Sahara Occidental: Guterres accusé d’avoir couvert des scandales sexuels à la MINURSO

Colin Stewart et Alexander Ivanko, deux anciens chefs de la mission onusienne au Sahara Occidental (MINURSO) accusé d'harcélement sexuel par le site Inner Press City.

Etiquettes : Sahara Occidental, Maroc, Antonio Guterres, MINURSO, Alexander Ivanko, Colin Stewart, harcèlement sexuel,

Accablée par une histoire d’allégations de corruption visant ses chefs, ainsi que par des scandales sexuels au sein de ses missions à travers le monde, la direction de l’ONU se retrouve une fois de plus entourée de controverse.

Le Secrétaire général Antonio Guterres, qui répète à chaque fois dans ses rapports annuels avoir une politique de tolérance zéro en matière de harcèlement sexuel, est accusé d’avoir couvert deux anciens responsables de la MINURSO (Mission des Nations Unies pour le Référendum au Sahara Occidental), le canadien Colin Stewar et le russe Alexander Ivanko.

Inner City Press, site spécialisé des questions onusiennes vient de révéler que ce dernier avait noué une relation sexuelle avec une femme marocaine recrutée à la MINURSO par son prédécesseur, Colin Stewart, lui même accusé, según la même source, de harcèlement sexuel lors d’un précédent poste à l’ONU, mais il est sur le point de bénéficier d’une dissimulation par le patron de l’ONU « pour protéger un autre fonctionnaire de l’ONU ».

L’affaire impliquant Stewart, révélée par Inner City Press, repose sur des allégations contre l’ancien politicien canadien qui était directeur politique du bureau de l’ONU à Addis-Abeba, et qui impliquerait plusieurs jeunes membres du personnel éthiopien. Stewart, âgé de 58 ans, y travaillait entre 2011 et 2016. En décembre 2017, Guterres a annoncé que Stewart prendrait la tête de la mission de l’ONU au Sahara occidental.

Selon des informations récemment obtenues par Inner Press City, « un policier marocain a dû le ramasser (Ivanko, ndlr) dans la rue à Laâyoune où il était tombé tard dans la nuit en état d’ébriété après avoir essayé de voir cette femme marocaine qui était encore avec son alors « petit ami » (un ancien militaire britannique et maintenant employé de l’UNMAS). La femme se plaint à son ancien client/petit ami que les autorités marocaines font pression sur elle et sa famille pour rester avec Ivanko et « le garder heureux ». L’ex-petit ami (un ancien militaire britannique, maintenant employé de l’UNMAS), est ensuite exfiltré vers une autre mission de l’ONU à Khartoum, au Soudan ».

Inner City Press indique avoir posé questionné à tous les porte-paroles de l’ONU sur ces affaires. « Silence total », était leur réponse.

Maintenant, la question au million est : La femme marocaine qui a dragué Ivanko, est-elle un agent de la DGED, les services de renseignement extérieur marocain?

Pour rappel, Matthew R. Lee, rédacteur en chef du journal Inner City Press, a récemment été malmené par des agents de sécurité de l’ONU et interdit d’accéder à son bâtiment (après y avoir travaillé pendant 10 ans) simplement pour avoir posé des questions difficiles et avoir révélé l’affaire Stewart.

#SaharaOccidental #Maroc #MINURSO #Alexander Ivanko #ColinStewart #DGED #Guterres #harcèlementsexuel #UNMAS

Visited 1 times, 1 visit(s) today