L’extrême droite européenne a gagné du terrain lors des élections européennes. Peuvent-ils s’unir pour exercer le pouvoir ?

Malgré leurs différences, les partis d’extrême droite partagent des objectifs politiques, tels que freiner l’immigration et renforcer la fermeture des frontières du bloc. Ils veulent également freiner les politiques climatiques phares plus ambitieuses de l'UE, que la droite radicale a largement critiquées pour avoir fait supporter des coûts injustes aux conducteurs et aux agriculteurs.

Etiquettes : Parlement Européen, élections européennes, extrême droits, coalition, Rassemblement national, Frères d’Italie, Alternative pour l’Allemagne, AfD, Groupe Identité et Démocratie, Ukraine, Russie,

BRUXELLES (AP) — Le prochain Parlement européen comptera plus de membres d’extrême droite que jamais, occupant près d’un quart des 720 sièges. Mais ils devront surmonter leurs divergences s’ils veulent maximiser leur influence sur les politiques de l’UE qui ébranlent leurs électeurs : migration, règles climatiques et agriculture.

La coalition centriste qui contrôle le seul organe directement élu de l’Union européenne depuis des décennies a conservé une faible majorité lors du vote de la semaine dernière. Mais les résultats étonnants des partis d’extrême droite en France, en Allemagne et au-delà ont ébranlé le bloc, fondé après la défaite de l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Des partis tels que le Rassemblement national français, les Frères d’Italie et Alternative pour l’Allemagne (AfD) doivent travailler ensemble pour avoir un impact significatif sur la politique européenne.

Leurs membres sont actuellement répartis dans différents groupes au Parlement européen : les nationalistes conservateurs et réformistes européens, le groupe Identité et démocratie – qui abrite les factions les plus d’extrême droite – ainsi qu’un grand nombre de partis non alignés.

Selon les dernières projections de mardi, les Conservateurs et Réformistes européens compteront 73 députés, et Identité et Démocratie en aura 58. L’AfD, actuellement non alignée, devrait compter 15 membres, et l’ultranationaliste hongrois Fidesz en aura 11.

L’AfD, qui est sous surveillance en Allemagne pour suspicion d’extrémisme, a expulsé cette semaine l’eurodéputé controversé Maximilian Krah dans le but de réintégrer le groupe Identité et démocratie.

Russie contre Ukraine : le schisme majeur de l’extrême droite

Regrouper des forces disparates dans 27 pays de l’UE ne sera pas simple, notamment en raison des divisions profondes liées à la guerre en Ukraine. Les politiciens européens conservateurs et réformistes soutiennent de près Kiev, conformément à la politique dominante de l’UE, tandis que les membres du Groupe Identité et Démocratie ont tendance à être pro-russes.

La Première ministre italienne Giorgia Meloni , dont le parti a des racines néofascistes, a réussi à courtiser les conservateurs traditionnels qui soutiennent fortement l’Ukraine et l’OTAN, tout en ralliant à plusieurs reprises le droit à l’unité. Elle a présidé une large coalition de droite à Rome pendant près de deux ans et est devenue la plus grande puissance de l’extrême droite européenne.

En plus d’approfondir ses liens avec la présidente de centre-droit de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, Meloni a contacté Marine Le Pen du Rassemblement national français, le plus grand visage du groupe Identité et Démocratie, généralement plus radical.

Un autre acteur clé est le Premier ministre hongrois Viktor Orbán – un proche allié de l’ancien président américain Donald Trump et le plus proche allié européen du président russe Vladimir Poutine – qui a freiné de nombreux programmes d’aide de l’UE à Kiev.

Orbán a été contraint de quitter le Parti populaire européen de von der Leyen en 2021 en raison d’un conflit de valeurs. Identité et Démocratie a invité le Fidesz à rejoindre ses rangs, même si Orbán a exprimé son intérêt à rejoindre les conservateurs et les réformistes européens. Sa position sur l’Ukraine rend cela peu probable.

Le Pen et Meloni : un rapprochement difficile

Le Pen, qui est plus résolument anti-UE et anti-establishment, avait déjà critiqué Meloni pour sa proximité avec von der Leyen. Mais elle s’est adoucie, dans le cadre d’un changement de marque plus large du Rassemblement national au cours de la dernière décennie pour attirer un public plus large. Traditionnellement, le parti entretient des liens étroits avec la Russie.

Les deux grandes dames de l’extrême droite européenne divergent sur les questions sociales. Le gouvernement de Meloni a poursuivi des politiques soutenant les modèles familiaux « traditionnels » que les militants LGBTQ en Italie ont qualifiés de discriminatoires.

En revanche, Le Pen a tenté de se démarquer de l’antisémitisme, du racisme et de l’homophobie du parti fondé par son père il y a 50 ans. Ces dernières années, elle a abandonné sa promesse de révoquer l’égalité des droits au mariage et a embauché plusieurs conseillers politiques de haut niveau homosexuels. Elle a également soutenu l’année dernière que la France consacre l’avortement comme droit constitutionnel.

L’unité est délicate mais pas une condition préalable à l’influence

Malgré leurs différences, les partis d’extrême droite partagent des objectifs politiques, tels que freiner l’immigration et renforcer la fermeture des frontières du bloc. Ils veulent également freiner les politiques climatiques phares plus ambitieuses de l’UE, que la droite radicale a largement critiquées pour avoir fait supporter des coûts injustes aux conducteurs et aux agriculteurs.

Sophia Russack, chercheuse au groupe de réflexion Centre for European Policy Studies, estime que les trois camps resteront néanmoins probablement divisés plutôt que de faire équipe.

« Le nombre de sièges ne fait pas tout. Il est très important au Parlement européen de savoir à quel point vous êtes unis », a déclaré Russack à Associated Press.

« Dans un parlement, il faut 50 % des voix pour prendre et façonner les décisions. Ils ne décideront donc pas. Mais bien sûr, ce qu’ils peuvent faire, c’est donner un ton différent, changer le discours et normaliser lentement leur pensée et leurs positions d’extrême droite », a-t-elle déclaré.

AP

#UnionEuropéenne #Electionseuropéennes #extrêmedroite

Visited 1 times, 1 visit(s) today