Les Espagnols espèrent résoudre leurs problèmes avec l’Algérie via l’Union européenne

L'Espagne est considérée comme la partie la plus affectée par cet accord depuis plus de deux ans, en raison du différend diplomatique entre l'Algérie et Madrid, qui a rapidement élargi l'économie, en raison de la position "hostile", selon le président Abdelmadjid Tebboune, de ce dernier sur la question du Sahara occidental, ce qui a entraîné des sanctions sévères et causé de graves problèmes politiques, économiques et sociaux à son Premier ministre, Pedro Sánchez.

Etiquettes : Algérie, Espagne, Union Européenne, importations, exportations, accord d’association,

Mohamed Meslem

Les Espagnols se sont réjouis de l’initiative de l’Union européenne appelant au dialogue avec l’Algérie afin de trouver une solution à l’état de tension qui dure depuis plus de quatre ans entre Alger et Bruxelles concernant les échanges commerciaux, qui ont connu une baisse significative en raison des réserves de l’Algérie quant à la poursuite de sa collaboration dans le cadre de cet accord d’association signé il y a plus de vingt-quatre ans.

L’Espagne est considérée comme la partie la plus affectée par cet accord depuis plus de deux ans, en raison du différend diplomatique entre l’Algérie et Madrid, qui a rapidement élargi l’économie, en raison de la position « hostile », selon le président Abdelmadjid Tebboune, de ce dernier sur la question du Sahara occidental, ce qui a entraîné des sanctions sévères et causé de graves problèmes politiques, économiques et sociaux à son Premier ministre, Pedro Sánchez.

À ce sujet, le journal espagnol « El Independiente » a estimé les pertes annuelles pour l’économie de son pays depuis le début de la crise avec l’Algérie à pas moins de 3,8 milliards d’euros par an, un chiffre considérable pour un pays qui mise sur le maintien de sa position de quatrième économie du continent européen.

Mais comment les Espagnols ont-ils accueilli l’invitation lancée par Bruxelles à l’Algérie pour rétablir l’accord de libre-échange entre les deux parties ?

Selon le même journal, il n’y a rien de nouveau pour les spécialistes, qui citent des sources prévoyant la poursuite de l’éloignement entre l’Algérie et Madrid tant que rien ne change dans la position de Madrid sur des questions sensibles pour l’Algérie, comme celle du Sahara occidental, en plus de la difficulté à adoucir la position algérienne dans le cadre de l’accord d’association, qui a causé d’énormes pertes à l’Algérie estimées à environ trente milliards d’euros, en raison du non-respect par la partie européenne de ses obligations contractuelles telles que les investissements et le transfert de technologie, ainsi que la clause qui stipule le droit de la partie affectée de réviser l’accord.

Le côté algérien a également conclu dans sa crise avec Madrid, indique le journal espagnol, que les secteurs soumis à une interdiction totale d’importations en provenance d’Espagne, notamment le secteur de la céramique, ont contribué à renforcer une industrie locale, ce qui encourage la poursuite de cette approche, quel que soit le niveau de mécontentement européen, car la question est liée à l’intérêt national.

Les exportations européennes vers l’Algérie se sont effondrées ces dernières années, passant de 22,3 milliards d’euros en 2015 à 14,9 milliards d’euros en 2022, avec une différence d’environ huit milliards d’euros, alors qu’elles auraient dû augmenter plutôt que de diminuer, si ce n’était pas pour l’égoïsme de la partie européenne, qui suivait ses propres intérêts étroits et ne respectait pas ses obligations contractuelles.

En cas de non-aboutissement d’un accord entre l’Algérie et Bruxelles, la question pourrait être portée devant un arbitrage international, et si le litige persiste, l’accord signé en 2002 et entré en vigueur en 2005 pourrait être suspendu, car l’Algérie insiste pour défendre ses droits avec force et ne s’attend pas à faire des concessions tant que la partie lésée a le droit de proposer ses amendements à un accord pratiquement mort.

Ces dernières années, l’Algérie a adopté un système de licences d’importation non automatiques, qui ne prend pas en compte les considérations de libéralisation des tarifs douaniers. Il s’agit d’un système basé sur le besoin spécifique d’un produit, plutôt que sur l’importation aléatoire et frauduleuse qui prévalait auparavant et causait d’énormes pertes à l’économie nationale, ce que la partie européenne rejette, habituée à inonder le marché algérien de biens entièrement fabriqués dans des pays européens, sans la moindre contribution locale.

Echouroukonline, 19 juin 2024

#Espagne #Algérie #UnionEuropéenne #UE Accordsdassociation

Visited 1 times, 1 visit(s) today