Mohammed VI n’a jamais voulu le poste de roi du Maroc (Nicolas Pelham, The Economist)

Nicolas Pelham est correspondant de The Economist et auteur d'un récent article intitulé « Le mystère du roi disparu du Maroc ».

Etiquettes : Maroc, Mohammed VI, Abu Azaitar, Frères Azaitar, Le mystère du roi disparu du Maroc, The Economist,

Jon Alterman : Nicolas Pelham est correspondant de The Economist et auteur d’un récent article intitulé « Le mystère du roi disparu du Maroc ». Il explore les absences prolongées et inexpliquées du roi Mohamed VI du Maroc au cours des cinq dernières années, ainsi que l’association étroite du roi avec trois frères kickboxeurs d’origine allemande et d’origine marocaine qui ont souvent affiché leurs relations royales. Où était le roi ? et que nous apprend son comportement sur l’état de la politique marocaine ? Nick, bienvenue à Babel.

Nicolas Pelham : Jon, c’est bon d’être avec toi.

Jon Alterman : Vous avez écrit un article très intéressant dans le magazine 1843, un magazine associé à The Economist, intitulé « Le mystère du roi disparu du Maroc ». Parlez-moi de Mohammed VI du Maroc. Quel genre de roi est-il ? Comment la monarchie marocaine se compare-t-elle aux autres pays du Moyen-Orient ? Quel a été le rôle du roi et quel a été celui de Mohammed VI ?

Nicolas Pelham : Le Maroc aime dire qu’il est l’un des plus anciens royaumes du monde. Il remonte au VIIIe siècle. Dans le passé, le roi était connu sous le nom de sultan ou d’émir, et le type de leadership que vous avez aujourd’hui fait partie d’un héritage vieux de plus d’un millénaire. C’est différent car beaucoup de rois du Moyen-Orient sont des créations assez récentes.

La notion de roi a à peine 20 ans à Bahreïn. Même les Saoudiens ne sont devenus rois qu’au XXe siècle. Les Hachémites existent depuis longtemps, mais là encore, le titre de roi est nouveau. En conséquence, le Maroc aime se considérer comme ayant un pedigree et une tradition qui le mettent à égalité avec certains des royaumes les plus anciens du monde, comme la monarchie britannique. En interne, cela donne au royaume un poids dont les autres monarchies ne jouissent probablement pas, et le système éducatif et les médias poussent l’idée selon laquelle le roi et le pays ne font qu’un.

Mohammed VI a emboîté le pas. Il existe depuis plus de 20 ans, et pourtant, il y a quelque chose de très différent chez lui par rapport à son père, le roi Hassan II, qui était vraiment un personnage plus grand que nature.

Il semble que Mohammed VI n’ait jamais vraiment voulu ce poste ; il y a été poussé par son père. Il a eu une enfance difficile avec son père et une partie de ce ressentiment et de cette peur à l’égard de son père s’est transformée en ressentiment et en peur à l’égard du travail qui lui a été confié. Dès le début, il a eu du mal à jouer le rôle de roi et cela est devenu encore plus prononcé à mesure qu’il restait longtemps sur le trône.

Jon Alterman : L’une des choses qui m’a frappé à propos de ce roi, c’est que je n’ai jamais rencontré un Marocain qui avait des choses négatives à dire à son sujet, même des Marocains qui, je pense, pourraient avoir des raisons d’être critiques ; ils semblent tous avoir à la fois du respect et de l’affection pour ce roi. Avez-vous trouvé cela en racontant cette histoire ? Est-ce quelque chose que vous avez trouvé différent en parcourant le Moyen-Orient et en voyant la façon dont les gens parlent de leurs monarques ?

Nicolas Pelham : J’ai trouvé qu’ils étaient assez protecteurs envers lui. Je pense que ses échecs et son absence sont assez connus, et certaines de ses faiblesses et associations le sont également car elles sont publiées dans la presse officielle. Terminer l’image du monarque revient à ternir l’image du pays lui-même, dans la mesure où il représente le pays. Les Marocains sont nationalistes et farouchement fiers, et ils ne veulent pas avoir l’impression que l’image du roi ternit l’image du pays dans le monde entier. Cela dit, il est également illégal de dire le contraire, et la punition en cas de remise en question de l’intégrité du roi est sévère. Il existe un appareil d’État très lourd qui s’en prendra à vous s’il entend que vous insultez le roi. Il y a une énorme différence entre l’image populaire du roi, largement relayée par les médias d’État, et la manière dont il est perçu par son propre establishment. L’establishment s’inquiète beaucoup de cette figure centrale et cheville ouvrière du royaume. Il exerce un pouvoir immense. Sans lui, l’État peine à fonctionner. Il est tout simplement absent une grande partie de l’année, parfois plus de la moitié de l’année, mais il faut avoir un roi qui soit dans son royaume. Au Maroc, le roi n’est pas présent.

Cela inquiète beaucoup de Marocains, et ils l’expriment de plus en plus en privé. Nous avons vu des cas où les sentiments sont exprimés publiquement. Il y a là une grande inquiétude. Les Marocains veulent absolument un roi, et ils veulent un roi qu’ils peuvent aimer et qui peut faire le travail, mais on s’inquiète beaucoup du fait que ce roi ne soit tout simplement pas à la hauteur.

Jon Alterman : Vous avez donc parlé des faiblesses, et le sous-titre de votre article est : « En 2018, un kick boxeur allemand s’est lié d’amitié avec Mohammed VI. Le monarque a rarement été revu depuis. C’est plutôt une faiblesse. Parlez-moi du kickboxeur, Abubakr Abu Azaitar. Il n’a pas le pedigree normal que les gens qui se lient d’amitié avec les rois ont tendance à avoir.

Nicolas Pelham : Abu Azaitar est un personnage incroyable. Il est d’origine marocaine ; son père a émigré du nord du Maroc vers l’Allemagne. C’était un gangster qui a grandi dans une banlieue de Cologne, en Allemagne. Il a été emprisonné à plusieurs reprises pour avoir volé des Ferrari, participé à des rackets de protection ou battu sa petite amie. Il a fait deux séjours en prison et à sa sortie, il a détourné ses énergies et sa violence vers le kickboxing. Il est devenu champion de kickboxeur, a remporté plusieurs titres et a commencé à se mêler à une sorte de monde intérieur au fur et à mesure qu’il acquérait une renommée qui impliquait de fréquenter des rappeurs, des pop stars et des stars du porno.

En 2016, il retourne au pays natal de ses parents et passe du temps à Marrakech. Le roi admire, respecte et est enthousiasmé par les gens qui remettent en question le système. D’un côté, il est au sommet du système, et de l’autre, il est intrigué par les gens qui viennent de rien et qui ont gravi les échelons. Pour lui, Abu Azaitar et ses frères, qui sont également des kickboxeurs, représentaient une histoire de haillons qui s’enrichissent et de gens qui se sont battus contre le système et ont gagné. C’est une chose à laquelle le roi Mohammed pourrait s’identifier. Il n’aimait pas les fonctions d’ambassade ni être célébré comme un roi. Il ne se présentait jamais vraiment aux réceptions officielles, n’allait pas aux couronnements ou aux funérailles et s’endormait lors de rassemblements internationaux. C’est quelqu’un qui ne se sent vraiment détendu qu’en compagnie de gens qui rejettent l’establishment.

D’une certaine manière, c’est ce qui l’a le plus attiré chez les Abu Azaitars, et particulièrement chez Abubakr, qui est ce bel homme fringant, très bien bâti. Abubakr répond à tous les malaises que Mohammed VI éprouvait avec son propre système, connu sous le nom de Makhzen. Dans son enfance, il avait vu ce système comme oppressif, contrôlant, hiérarchique et représentatif de tout ce qu’il craignait de restreindre. Il a regardé les Abu Azaitars et les a vu comme des gens libérateurs et libres qu’il fallait envier.

Jon Alterman : Comment le Makhzen réagit-il à cela ? Comment l’establishment, qui s’est construit sur des centaines de siècles depuis son association avec la monarchie, gère-t-il un monarque qui semble se délecter des gens qui luttent contre l’establishment ?

Nicolas Pelham : Au départ, leur espoir était que Mohammed revienne à la raison. Ils pensaient pouvoir lui dire que ce n’était pas vraiment ce qu’un roi devrait faire et que son pays avait besoin de lui. Sans lui, la prise de décision est bien plus compliquée. Il doit approuver chaque décision du cabinet et, en tant que commandant des fidèles, il est la source de la légitimité religieuse et politique. Ils espéraient qu’à un moment donné, sa relation avec Abu Azaitar se dissiperait, mais cela ne s’est pas produit. Au lieu de cela, Mohammed semble passer encore plus de temps avec Abubakr, son frère jumeau et son autre frère. Il a commencé à amener la famille élargie d’Aboubakr dans le palais et à leur confier des fonctions de rôle.

Par exemple, le Sahara occidental est essentiel à l’identité du Maroc et à son sentiment de projection en Afrique. Mohammed a commencé à leur faire superviser sa prise de contrôle du Sahara occidental et leur a donné accès à son jet royal. Il leur donnerait des voitures. Il ne s’agissait pas non plus de personnes qui gisaient sous le parapet. Ils affichaient leur richesse et leurs privilèges royaux sur les réseaux sociaux, ce qui rendait furieux un système qui a un réel sens du décorum et mettait la monarchie sur un piédestal. Ces frères ont menacé de faire tomber le roi de son piédestal et la création par le Makhzen de la cour royale autour du roi a tenté de faire passer des messages à travers les médias officiels sur les antécédents de ces frères. Il existe plusieurs articles salaces sur les frères, avertissant qu’ils risquent de discréditer la monarchie.

Le roi n’a tout simplement pas compris le message. Il leur a donné toujours plus de pouvoir, au point qu’ils sont devenus véritablement ses gardiens. Ce sont eux qui éloigneraient les autres membres de la famille et les ministres. Essentiellement, il passait tout son temps en compagnie de ces trois frères, notamment Abu Azaitar. Presque tous ses conseillers et ministres comptaient sur ces frères pour accéder au roi, ce qui a provoqué une crise constitutionnelle au Maroc.

Jon Alterman : Cette histoire n’est pas sortie depuis un certain temps. C’est aussi une histoire que je n’ai jamais vue largement rapportée nulle part. En fait, votre article a été pour moi une révélation complète. J’essaie de suivre ce qui se passe au Moyen-Orient, et pourtant, c’est une histoire remarquablement importante dont personne ne parle. Pouvez-vous commencer à expliquer cela ? Depuis combien de temps travaillez-vous sur cette histoire et pourquoi pensez-vous que personne d’autre n’en a parlé ?

Nicolas Pelham : Je suis tombé sur cette histoire par hasard. J’ai tendance à retourner au Maroc car j’y ai vécu quelques années au moment de la succession du roi. Pendant ce temps, j’ai vu la difficulté qu’il avait à essayer de se mettre à la place de son père. Il était considéré comme le roi des pauvres et on avait vraiment le sentiment qu’il allait surmonter une partie de la brutalité de son père et s’attaquer à certaines violations des droits de l’homme. Je n’ai pas remonté plusieurs années en arrière, jusqu’au Printemps arabe, que le Maroc a géré assez adroitement.

Lors d’un récent voyage, il y a environ trois ans, j’ai commencé à entendre des fonctionnaires s’inquiéter de l’absence de leur roi. Ils posaient la question : « Où est-il ? Que fait-il à Fès ? Pourquoi ne revient-il pas ici ?

À l’époque, cela n’avait pas beaucoup de sens pour moi quant à ce qui l’éloignait. Je savais qu’il voyageait beaucoup mais cela me paraissait excessif car les chefs d’État arrivaient et Mohammed n’était pas là pour les recevoir. J’ai commencé à entendre des responsables parler du rôle que ces trois frères jouaient dans sa vie. Je ne savais pas trop quoi en penser à l’époque et j’étais surpris que ces fonctionnaires très bien informés et qui avaient fait carrière dans la loyauté envers le roi confiaient leurs inquiétudes face à l’absence du monarque.

Il y a environ deux ans, des articles ont commencé à paraître dans la presse marocaine sur le passé des Azaitars. La presse a réussi à mettre la main sur leurs casiers judiciaires en Allemagne et, étonnamment, la presse totalement inféodée à la monarchie a commencé à publier des articles dans des tabloïds sur le passé des amis du roi.

Pour des raisons que je ne comprends pas vraiment, la presse espagnole, Ignacio Cembrero en particulier, en a parlé, mais il n’y a eu pratiquement aucune suite. Nous avons commencé à écrire à ce sujet, et plus nous y approfondissions, plus il y avait de choses à signaler. Nous étions très inquiets parce que cela n’avait pas fait surface dans la presse anglophone ou francophone, et nous nous inquiétions des conséquences de sa publication. Le processus éditorial a été particulièrement rigoureux. Chaque ligne de cet article provient de plusieurs sources et a été vérifiée et revérifiée.

Jon Alterman : Avez-vous été surpris par le fait que certaines personnes étaient prêtes à vous parler ?

Nicolas Pelham : J’ai été surpris de voir à quel point c’était un enjeu pour les responsables avec qui j’ai parlé. Ce n’était pas quelque chose qu’ils voulaient éviter. Le pays avait besoin d’un leader et il voulait que son leader revienne. Au Maroc, les questions se multiplient sur ce qui arrive au royaume si le roi reste absent. Ils se demandent si un régent pourrait jouer ce rôle.

Il y a également eu des tensions dans le passé entre le roi et son pouvoir, en particulier son service de sécurité. Il y a eu des moments où les responsables de la sécurité étaient convaincus qu’ils pouvaient mieux gérer le navire de l’État. Il y a eu ces tentatives répétées d’assassinat de Hassan, le père de Mohammed, et des questions se posent donc quant à savoir qui pourrait tenter de combler cette lacune en matière de leadership.

Jon Alterman : Pensez-vous qu’il s’agit d’une situation propice à l’instabilité, ou avez-vous l’impression que c’est quelque chose que le système sera capable de gérer ?

Nicolas Pelham : Vous avez un système fort au Maroc. Il existe une bureaucratie, probablement l’un des États les mieux gérés du Moyen-Orient. Il existe une hiérarchie et une fonction publique qui fonctionne comme il se doit. Vous disposez également d’un système de sécurité très solide qui exerce une emprise sur le pays qu’il est prêt à utiliser. Depuis de nombreuses années, ils se sont habitués à un roi qui passe de longues périodes loin, que ce soit en Afrique de l’Ouest, au Gabon, sur la plage ou à Paris, ils ont appris à gérer cela.

Dans le même temps, ce genre de vide de pouvoir ne peut pas durer éternellement et les Marocains ont une affection pour un roi présent. Il était très frappant que lorsque le palais apprit pour la première fois que cet article était sur le point de paraître, le roi redevint soudainement très actif au Maroc. C’était pendant le Ramadan, et il a commencé à apparaître aux iftars et aux prières d’une manière que les Marocains n’avaient pas vue depuis des années. Ils sentaient que le roi était de retour et c’était très rassurant.

Le problème est que le Maroc ne dispose pas de pétrole pour se soutenir et qu’il est exposé aux flux et reflux de l’économie mondiale. De nombreux citoyens vivent également dans la pauvreté et il existe un historique de protestations de grande ampleur. Lorsque tous ces facteurs se combinent et qu’il y a un vide, des tensions se créent au sein même de l’establishment entre le prince héritier et le frère du roi et entre les différentes branches de l’establishment sécuritaire. On craint que si l’establishment se concentre trop sur ses propres affaires, il risque de disposer de moins de marge de manœuvre pour se concentrer sur les affaires de l’État.

Jon Alterman : Votre précédent article à succès dans The Economist portait sur Mohammed bin Salman d’Arabie Saoudite, sans doute un dirigeant toujours présent dans la vie de son peuple. En quoi le processus de reportage était-il différent sur cette histoire et cette histoire, et en quoi étaient-ils identiques ?

Nicolas Pelham : Mohammed ben Salmane domine la vie des gens de la même manière qu’un dictateur des années 70 et 80, comme Hafez al-Assad en Syrie ou Saddam Hussein en Irak. Ben Salmane est un maniaque du contrôle totalitaire. Il a la capacité de maîtriser tous les aspects de ce qui se passe dans le royaume et est toujours présent.

En se forgeant ce pouvoir, il a essentiellement réécrit le contrat social du royaume. Il s’est fait de nombreux ennemis et certains d’entre eux se trouvent désormais en dehors du royaume. Soit ils ont changé leur vie, soit il y a des gens à l’intérieur du royaume qui sont toujours prêts à parler. Lorsque j’étais en Arabie Saoudite, j’ai été vraiment frappé de voir à quel point les gens de tous les niveaux de la société étaient prêts à se confier parce qu’ils étaient préoccupés par la direction que prenait le pays. J’ai trouvé étonnamment facile de faire cette recherche. De nombreuses personnes souhaitaient partager leurs craintes quant à la direction que prendrait le pays et leurs contacts personnels avec Mohammed ben Salmane. C’était beaucoup plus dur au Maroc. Cela a pris du temps, mais cela a fini par s’ouvrir et nous avons atteint un point où énormément de gens voulaient parler.

Je trouve fascinante cette comparaison entre Mohammed ben Salmane et Mohammed IV du Maroc. Le Maroc dispose d’un système qui fonctionne plutôt bien, qui a réalisé des progrès substantiels en termes d’infrastructures et de population. Il semble être l’un des États les mieux gérés du Moyen-Orient et il fait tout cela sans vraiment avoir d’homme fort ou de leader actuel. En revanche, l’Arabie Saoudite est un royaume qui semble aller de l’avant dans de multiples directions et dépenser des sommes fabuleuses dans des projets qui pourraient finir par être des éléphants blancs. Il existe un risque que le pays essaie d’en faire trop et devienne incontrôlable. Les freins et contrepoids qui existent dans un système comme le Maroc parce qu’il y a cet appel nominal qui a plusieurs agences de sécurité qui contrôlent tout le monde. En Arabie Saoudite, tout dépend du caprice d’un seul homme, et si cet homme fait des erreurs, il n’y a rien pour vraiment en contenir les conséquences.

Jon Alterman : Si vous deviez considérer un seul indicateur pour le Maroc au cours des trois prochaines années, quel serait-il ?

Nicolas Pelham : Il y a actuellement une véritable crise constitutionnelle au Maroc. Les gens ne savent pas à quel moment le roi va céder les leviers du pouvoir. Il ne semble pas que ce vide puisse durer éternellement. Alors, lorsque le roi n’est pas présent, qui le représente ?

Jon Alterman : Vous pariez que le roi ne se réformera pas ; il est en route vers l’abdication ?

Nicolas Pelham : Il a été très présent pendant le Ramadan, plus présent qu’il ne l’a probablement été depuis une décennie. Il semblerait que ce message soit passé. Les frères avec qui il était vu n’étaient plus visibles nulle part. Il est difficile de voir comment le roi va pouvoir maintenir cela. Il n’a tout simplement pas d’antécédents d’implication depuis plus de 20 ans. La question est de savoir qui va assumer son rôle et remplir cette fonction ? L’establishment marocain examine désormais très sérieusement ses dirigeants et essaie de trouver un moyen de stabiliser quelque chose qui semble actuellement assez instable.

Jon Alterman : Nicolas Pelham de The Economist, merci beaucoup de nous rejoindre sur Babel.

Nicolas Pelham : C’est toujours un plaisir, merci Jon.

Source : CSIS, 30 mai 2023

#Maroc #MohammedVI #AbuAzaitar #FreresAzaitar

Visited 2 times, 1 visit(s) today