Nouveau monde, nouvel espoir : la lutte pour un Sahara occidental libre se poursuit

Selon plusieurs experts présents sur scène, le manque d'attention de la communauté internationale est dû au fait que le Maroc offre aux entreprises occidentales un accès aux ressources naturelles et à d'autres opportunités commerciales dans les territoires occupés du Sahara Occidental.

Etiquettes : Sahara Occidental, Maroc, Front Polisario, peuple sahraoui, UPES, ONUm décolonisation,

La vie sous occupation est une lutte constante. Ceci est constamment exprimé lors de la conférence de presse internationale dans un camp de réfugiés au Sahara occidental. La conférence a lieu du 1er au 5 mai et est organisée par l’Union sahraouie des journalistes et écrivains (UPES).

Le Sahara occidental est occupé par le Maroc, un pays où le roi Mohammed VI exerce un contrôle total sur les forces armées, le système judiciaire et toute la politique étrangère du Maroc. Au Sahara occidental, la monarchie marocaine viole les droits humains du peuple sahraoui. Des enfants souffrent de malnutrition, des journalistes sont jetés en prison et les observateurs internationaux se voient refuser l’accès aux territoires occupés.

La colonisation du Sahara occidental par le Maroc dure depuis 1975 ; cependant, l’occupation reçoit peu d’attention de la part de la communauté internationale. Grâce à l’occupation, le Maroc offre des opportunités commerciales aux entreprises occidentales tandis que les services de renseignement marocains utilisent des logiciels espions israéliens pour surveiller les Sahraouis.

Mais le mouvement révolutionnaire sahraoui pour la liberté – le Front Polisario – n’abandonne pas : en 2020, le Polisario a repris sa lutte armée contre le Maroc. Les Sahraouis espèrent qu’un nouvel ordre mondial, non dominé par l’Occident, ouvrira de nouvelles possibilités dans la lutte pour un Sahara occidental libre et indépendant.

La conférence de presse a lieu à la Wilayah de Bojador, l’un des cinq camps de réfugiés sahraouis situés en Algérie à la frontière avec le Sahara occidental. L’Algérie a cédé la zone au Polisario, qui administre les camps de réfugiés. Ainsi, on pourrait dire que le Sahara occidental est divisé en trois zones. Il y a les territoires occupés du Sahara occidental, où le Maroc est au pouvoir. Il y a les zones libérées du Sahara occidental, où le Polisario est au pouvoir. Et puis il y a les camps de réfugiés en Algérie, où le Polisario est également au pouvoir. Des gens sont peut-être venus du monde entier pour assister à la conférence de presse. Mais ce sont les participants des territoires occupés du Sahara occidental qui sont les plus acclamés à l’ouverture des différents débats. Cela est dû aux conditions de vie difficiles dans les territoires occupés.

« Aujourd’hui, de nombreux enfants souffrent de malnutrition à cause de l’occupation », déclare Buhubeini Yahya, chef de l’organisation non gouvernementale (ONG) Croissant-Rouge sahraoui (SRC), qui opère dans les territoires occupés. Les problèmes de malnutrition sont en partie dus au fait que le Maroc bloque actuellement l’accès du Polisario aux territoires occupés, rendant le mouvement pour la liberté incapable de fournir une aide humanitaire à la population locale. Les journalistes sahraouis, qui souhaitent par exemple couvrir la malnutrition des enfants dans les territoires occupés, font un travail qui peut leur coûter cher. Bhakha*, qui travaille comme journaliste dans les territoires, le sait.

« Mes collègues et moi essayons de dénoncer les crimes du Maroc. Mais plusieurs ont été arrêtés, certains ont été condamnés à 27 ans de prison », déclare Bhakha depuis la scène. « La police marocaine kidnappe des journalistes et confisque nos téléphones et appareils photo. Les médias voient leurs comptes bancaires bloqués et nos sites Internet sont victimes de cyberattaques », poursuit-il. Bhakha affirme que dans les territoires occupés, le Maroc réprime les militants qui organisent des manifestations et dénoncent l’occupation. Selon lui, des militants ont été « jetés du haut d’immeubles » en guise de punition pour avoir manifesté.

« Les autorités marocaines ont intensifié leur série de violations contre les militants sahraouis indépendantistes à travers des mauvais traitements, des arrestations, des détentions et du harcèlement dans le but de les réduire au silence ou de les punir », écrivait l’ONG Amnesty International en 2021.

En huit mois, Amnesty a enregistré « sept cas de torture ou autres mauvais traitements, trois perquisitions à domicile, deux assignations à résidence de facto et neuf cas d’arrestations, de détentions et de harcèlement d’individus en relation avec l’exercice pacifique de leur liberté d’expression et de harcèlement ». assemblée. »

Sukina ne peut retenir ses larmes. Elle assiste à la conférence de presse pour parler de son frère Hussein, un militant des territoires occupés qui a été jeté en prison pour s’être prononcé en faveur de l’indépendance du Sahara occidental. « J’ai beaucoup de mal à parler des souffrances de mon frère en prison », explique Sukina.

À côté de Sukina se trouve le journaliste Mustaffa, qui a lui-même été enfermé dans une prison marocaine en tant que prisonnier politique parce qu’il couvrait l’occupation marocaine. Mustaffa décrit un système pénitentiaire dur où les détenus vivent dans des « conditions misérables » avec de nombreuses maladies qui circulent.

Selon Prison Insider, plateforme d’information sur les prisons, les organisations de défense des droits humains s’inquiètent du « recours massif à la torture et aux mauvais traitements contre les prisonniers au Maroc et au Sahara occidental, où les prisonniers politiques sont nombreux et particulièrement vulnérables ».

Sukina dit que sa famille doit traverser beaucoup d’épreuves pour voir son frère Hussein dans la prison marocaine où il est détenu. Le simple fait d’arriver à la prison peut prendre plus d’une journée.

« La prison se trouve à plusieurs kilomètres du domicile de ma famille. Nous avons été obligés de marcher si loin que ma mère souffre désormais d’une maladie rénale. Il n’y a aucun endroit près de la prison où nous puissions passer la nuit. Nous devons faire l’aller-retour le même jour », dit-elle. Sukina poursuit : « Une fois sur place, il n’est pas du tout certain que les gardiens de prison marocains nous laisseront voir mon frère. Ils nous ont rejetés à plusieurs reprises avec des propos moqueurs.»

« Et quand ils nous permettent de rencontrer Hussein, c’est toujours une réunion trop courte [et] sous la supervision des gardiens de prison. Mon frère n’a pas le droit de dire un mot sur les conditions de détention », soupire Sukina. Lors de la conférence de presse dans le camp de réfugiés, de nombreux participants locaux ont exprimé leur frustration face au fait que la communauté internationale ferme généralement les yeux sur l’occupation du Sahara occidental par le Maroc.

Selon plusieurs experts présents sur scène, ce manque d’attention est dû au fait que le Maroc offre aux entreprises occidentales un accès aux ressources naturelles et à d’autres opportunités commerciales dans les territoires occupés. Ici, les entreprises européennes sont impliquées – par le biais d’importations, d’exportations ou de prestations de services techniques – dans l’extraction du phosphate, les projets éoliens, l’agriculture et la pêche.

L’exploitation économique du Sahara occidental sans le consentement du peuple sahraoui constitue une violation du droit international. Les Sahraouis n’acceptent pas les activités économiques dans les territoires occupés et ne reçoivent pas de part des bénéfices.

En 2017, les compagnies maritimes danoises Ultrabulk et Clipper ont été prises entre deux feux politiques lorsqu’il est apparu qu’elles expédiaient des marchandises depuis le Sahara Occidental occupé. Anders Samuelsen, alors ministre danois des Affaires étrangères du parti néolibéral Alliance libérale, a refusé d’intervenir.

De cette manière, les entreprises et les gouvernements occidentaux contribuent au maintien de l’occupation marocaine du Sahara occidental. Au cours de la conférence, des expressions répétées de soutien aux Palestiniens qui souffrent actuellement du génocide israélien ont été répétées. Tous les participants se lèvent et observent une minute de silence en solidarité avec la Palestine. De cette façon, un peuple occupé fait preuve de solidarité avec un autre. Les Sahraouis et les Palestiniens luttent contre leurs puissances occupantes respectives, qui collaborent entre elles.

En décembre 2020, un mois avant l’expiration de son mandat présidentiel, Donald Trump déclarait que les États-Unis considéraient désormais l’ensemble du Sahara occidental comme faisant partie du territoire marocain. C’est l’une des décisions que l’actuel président américain Joe Biden a choisi de ne pas modifier. En échange de cette déclaration, les États-Unis ont exigé que le Maroc établisse des relations diplomatiques avec Israël. Aujourd’hui, le Maroc reconnaît Israël en tant qu’État et Israël reconnaît la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.


Source : CounterPunch, 24/06/2024

#SaharaOccidental #Maroc #Polisario #sahraoui #ONU

Visited 1 times, 1 visit(s) today