Le légendaire couturier français Yves Saint-Laurent et sa passion pour le Maroc

Lorsque Yves Saint-Laurent a découvert le Maroc, les gens portaient des robes colorées et les rues ainsi que les maisons étaient très colorées.

Etiquettes : Yves Saint-Laurent, Maroc, couture,

Mouna Mekouar, conservatrice d’art indépendante marocaine basée à Paris, spécialisée en muséologie et histoire de l’art, a organisé des expositions au Centre Pompidou-Metz, au Palais de Tokyo, au Musée du Quai Branly, au Jeu de Paume et au Musée Yves Saint Laurent à Marrakech. À l’initiative de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, visant à mettre en lumière les influences artistiques d’Yves Saint Laurent, Mekouar a co-curaté l’exposition « Yves Saint Laurent dans les musées » en 2022, marquant le 60e anniversaire de sa première collection de haute couture sous son nom. Dans un format inédit, l’exposition permettait aux visiteurs de redécouvrir le processus créatif du designer, ses inspirations et ses vêtements, présentés simultanément dans six institutions parisiennes : le Centre Pompidou, le Musée d’Art Moderne de Paris, le Musée du Louvre, le Musée d’Orsay, le Musée National Picasso-Paris et le Musée Yves Saint Laurent Paris. Cela a été suivi par l’exposition « Love » au Palácio Duques de Cadaval à Évora, au Portugal, co-curatée par Mekouar avec Stephan Janson et Alexandra de Cadaval. Elle discute de la fascination d’Yves Saint Laurent toute sa vie pour le Maroc.

Yves Saint Laurent a-t-il créé une collection dédiée au Maroc ?

Non, mais il avait le Maroc comme l’un de ses thèmes, reflété à travers différents aspects. Le premier était l’utilisation de la couleur. Il a découvert le Maroc en 1966. Avant cela, ses vêtements étaient principalement en noir, blanc ou gris. Lorsqu’il a découvert le Maroc, les gens portaient des robes colorées et les rues ainsi que les maisons étaient très colorées. Il a été profondément choqué et est tombé amoureux de ces couleurs. La couleur est alors devenue l’un des thèmes de ses collections. Le deuxième thème marocain dans ses collections était l’utilisation de vêtements traditionnels masculins marocains, mais au lieu de les conserver pour les hommes, il a commencé à les transformer pour les femmes. C’était une autre manière d’intégrer le Maroc dans ses collections, en adaptant des vêtements masculins pour les femmes. Ensuite, le troisième aspect était les robes marocaines, les broderies et tout l’univers féminin au Maroc, ce qui était complètement interdit pour les hommes dans les années 60 et 70.

Est-ce que Yves Saint Laurent avait des ateliers au Maroc ?

Il n’avait pas d’ateliers, mais il observait ce qui se passait. Une de ses meilleures amies au Maroc était une dame styliste qui lui a ouvert les yeux et les portes vers ces traditions au Maroc. Il venait deux fois par an au Maroc, en décembre et en juin, pour concevoir ses collections, donc il évoluait dans un environnement très marocain tout en pensant à ses collections parisiennes.

Pensez-vous qu’il se sentait plus marocain que français ?

Il disait toujours que le Maroc était son pays adoptif ou son deuxième pays, voire peut-être le premier. Il existe de nombreuses photos où on le voit porter la robe blanche traditionnelle marocaine pour hommes. Je pense qu’il se sentait chez lui au Maroc autant qu’à Paris. C’est pourquoi il avait une résidence au Maroc et que ses cendres ont été dispersées là-bas.

Décrivez les cartes de vœux grand format que Yves Saint Laurent réalisait lors de ses séjours à Marrakech sur une période de 27 ans.

Lorsque Yves Saint Laurent venait au Maroc en décembre pour créer ses collections, il dessinait également une affiche, une carte de Noël, chaque année, qu’il envoyait à ses amis, à sa famille et à ses clients. Il utilisait toujours le mot « amour », l’année et sa signature. Elles étaient très colorées et montraient un aspect de l’une de ses inspirations. Dans l’un d’eux, on pouvait reconnaître Matisse et le jazz, mais aussi les vitraux du Maroc et les carreaux de zellige, ce qui permettait de voir combien de niveaux il y avait en un seul. Il a commencé la première en 1970 et la dernière a eu lieu presque à la fin de sa vie, en 2008. Il en faisait une chaque année et les envoyait dans un tube, dans l’idée d’envoyer un message dans une bouteille à la mer à l’un de vos amis. Les gens les gardaient et les collectionnaient.

Robert Verdi, qui se décrit lui-même comme un « entrepreneur intrépide + super-héros de la mode + créateur de goût imparable », a charmé la foule par son éloquente introduction.

« Lors de son exposition actuelle au Broad Museum de Los Angeles, la visite des galeries soulève des questions sur la profondeur de la conscience de notre société et de sa sensibilisation à la beauté noire, à l’inclusion et à la représentation », a déclaré M. Verdi. « En plus de 20 ans de création, Mickalene n’a pas renoncé à sa responsabilité envers la vérité des choses. Toute sa vie est une réaction à l’hostilité, à l’intolérance. Tout ce qu’elle fait vise à brouiller les lignes de ce qui est acceptable et à offrir des options aux personnes dont les idéaux ne sont pas conformes aux normes limitées de la beauté. C’est à travers les yeux de cette artiste et sa vision qu’elle nous montre le monde tel qu’elle le voit, immergé dans la beauté noire, animé par le pouvoir féminin et débordant de séduction. C’est la magie pure de Mickalene. Elle est dans son pouvoir à chaque instant. Elle est dans son pouvoir à ce moment précis. Elle est dans l’acte de création, et dans l’acte de vivre son but, qui n’est pas statique. Pour mon amie Mickalene Thomas, il n’y a pas de sommet à atteindre. Elle perçoit les possibilités que nous croyons tous être dans l’avenir et s’efforce de les concrétiser dans le présent. Sa vie et son travail font partie d’une orchestration divine ».

Avec plus de 90 œuvres créées au cours des deux dernières décennies, Mickalene Thomas : All About Love, est présentée au Broad jusqu’au 29 septembre, avant de se rendre à la Fondation Barnes à Philadelphie et à la Hayward Gallery à Londres. L’exposition partage un titre et des thèmes avec l’ouvrage de bell hooks, auteur féministe noir pionnier, théoricien, éducateur et critique social, best-seller du New York Times en 2018, qui examine les maux sociaux qui divisent notre société et dessine un avenir de guérison.

Natasha Gural

Source : Forbes, 19 juin 2024

#Maroc #YvesSaintLaurent #JardinMajorelle #Musée

Visited 1 times, 1 visit(s) today