L’UE s’intéresse au gazoduc Nigeria-Niger-Algérie (Piebalgs)

Le commissaire européen à l'énergie, Andris Piebalgs, a déclaré à Reuters qu'il s'intéressait vivement aux projets de développement du gazoduc transsaharien de 4.300 kilomètres allant du Nigeria à travers le Niger et l'Algérie jusqu'à la Méditerranée.

Etiquettes : Union Européenne, UE, gazoduc, pipeline, NIGAL, Nigeria, Niger, Algérie, gaz, Transaharan,

Par Pete Harrison

BRUXELLES, 9 septembre (Reuters) – Un immense gazoduc transportant du gaz nigérian vers le nord à travers le désert du Sahara pourrait aider l’Union européenne à diversifier ses sources d’énergie, a déclaré mardi le commissaire européen à l’énergie.

L’UE dépend de la Russie pour environ 40 % de son gaz et un tiers de son pétrole, mais elle cherche à réduire cette dépendance lourde depuis que les différends entre la Russie et les États de transit comme l’Ukraine ont mis en évidence la fragilité de l’approvisionnement énergétique de l’UE.

Les frictions autour de l’invasion de la Géorgie par la Russie le mois dernier ont poussé la sécurité énergétique encore plus haut dans l’agenda du bloc.

Le commissaire européen à l’énergie, Andris Piebalgs, a déclaré à Reuters qu’il s’intéressait vivement aux projets de développement du gazoduc transsaharien de 4.300 kilomètres allant du Nigeria à travers le Niger et l’Algérie jusqu’à la Méditerranée.

« Le Nigeria est déjà très important pour notre sécurité d’approvisionnement — 20 % de leur pétrole et 80 % de leur gaz vont en Europe, » a déclaré Piebalgs par téléphone depuis le Nigeria, avant des discussions sur la coordination des projets énergétiques et la recherche de la paix dans le delta du Niger en proie aux troubles.

Actuellement, le gaz nigérian est expédié vers l’Europe sous forme de GNL liquéfié, mais un gazoduc est considéré comme améliorant la sécurité et également les perspectives des régions de transit en Afrique, réduisant ainsi le flux de migrants vers l’Europe.

« Le développement d’un projet transsaharien avec 20 milliards de mètres cubes par an qui pourraient arriver en Europe d’ici 2015 et augmenter la sécurité d’approvisionnement du Nigeria lui-même et des pays qu’il traverse en fait un projet très intéressant pour le Nigeria et l’Europe, » a déclaré Piebalgs.

Le Nigeria possède les septièmes plus grandes réserves de gaz prouvées au monde, mais il n’a pas été en mesure de développer son industrie gazière à son plein potentiel en raison d’un manque de fonds et de régulation.

L’UE n’est pas seule à courtiser le Nigeria pour ses réserves de pétrole et de gaz. La semaine dernière, le géant gazier russe Gazprom a signé un accord d’exploration pétrolière et gazière là-bas, prévoyant de développer les exportations de GNL vers l’Amérique du Nord.

Le Nigeria espère doubler sa production de brut à 4 millions de barils par jour d’ici 2010, bien que les attaques des militants sur les pipelines et les problèmes de financement aient jeté le doute sur ces plans.

Mais Piebalgs a déclaré que cet objectif, s’il était atteint, pourrait aider à apaiser encore davantage les prix du pétrole, actuellement autour de 104 $ le baril après avoir atteint un sommet historique de 147,3 $ en juillet.

« Les plans visant à augmenter la production à 4 millions de barils par jour dans les années à venir pourraient avoir un impact très positif pour maintenir les marchés pétroliers mondiaux mieux approvisionnés, » a-t-il déclaré.

Par Reuters

#UnionEuropéenne #UE #Gazoduc #Nigeria #Niger #Algérie #Pibalgs #Pipeline #gaz #Transaharan #NIGAL

Visited 1 times, 1 visit(s) today