Affaire Naturgy-Taqa : L’Algérie dame le pion aux Emirats

Des médias espagnols avaient estimé que l’irruption de l’entreprise émiratie dans « l’espace énergétique stratégique algérien » visait finalement à contourner l’embargo décrété sur les livraisons de gaz algérien au Maroc.

Etiquettes : Naturgy, Taqa, Algérie, Espagne, Emirats Arabes Unis, Sonatrach, gaz, Maroc,

Les négociations pour la cession de parts dans le capital social du groupe énergétique espagnol Naturgy, à l’entreprise émiratie Taqa, ont échoué, indique le quotidien espagnol El Mundo qui a cité des sources proches du dossier.

Il faut rappeler qu’au mois d’avril dernier, le gouvernement espagnol avait accueilli favorablement une offre de l’entreprise émiratie Taqa tout en affirmant qu’il défendrait les intérêts stratégiques du pays. Des sources avaient même annoncé que le gouvernement de Pedro Sanchez dans le cadre de l’OPA (Offre publique d’achat) lancée, avait entamé des négociations avec les principaux actionnaires de Naturgy dont la Sonatrach qui détient 4,1% des parts dans le capital social du groupe.

Citant le secrétaire général de Taqa, Mohamed Adnane Chorfi, sans énoncer les raisons qui ont conduit à l’échec des négociations avec Naturgy, a affirmé que le dossier est clos. Pour sa part El Mundo a annoncé que la plus grande OPA qui était attendue sur le marché espagnol, avec une offre supérieure à 25 milliards d’euros, est tombée à l’eau après le retrait, inattendu, de Taqa des négociations.

Il faut préciser que cette opération, menée conjointement avec Criteria, visait à céder les parts des fonds CVC et GIP, qui détiennent plus de 40% de la société énergétique espagnole, pour assurer la stabilité du groupe qui commençait à connaitre des difficultés depuis quelques mois. Toutefois, d’autres sources ont indiqué que parmi les raisons de l’échec des négociations le refus de Sonatrach de voir l’Espagne livrer une partie du gaz algérien au Maroc.

Il fait préciser dans ce cadre que la Sonatrach détient des actions dans le capital du groupe espagnol et détient 51% du gazoduc Medgaz aujourd’hui désactivé. Sonatrach avait même menacé, au mois de mai dernier, de cesser ses livraisons de gaz à l’Espagne si l’OPA venait à aboutir. Des journaux espagnols avaient estimé que l’irruption de l’entreprise émiratie dans « l’espace énergétique stratégique algérien » visait finalement à contourner l’embargo décrété sur les livraisons de gaz algérien au Maroc.

« Taqa comptait livrer une partie du gaz du nouveau groupe qu’il comptait mettre en place une fois le rachat de Naturgy au Maroc, et nous refusons que notre gaz soit livré à Rabat d’une façon qui ne nous satisfait pas », ont indiqué ces médias citant des sources de Sonatrach.

Finalement, l’échec des négociations entre l’Espagne et les Emirats constitue un succès pour l’entreprise Sonatrach qui a fait valoir sa position d’actionnaire de Naturgy et de premier fournisseur de l’Espagne en gaz naturel. Actuellement les livraisons de Sonatrach couvrent 46% des besoins du marché de ce pays.

Slimane B.

Source : Le Courrier d’Algérie

#Algérie #Emirats #Taqa #Sonatrach #Naturgy #Maroc #Gaz #Espagne

Visited 1 times, 1 visit(s) today