Le roi du Maroc offre un hôpital à Alhoceima mais laisse Zefzafi en prison

Pour ne pas faire les choses à moitié, le roi du Maroc devrait libérer Nasser Zefzafi et ses camarades.

Etiquettes : Maroc, Mohammed VI, hôpital, Alhoceima, Nasser Zefzafi, Hirak, Rif,

Mohamed VI vient de donner le feu vert pour que les hôpitaux Mohamed VI à Al Hoceïma (250 chambres) et Zemmouri à Kénitra (450 chambres) soient ouverts aux citoyens après l’achèvement de leurs travaux.
Lors des manifestations du Hirak dans le Rif, un hôpital était revendiqué, les dirigeants sont toujours en prison. Parmi eux, Nasser Zefzafi.

Nasser Zefzafi est une figure centrale du mouvement de protestation appelé Hirak, qui a émergé dans la région du Rif au Maroc à partir de 2016. Le Hirak était principalement dirigé contre le sous-développement économique et social de la région, ainsi que contre les inégalités et l’injustice perçues. Nasser Zefzafi est devenu l’un des leaders les plus visibles du mouvement en raison de son charisme et de ses discours passionnés lors des manifestations.

En 2017, Zefzafi a été arrêté sous prétexte d’avoir interrompu un sermon religieux dans une mosquée, ce qui a déclenché une série de protestations plus larges. En juin 2018, il a été condamné à 20 ans de prison pour incitation à des troubles à l’ordre public et d’autres charges liées à sa participation au Hirak.

Sa détention a suscité des critiques de la part des défenseurs des droits humains et des organisations internationales, qui ont appelé à sa libération.

Le cas de Nasser Zefzafi et des autres détenus liés au Hirak a continué à être une question controversée au Maroc, soulignant les tensions entre les aspirations à la justice sociale et économique et les politiques de répression.

Pendant des décennies, les Rifains se sont sentis politiquement, économiquement et culturellement marginalisés et discriminés. [vii] Les autorités centrales n’ont commencé à investir dans la région qu’après un tremblement de terre en 2004 qui a causé d’importants dégâts. Malgré ce regain d’intérêt, le Rif souffre toujours d’un taux de chômage élevé, [viii] dépassant 20 % de la population active, ce qui représente le double de la moyenne nationale, tandis que l’économie informelle prédomine. La plupart des ménages dépendent du soutien financier de membres de la famille vivant en Europe, principalement aux Pays-Bas et en Belgique. La région manque également d’éducation : 43,8 % de la population n’a aucun diplôme, contre 36,9 % au niveau national.

Par conséquent, l’inauguration de l’hôpital d’Alhoceima devrait être accompagnée de la libérations des activistes du Hirak rifain.

#Maroc #MohammedVI #Rif #Hirak #NasserZefzafi #Alhoceima

Visited 4 times, 1 visit(s) today