Gaza : 8 soldats israéliens tués à Rafah

L'explosion de samedi s'est produite à Rafah, une ville du sud que Israël a identifiée comme le dernier bastion majeur du Hamas. Israël y a envoyé des troupes au début du mois de mai et n'a donné aucune indication sur la fin de l'opération.

Etiquettes : Gaza, Israël, Hamas, Palestine, Tsahal, Benjamin Netanyahu, cessez-le-feu,

8 soldats israéliens tués dans le sud de Gaza lors de l’attaque la plus meurtrière contre les forces israéliennes depuis des mois

JÉRUSALEM (AP) — Une explosion dans le sud de Gaza a tué huit soldats israéliens, a annoncé l’armée samedi, ce qui en fait l’attaque la plus meurtrière contre les forces israéliennes depuis des mois.

Cette attaque, survenue plus de huit mois après le début d’une guerre acharnée qui montre peu de signes de fin imminente, devrait alimenter de nouveaux appels à un cessez-le-feu de la part des manifestants israéliens. Elle intervient également alors que le gouvernement fait face à une colère généralisée concernant les exemptions du service militaire pour les jeunes hommes ultra-orthodoxes.

Israël a lancé une invasion aérienne et terrestre de Gaza en réponse à une attaque transfrontalière de Hamas et d’autres militants le 7 octobre, qui a fait environ 1 200 morts et pris 250 autres en otage. L’offensive israélienne a tué plus de 37 000 Palestiniens, selon les responsables locaux de la santé, qui ne font pas de distinction entre civils et combattants. Elle a également provoqué une catastrophe humanitaire à Gaza, où plus de 80 % de la population a été déplacée et où les restrictions israéliennes et les combats continus ont entravé les efforts d’acheminement de l’aide humanitaire, alimentant une famine généralisée.

L’explosion de samedi s’est produite à Rafah, une ville du sud que Israël a identifiée comme le dernier bastion majeur du Hamas. Israël y a envoyé des troupes au début du mois de mai et n’a donné aucune indication sur la fin de l’opération.

« Ils savaient qu’ils pourraient devoir sacrifier leur vie, mais ils l’ont fait pour que nous puissions vivre dans ce pays. Je les salue et je serre leurs familles dans mes bras », a déclaré le ministre israélien des Affaires étrangères Israel Katz dans un message sur X, anciennement Twitter.

L’armée a déclaré que l’explosion s’était produite peu après 5 heures du matin dans la zone de Tal al-Sultan à Rafah. Le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole militaire israélien, a déclaré qu’elle avait été causée soit par un explosif placé par le Hamas, soit par un missile antichar.

« Nous devons vaincre la Brigade de Rafah du Hamas et nous le faisons avec détermination », a-t-il déclaré.

En janvier, 21 soldats israéliens avaient été tués dans une seule attaque de militants palestiniens à Gaza.

Le président Joe Biden a présenté plus tôt ce mois-ci une nouvelle proposition de cessez-le-feu qui vise à obtenir la libération des quelque 120 otages restants à Gaza et à mettre fin aux combats. Alors que la communauté internationale a largement embrassé le plan, Israël et le Hamas ont exprimé des réserves. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il ne mettrait pas fin à la guerre tant qu’il n’aurait pas atteint les deux objectifs de détruire la capacité militaire et gouvernementale du Hamas.

« Aujourd’hui, nous avons payé un autre prix déchirant dans notre juste guerre pour la défense de la patrie », a déclaré Netanyahu samedi. « Avec une profonde tristesse, en deuil profond, je baisse la tête avec tous les citoyens d’Israël et je pleure la chute de nos héros guerriers. »

Cette guerre inconclusive divise le public israélien, des dizaines de milliers de personnes descendant dans les rues chaque samedi soir pour demander au gouvernement de conclure un accord qui ramènerait les otages chez eux. Le gouvernement israélien a déjà déclaré plus de 40 des otages détenus par le Hamas comme étant morts, et les responsables craignent que ce nombre ne augmente si leur captivité se prolonge.

Lors d’un rassemblement samedi soir, les participants ont regardé un message vidéo d’Andrey Kozlov, qui a été sauvé de la captivité du Hamas il y a une semaine.

« Plus de 120 otages sont toujours là-bas, et je ne peux pas ressentir tout le bonheur de cette situation parce que j’ai été sauvé et ils ne l’ont pas été », a-t-il déclaré, selon le siège du Forum des familles d’otages. « Je demande de les ramener chez eux dès que possible. Israël, le monde, le Hamas, je vous demande de conclure un accord dès que possible. »

S’exprimant lors du rassemblement hebdomadaire des proches des otages à Tel Aviv, Rotem Kalderon, fils de l’otage Ofer Kalderon, a déclaré qu’il n’était pas prêt « à vivre dans un monde rempli de mort ».

« Je ne suis pas prêt à vivre dans un pays avec un gouvernement qui nous envoie nous installer aux frontières et combattre dans des guerres et finalement nous abandonne », a-t-il déclaré. « Je ne suis pas prêt à vivre sans père. »

L’explosion mortelle survient également quelques jours après que la coalition de Netanyahu a voté en faveur de l’extension des exemptions controversées de la conscription militaire accordées aux hommes ultra-orthodoxes.

Bien que le vote n’ait été que procédural, il a provoqué un tollé à un moment où Israël continue de combattre les militants du Hamas à Gaza et les militants du Hezbollah le long de la frontière nord du pays avec le Liban, et le nombre de morts continue d’augmenter. Selon l’armée, plus de 600 soldats ont été tués dans les combats depuis le 7 octobre.

Le mois dernier, la Cour suprême d’Israël a ordonné la fin des subventions gouvernementales pour les hommes ultra-orthodoxes qui ne servent pas dans l’armée. Mais le gouvernement de Netanyahu, qui comprend des partis ultra-orthodoxes politiquement puissants, a trouvé des moyens de continuer à faire parvenir de l’argent aux institutions religieuses.

Le gouvernement est toujours sous ordre de voter une nouvelle loi sur la conscription.

La plupart des hommes et des femmes juifs sont tenus de servir dans l’armée à partir de l’âge de 18 ans. Les exemptions accordées aux hommes religieux ont longtemps été une source de contention parmi le grand public.

Le ministre de la Défense israélien, Yoav Gallant, a été le seul membre de la coalition de Netanyahu à voter contre la législation de cette semaine. Gallant, membre du cabinet de guerre du pays, a insisté pour que tous les secteurs de la société israélienne contribuent de manière égale pendant la guerre contre les militants du Hamas dans la bande de Gaza.

Si les partenaires ultra-orthodoxes de Netanyahu quittent le gouvernement, le pays serait contraint d’organiser de nouvelles élections à un moment où la popularité de Netanyahu est faible et ses perspectives de réélection sont incertaines.

Lors d’une manifestation anti-gouvernementale samedi, des milliers de personnes ont demandé de nouvelles élections et la libération des otages.

« Le fait que huit soldats aient été tués aujourd’hui souligne simplement le fait que nous avons besoin de changement », a déclaré Amir Schnabel, l’un des manifestants. « Nous ne pouvons pas vivre cette réalité longtemps. Si aujourd’hui huit soldats ont été tués, d’autres seront tués demain et après-demain. Et la seule façon de changer cela est de protester et de renverser le gouvernement, et nous devons le faire le plus rapidement possible. »

Des mois de négociations pour un cessez-le-feu n’ont pas permis de trouver un terrain d’entente entre Israël et le Hamas. Mercredi, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que le Hamas avait proposé des modifications à un plan soutenu par les États-Unis, dont certaines étaient « viables » et d’autres non.

Le Hamas a continuellement appelé à un cessez-le-feu permanent et au retrait complet des troupes israéliennes de Gaza dans le cadre de tout accord qui permettrait la libération des otages. Bien que la proposition annoncée par le président américain Joe Biden inclue ces deux dispositions, le Hamas a exprimé des inquiétudes quant à savoir si Israël s’y engagerait.

Pendant ce temps, la violence a éclaté en Cisjordanie depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas. Samedi, un Palestinien de 16 ans a été abattu par les forces israéliennes près de la ville de Naplouse, a déclaré le ministère de la Santé basé à Ramallah. Un responsable de la sécurité israélienne a confirmé que les forces israéliennes avaient ouvert le feu sur des Palestiniens qui jetaient des pierres sur les troupes lors d’une opération antiterroriste dans la région. Il a parlé sous couvert d’anonymat, en attendant une annonce officielle de l’armée.

AP

#Israël #Hamas #Gaza #Palestine #Rafah #Tsahal

Visited 1 times, 1 visit(s) today