erreur et envoyé un communiqué de presse prenant ses distances par rapport à la taxe).

Mais comme l’explique Maxime Combes d’Attac France dans un article magnifique, la taxe n’aurait jamais précipité une sorte de « transition énergétique ». Elle n’aurait pas dépollué le parc automobile français. Son seul effet réel aurait été ressenti dans les portefeuilles des consommateurs les plus démunis qui n’ont pas les moyens de se débarrasser de leurs vieilles voitures.

Néanmoins, il est urgent de retirer les voitures de nos routes – comment pouvons-nous nous assurer que cela se produise? Pour commencer, par le biais du développement massif des transports publics dans les zones urbaines et rurales, de la diffusion massive des modes de transport alternatifs (bicyclettes électriques, covoiturage avec véhicules électrifiés), de la prohibition de la voiture individuelle fonctionnant aux combustibles fossiles dans les villes, du zonage des activités économiques pour mettre fin à l’étalement urbain, électrification rapide de l’automobilisation résiduelle nécessaire – en bref: investissement public et planification publique à l’échelle et à l’intensité correspondant à l’urgence climatique. Il serait utile que l’industrie automobile, en France comme ailleurs, reçoive l’ordre de transformer sa production en fonction des besoins de cette transition, un peu comme les usines automobiles américaines étaient converties à la fabrication de réservoirs lors de la Seconde Guerre mondiale.

Tout cela ne devrait sacrifier ni le travail ni le niveau de vie des travailleurs, mais pourrait améliorer les deux, tout en coupant les ailes des ultra-riches. Macron ne ressemble pas exactement au leader qui envisage un tel forfait en se couchant la nuit. Le président des riches préférerait plutôt compenser leurs péchés en faisant porter la croix à d’autres personnes jusqu’à ce qu’elles trébuchent. Mais le temps est révolu où de telles mesures pourraient même être imaginées pour faire la différence pour le climat: le temps est révolu où la classe capitaliste peut être laissée en paix. Toute avancée vers l’objectif consistant à éviter une rupture totale du climat nécessite désormais que ses palais soient envahis et pris d’assaut.

ET VOICI une deuxième leçon plus productive des dernières semaines: voici comment nous pouvons nous battre. Tous les progrès sur le front climatique se feront de manière conflictuelle: blocage de la circulation, sorties des écoles, rues principales, attaques de la forme de consommation la plus dommageable pour l’environnement – les orgies de luxe remarquables des riches – et pourquoi pas: voitures en feu . Puisque ni Macron ni aucun autre dirigeant d’un État capitaliste n’est prêt à faire ce qui doit être fait, ces États devront être obligés de le faire, précisément par le type de pouvoir ascendant que les gilets jaunes ont si efficacement fait parader.

Et il y a bien sûr les mouvements climatiques qui agissent dans cet esprit, notamment Ende Gelände, qui a envoyé fin octobre quelque 6 000 militants (dont un bon contingent de Français) vers les voies ferrées qui transportent le lignite, ou lignite, le plus sale des combustibles fossiles, des mines aux centrales électriques du cœur de l’industrie allemande. Ici, les cheminées produisent à la fois un nuage perpétuel de CO2 et de beaux profits pour leurs propriétaires privés. Pas tant quand les activistes d’Ende Gelände ont bloqué les voies et empêché physiquement le transport du charbon, pour faire monter la pression sur Angela Merkel – l’ancêtre de Macron en tant qu’ange gardien de la gouvernance capitaliste du climat – pour fermer les mines une fois pour toutes. Auto-organisé, non autorisé par la police, vêtu non pas en jaune mais en blanc, Ende Gelände n’a pas tout à fait atteint la profondeur de la masse ou le ton insurrectionnel des gilets jaunes : une raison de plus pour apprendre. A l’inverse, l’un des slogans qui ont été pulvérisés sur les murs du centre de Paris samedi dernier disait :  » la crise climatique est une guerre contre les pauvres « . Mais on pourrait souhaiter un militantisme climatique plus omniprésent parmi les gilets jaunes. C’est précisément le genre de convergence des luttes qui est nécessaire, et qui semble être dans les cartes pour le quatrième acte à venir.

Si la convergence se concrétise ou non, une leçon peut déjà être déduite: s’il y avait d’autres personnes que les Français avec une culture de résistance et savaient comment se battre, nous aurions peut-être été ailleurs que sur cette planète terriblement brûlante.

*Andreas Malm enseigne l’écologie humaine à l’université de Lund en Suède. Il est l’auteur de Fossil Capital: La montée en puissance de la vapeur et les racines du réchauffement climatique. Cet article a été publié pour la première fois par Verso.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.