L’homosexualité au Maroc est frappée d’un double H : Hchouma (honte) et Haram (péché)

‘In our country, you really have to have a strong character if you’re going to accept your homosexuality. You need to have some kind of reference points. Unfortunately, nowadays in Morocco, when you’re 15 and you start feeling attracted to boys, you’ve had it.

Etiquettes : Maroc, sexe, homosexualité, hchouma, péché, gay, LGBT, religion, haram,

Laetitia Grotti & Maria Daïf

Peu importe ce que pensent les autres d’eux, ils existent. Ils peuvent être hors de vue, mais ils ont une voix.

L’homosexualité au Maroc doit composer avec deux autres H : Hchouma (honte) et Haram (péché).

Il y a seulement un an, Mohamed Asseban, membre du conseil des oulémas (docteurs de la loi coranique) de Rabat-Salé, annonçait à la presse : « Les gays méritent la peine de mort ! » La société marocaine, tout comme la loi et la religion marocaines, est indéniablement homophobe.

Dans de telles circonstances, il est difficile de changer l’attitude des gens envers ceux qu’ils préfèrent considérer comme des « déviants sexuels » ou même « anormaux ». En effet, beaucoup considèrent que l’homosexualité est « contre nature » car elle ne mène pas à la procréation, le seul but reconnu des relations sexuelles. Néanmoins, le fait demeure que l’homosexualité a toujours existé et continue d’exister dans les pays arabes et musulmans, tout comme partout ailleurs. Cela n’a pas été sans difficultés pour ceux qui veulent vivre en paix avec leur sexualité ou affirmer leur identité sexuelle.

Le « coming out » n’est tout simplement pas une option, et encore moins revendiquer des « droits pour les homosexuels ». Dans le pays gouverné par les descendants des prophètes, vivre sa vie en tant qu’homosexuel, c’est avant tout vivre sa vie dans le secret. Pourquoi ? Pour ne pas être l’objet de ridicule universel, pour ne pas être victime de commérages ou même de « queer-bashers ».

Qu’est-ce qui dérange fondamentalement les gens ? Est-ce l’acte sexuel lui-même ? Ce n’est peut-être pas aussi simple si l’on prend en compte l’importance que cette culture attache à la différence entre la participation « active » et passive. Il semble que ce qui dérange vraiment les gens, c’est l’idée d’amour entre deux hommes. Bien qu’il soit peut-être possible, à condition d’être extrêmement discret, d’avoir des relations sexuelles, il est beaucoup plus inhabituel de s’engager dans une romance ou de planifier un avenir ensemble – à moins bien sûr de décider de quitter le pays.

Secrets and lies

Latiti grotti

LE « COMING OUT » N’EST PAS UNE OPTION POUR LES HOMOSEXUELS MAROCAINS ET ILS EN SONT LOIN D’ÊTRE HEUREUX

« J’ai trois visages », dit Hassan, un jeune de 20 ans de Casablanca, « un pour mes parents, un pour mes amis et celui que je vois quand je me regarde dans le miroir ». Bien qu’il soit tout à fait prêt à admettre qu’il doit mener une double vie s’il veut vivre en paix, Hassan a néanmoins choisi d’accepter son homosexualité. Cela signifie, avant tout, l’accepter pour lui-même : surmonter les sentiments de honte et de culpabilité qui surgissent constamment de sa famille et, par extension, de la société. De tels sentiments sont profondément ancrés chez tout le monde car ils ont été nourris tout au long de l’enfance et de l’adolescence. Pour Jamal, un trentenaire de Marrakech, ce genre d’antécédents est ce qui rend les choses les plus difficiles. « Dans notre pays, vous devez vraiment avoir un caractère fort si vous voulez accepter votre homosexualité. Vous devez avoir des points de référence. Malheureusement, de nos jours au Maroc, lorsque vous avez 15 ans et que vous commencez à vous sentir attiré par les garçons, c’est terminé. Il n’y a pas de points de référence, pas d’exemples à suivre, pas de visibilité gay. Vous vous sentez isolé. Il y a des gens qui pensent être les seuls. Dans cette situation, il est difficile de s’accepter pour ce que vous êtes. Vous essayez de vous convaincre que peut-être vous êtes bisexuel ou que c’est juste une phase passagère ».

Hassan a eu sa première expérience sexuelle à 14 ans avec un ami. Je n’avais pas l’impression de faire quelque chose de mal. En ce qui me concerne, c’était moi qui découvrais le sexe, ce n’était qu’un jeu, deux garçons qui s’amusaient. Sauf que ma mère nous a surpris. Elle a été la première à me dire de quoi il s’agissait, puis elle m’a dit que c’était très mauvais et que nous ne devions plus jamais recommencer ». Il a été élevé dans une famille relativement aisée, ouvertement homophobe – « surtout mon grand frère » – et son adolescence a été psychologiquement très difficile. Il est tiraillé dans tous les sens, d’un côté par son besoin réel de ressentir de l’amour pour d’autres hommes, de l’autre par les pressions familiales et les normes imposées par la société. Lorsqu’il pouvait se procurer certains romans interdits au Maroc, il les lisait en cachette. À l’école, il va même jusqu’à faire semblant d’être plus homophobe que les autres pour paraître ce qu’il n’est pas, être ce que tous les autres semblent être, être « normaux ».

Mais il n’est pas facile de tromper tout le monde sans perdre quelque chose de soi-même. Et ainsi, parce qu’il ne pouvait plus supporter de continuer cette prétention plus longtemps, parce qu’il avait des amis en qui il pouvait avoir confiance, Hassan a pris son courage à deux mains et s’est confié à eux. Le faire signifiait entreprendre un processus long et laborieux pour les éduquer à propos de lui-même et de son homosexualité : répéter encore et encore qu’il n’est pas un déviant, qu’il est juste comme tout le monde, qu’il a les mêmes rêves de vivre avec quelqu’un en couple, d’avoir une vie future vécue en paix. Bien qu’il soit vrai qu’il ait réussi à trouver quelques personnes qui prêteraient une oreille compatissante et attentive et qui étaient assez ouvertes d’esprit pour ne pas le juger ou le rejeter, c’est en fait en France, à Paris, où il était étudiant, que le véritable tournant s’est produit. « J’ai découvert de nouveaux horizons. Tout d’abord, simplement parce que ce n’est pas illégal en France, il n’y avait pas cette peur que l’on ressent ici. J’ai pu sortir, vivre ma vie comme je le voulais, lire les livres que je voulais sans avoir à les cacher. Mais ce qui a vraiment changé les choses, c’est mon colocataire. Il était marocain, venait d’une école publique. Nous avons simplement commencé à discuter naturellement ; le sujet de mon homosexualité est venu sur le tapis et, à ma grande surprise, il l’a accepté sans aucun problème. C’est là que j’ai réalisé que je pouvais vivre comme homosexuel au Maroc. »

Ce degré d’optimisme admirable, renforcé par l’espoir de la jeunesse, devait le pousser plus loin : faire son coming out à sa mère. Au début, il entendait toutes les réponses conventionnelles habituelles : « Tu es jeune, tu vas en grandir », puis plus tard les menaces divinement inspirées : « C’est un péché, c’est contre nature… » Ce n’est que lorsque il a utilisé le mot « amour » que la phrase finale a été prononcée : « Si tu vis comme ça ici alors nous ne voulons plus jamais te voir. » Depuis lors, cette pauvre femme, à bout de ressources à cause de son fils « déviant », essaie désespérément de le marier. Pour elle, une chose est sûre, le seul moyen de le remettre sur le droit chemin est de le mettre dans une institution. Et en fait, Hassan dit qu’il ne se sent pas prêt à abandonner son statut social, du moins pas encore. Parce qu’il a promis à sa mère, il a rompu avec son petit ami, brûlé tous ses livres et, en bref, vu sa vie déchirée. Maintenant, il est comme la grande majorité des homosexuels dans ce pays qui, parce qu’ils n’ont pas le courage de Hassan, préfèrent vivre en secret, se cachant de tout ce qui pourrait les trahir. Tous ceux que nous avons rencontrés disent la même chose : si vous voulez vivre au Maroc en tant qu’homosexuel, il n’y a qu’un seul moyen : une discrétion absolue « à moins que cela ne vous dérange pas d’être ridiculisé par tout le monde dans votre quartier, à l’université ou au travail », ajoute Jamal, et il poursuit : « Vous pouvez faire ce que vous voulez mais vous ne devez pas donner aux gens la chance d’être sûrs de vous car, après tout, il y a toujours un doute dans leurs esprits. Beaucoup de gays encouragent cet élément de doute afin d’éviter tout problème. »

Combien d’entre eux mènent une double vie ? Pendant la journée, les plus jeunes inventent des petites amies imaginaires ou des rendez-vous avec des filles ; les plus âgés se marient et ont des enfants. Mais la nuit leur appartient. C’est là qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Parce que, soyons clairs à ce sujet, faire son coming out à sa famille ou même à ses amis est pratiquement impossible. Cela implique trop de peur, trop de désarroi, trop de condamnation bien sûr et même trop de culpabilité quant à ce que vous faites. Et donc, dans le meilleur des cas, des sœurs, des cousins, parfois des mères, peuvent être mis dans le secret. Au pire, et dans la grande majorité des cas, la personne fait face à ses dilemmes, ses tromperies, sa souffrance seule. Ceux qui réussissent le mieux à accepter leur vie sont ceux, comme le trentenaire de Tanger, qui parlent du travail qu’il reste à faire pour améliorer le mode de vie des jeunes homosexuels : leur apprendre à ne pas se mépriser eux-mêmes et à acquérir une certaine estime de soi. Ceci est d’autant plus nécessaire, comme le souligne Jamal, car : « De nos jours, personne ne prend la parole en public pour défendre les homosexuels. Pas même les organisations des droits de l’homme, pas même les groupes féministes. Les féministes sont si souvent accusées – à tort – d’être manipulées par des étrangers pour détruire nos valeurs qu’elles laissent les lesbiennes tranquilles. »

RENCONTRES ÉPHÉMÈRES

MALGRÉ LES PROBLÈMES, LES GAYS ARRIVENT À SE RENCONTRER, À FLIRTER, À SÉDUIRE UN PEU

« Je n’ai pas de problème à exprimer ma sexualité normalement et je n’ai jamais envisagé de quitter le pays », dit Wadie, un jeune homosexuel de Tanger. Wadie a 21 ans et partage sa vie avec un jeune homme de la même ville. Tant que ses connaissances ne sont pas dans le tableau, il n’y a rien pour l’arrêter, dit ce jeune homme qui pense qu’il n’y a « aucun besoin de changer quoi que ce soit dans la société marocaine ». Il nous dit qu’à Tanger, comme dans d’autres grandes villes, il y a des lieux de rencontre pour les homosexuels : des cafés, des boîtes de nuit et des hammams (bains communaux). Donc, dès qu’une personne décide de chercher de la compagnie, elle sait exactement où aller.

Mais c’est à Marrakech que tout le monde dit se sentir le plus à l’aise. Un jeune homme de Casablanca nous dit : « À Marrakech, je peux rencontrer des gens n’importe où et c’est la seule ville où je peux même rencontrer dans la rue sans craindre de me faire tabasser. » Comme son ami, il va à Marrakech pour pouvoir « respirer plus facilement » et échapper au regard vigilant de ses parents. « Quand je suis à Casablanca, je fais tout ce que je peux pour m’habiller de manière à ne pas attirer l’attention. Mais dès que je m’en éloigne, je m’habille différemment et je pense différemment aussi. » Ils ont tous trouvé des moyens de contourner les restrictions : comme il est très rare que leurs amis et leur famille soient au courant, ils peuvent même inviter leurs partenaires chez eux sans que personne ne devienne suspect.

Ahmed a 45 ans : « Mes parents ont rencontré tous mes partenaires et se sont bien entendus avec eux. Bien sûr, ils n’ont jamais rien soupçonné ; ils pensaient juste que j’avais invité quelques amis du bureau ». Wadie insiste, à moitié en plaisantant, à moitié sérieusement : « C’est même plus facile pour un couple gay que pour un couple hétérosexuel d’exprimer pleinement leur sexualité car deux hommes peuvent vivre ensemble, voyager ensemble et même partager une chambre d’hôtel. Il n’y a pas de loi contre ça. Mais un couple hétérosexuel qui n’est pas marié aura beaucoup plus de problèmes à vivre ensemble. » Donc, ce que semble dire Wadie, c’est que, pourvu que ça reste discret, tout est possible : se rencontrer, se draguer et avoir une vie sexuelle épanouie.

Yassir confirme sans hésitation : « J’ai 35 ans et je suis entièrement à l’aise avec mon orientation sexuelle. Cela ne veut pas dire que je le crie sur les toits, mais tout s’est toujours bien passé avec mes partenaires, surtout depuis que j’ai arrêté de vivre chez mes parents. » Yassir vit à Casablanca et, comme beaucoup de ses amis, les endroits où il peut rencontrer d’autres gays sont les boîtes de nuit ou les soirées privées, même s’il admet qu’il n’est pas particulièrement doué pour cela : « Mais je n’essaie jamais de rencontrer dans la rue, même si d’autres le font. » De peur de se tromper ? « Non, pas vraiment car les rencontres gay sont très discrètes. Il n’y a pas de ‘Allez, ça te dit ?’ ; pas d’insultes criées aux passants. » Jalal explique sa technique : « Quand je marche dans la rue et qu’un garçon attire mon attention, je le regarde droit dans les yeux et je continue à marcher. Puis je m’arrête à quelques mètres de lui et je me retourne. S’il s’arrête aussi, alors ça a marché. »

Une autre caractéristique inhabituelle de la scène gay est que toutes les classes sociales se rencontrent et il n’est pas rare « qu’un jeune homme du quartier Upper Anfa ait une relation avec un garçon de Hay Mohammadi ». Et bien sûr, l’explication est : « Les groupes déjà exclus ne s’excluent pas mutuellement. » Donc, des rendez-vous ? Des rencontres ? Comment fonctionne la vie amoureuse homosexuelle ? « C’est là que ça se complique. Très peu d’histoires d’amour durent très longtemps étant donné la pression sous laquelle nous sommes tous. Cela dit, il y a quelques couples qui réussissent à tenir, surtout si les deux partenaires ont quitté le domicile parental et sont financièrement indépendants. » Ahmed est d’accord : toutes ses relations ont duré plus de deux ans. Ses parents vivent dans l’est du Maroc et il vit dans l’ouest et, dans le quartier où il vit depuis 18 ans, il ne parle à personne.

NUITS GAIES À CASABLANCA

LAETITIA GROTTI

LA PLUPART DES HOMOSEXUELS SONT CONTRAINTS PAR LES CIRCONSTANCES À ÊTRE DES NOCTAMBULES INVÉTÉRÉS. SOUS COUVERT DE L’OBSCURITÉ ET DANS LES PEU D’ENDROITS OÙ ILS PEUVENT ÊTRE EN QUELQUE SORTE EUX-MÊMES, ILS RETROUVENT DE VIEILLES CONNAISSANCES ET EN FONT DE NOUVELLES

Il est huit heures et demie et je suis dans un café donnant sur l’une des routes principales de la ville. C’est un endroit très ordinaire sur deux étages. Comme la plupart des cafés à Casablanca, la clientèle est presque exclusivement masculine. C’est là que je dois rencontrer Yassir. Il est cadre dans une entreprise et militant pour les droits des homosexuels, travaillant pour plusieurs organisations internationales. Il arrive seul. Aucun de ses amis n’accepterait de rencontrer un journaliste, même si Yassir a essayé de les rassurer en leur disant que leurs noms, emplois et adresses ne seraient pas utilisés. Leur réponse a été catégorique : ils n’allaient pas rencontrer un journaliste marocain.

Yassir n’a presque pas encore eu le temps de s’asseoir qu’il me dit, avec une pointe de moquerie : « Tu as choisi de t’asseoir du côté hétéro ; les gays restent au rez-de-chaussée. » En regardant les hommes assis aux tables, vous ne verrez rien de spécifique pour étayer ce que dit Yassir mais c’est un habitué et connaît bien ces endroits. C’est l’endroit où il vient souvent en fin d’après-midi pour être avec ses amis. Depuis quelques années maintenant, ce café est l’un des rares endroits que les homosexuels ont investi et transformé en lieu de rencontre, un endroit pour rencontrer d’autres personnes, une sorte de quartier général où ils peuvent « être tous ensemble ». Yassir explique : « Cela ne signifie pas qu’il n’y a que des homosexuels ici, mais ce sont seulement les homosexuels qui savent qui est qui. » Hein ? Yassir sourit et répond : « Je ne peux pas l’expliquer ! Je peux dire, et je me trompe rarement, qui est gay et qui est hétéro. » Puis il réfléchit pendant une minute et dit : « La façon dont les gens se regardent est vraiment importante. Je peux dire par la façon dont un homme regarde un autre homme assis à une table s’il est gay ou non. »

Le propriétaire du café et les serveurs savent que l’endroit est un lieu de prédilection des homosexuels. Alors, sont-ils accueillis à bras ouverts ? « Le fait que nous nous rencontrions ici ne signifie pas que le propriétaire l’a encouragé ou souhaité ainsi. Il ferme simplement les yeux parce que les homosexuels sont de bons clients. Où que nous allions, nous dépensons beaucoup. C’est ce à quoi vous vous attendez : nous n’avons pas de femmes et d’enfants à soutenir. » Je regarde autour de moi : des hommes entrent et sortent du café. Je me demande secrètement quelle est leur orientation sexuelle. Pas moyen, cependant. Ici, tout se fait très discrètement. Les gens se rencontrent d’un simple regard ou d’un sourire. De toute façon, tout le monde se connaît ici. Yassir explique : « Oui, bien sûr, vous pouvez parler d’une communauté gay : une communauté qui fréquente les mêmes endroits, a le sens de l’humour et un ensemble de codes de comportement en commun. » Et on m’a dit que, comme le mot a des connotations très négatives en darija, le dialecte local, ils ont dû utiliser des expressions françaises, avec des significations spécifiques à la communauté gay, pour indiquer que quelqu’un est gay. Donc, ils disent des choses comme : « Il est comme ça » ; « Il marche » ; ou « Il est du domaine ».

Vers dix heures, Yassir propose de faire un tour à Casablanca pour voir les avenues et les parcs qui sont les lieux classiques de rencontres et de drague. Nous sommes dans l’une des principales avenues de la ville. Tout semble très calme et normal. « Il est trop tôt ; il n’y a pas beaucoup de monde. Un homme à la recherche d’un partenaire sait qu’il peut venir ici. Il lui suffit de parcourir l’avenue, à pied ou en voiture. » En avançant, j’apprends qu’une telle rue est un repaire nocturne des prostituées, un autre territoire des travestis : les parcs sont les lieux de tous les amours interdites. « Les prostituées corrompent parfois les flics pour qu’ils détournent le regard. Si elles ne le faisaient pas, lorsqu’il y a des descentes, elles inventeraient toutes sortes d’accusations en accusant les gays de prostitution, même si ce n’est tout simplement pas vrai. »

Minuit et demi et nous sommes dans une boîte de nuit de la ville. C’est la seule que, depuis quelques années maintenant, les gays utilisent pour passer du bon temps avec leurs amis, pour rencontrer des gens ou se livrer à la prostitution. Yassir me taquine en me mettant au défi de dire qui est gay et qui ne l’est pas. C’est difficile, et il y a une bonne raison à cela. « Il y a de tout ici : des hétéros, des bisexuels et des gays. Les hétéros sont plus à l’aise ici : ils peuvent se lâcher. » Mais l’endroit ne ressemble pas du tout à une boîte de nuit gay parisienne et il n’y a rien pour le distinguer de tout autre endroit de nuit à Casablanca. De plus, il n’y a rien pour choquer les homophobes acharnés : pas de signes d’amour ou d’affection entre les hommes assis aux tables. Yassir explique : « C’est impensable. Les gays n’osent même pas faire ce genre de choses que les hétéros pourraient faire entre eux. Se tenir par la main, par exemple. La seule façon qu’ils ont de se lâcher, c’est dans la façon dont ils s’habillent, dont ils dansent ou dont ils se déplacent. » Je regarde la piste de danse. Il y a deux hommes qui dansent ensemble, se faisant face. Rien ne permet de deviner leur identité sexuelle. Au Maroc, il suffit d’aller à un mariage pour voir que deux hommes ou deux femmes dansant ensemble ne sont en rien hors du commun.

Vers deux heures du matin et la boîte de nuit n’est pas encore sur le point de se vider. Sur la piste de danse, deux jeunes hommes portant des tee-shirts et des pantalons serrés se trémoussent l’un face à l’autre sur le son de musique orientale. À l’une des tables, un homme caresse discrètement le cou de son voisin puis sa taille. Deux Asiatiques et un jeune Marocain se dirigent vers la sortie. Yassir me dit : « Je suis sûr que je pourrais sans risque aborder l’un de ces hommes debout au bar. »

Nous quittons la boîte de nuit. Les videurs sympathiques souhaitent bonne nuit à Yassir. Leur travail est de veiller à la sécurité et de s’assurer que personne ne vient perturber leurs clients. « Les homosexuels sont protégés ici. La boîte ne peut pas se passer d’eux car ils achètent plus et reviennent plus souvent que les hétérosexuels. » Je regarde autour de moi et un policier en uniforme a fermé la porte derrière nous.

L’AMOUR, LE SEXE ET INTERNET

MARIA DAIF

PARCE QU’IL GARANTIT L’ANONYMAT, INTERNET EST LE SEUL ENDROIT OÙ LES HOMOSEXUELS PEUVENT S’EXPRIMER SEXUELLEMENT SANS TABOU

« Imagine un jeune garçon, vivant dans une petite ville ou un village, qui découvre qu’il est gay. Il ne peut en parler à personne, il garde ça enfoui en lui, pense qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez lui et qu’il est le seul au monde. C’est là que l’Internet a provoqué une révolution. Pour cinq dirhams, un garçon comme ça peut désormais se connecter, discuter, se faire des amis ou même rencontrer d’autres garçons. »

Il est indéniable que l’Internet a changé la vie d’un bon nombre d’homosexuels marocains. Il leur offre l’anonymat et c’est le seul endroit où ils peuvent revendiquer le droit de s’exprimer, le seul endroit où leur orientation sexuelle n’est pas un tabou. Hassan en est la preuve : « C’est grâce à Internet que j’ai rencontré 90 % des meilleurs amis que j’ai aujourd’hui. » Bien qu’il n’y ait pas encore de site Web exclusivement marocain pour discuter ou rencontrer des personnes, il ne manque pas de sites français ou internationaux ouverts à toutes les nationalités. Petites annonces, forums de discussion, salons de discussion : il suffit d’un clic de souris pour qu’un « beau jeune homme sympathique d’Agadir » ait une rencontre virtuelle avec « diamant noir d’Oujda » et lui fasse confiance sans briser aucun tabou. Une fois arrivé à ce stade, tout devient possible, de l’échange de numéros de téléphone à des rendez-vous « ou plus si ça marche ».

LE DEUXIÈME SEXE

LAETITITA GROTTI

LA RELIGION ET LA LOI SONT UNIES CONTRE EUX MAIS LES HOMOSEXUELS NE SONT PAS ÉGAUX AUX YEUX DE L’UNE OU DE L’AUTRE

Il ne sert à rien de tourner autour du pot, dit Jamal : « La société marocaine est pour la plupart homophobe. » Certes, elle peut être tolérante envers les relations entre hommes mais seulement à certains âges ou dans certains cercles fermés – internats, armée, prison – lorsqu’il y a des « circonstances atténuantes ». Tant que ce n’est qu’une « expérience sexuelle », surtout pour un garçon, on la met sur le compte d’une erreur enfantine, du genre de bêtise que l’on peut faire en grandissant. « Ce serait pareil si c’était avec une chèvre », dit Jamal. Cependant, la soi-disant « tolérance » de la société marocaine disparaît rapidement et est remplacée par une condamnation sans appel si un homme aime un autre homme (ou une femme aime une autre femme). Il n’y a alors aucune « circonstance atténuante ».

Selon Assia Mseffer, psychologue à Casablanca, il y a deux raisons principales à cette homophobie. La première, plus évidente, est directement liée à l’islam, religion d’État, qui condamne l’homosexualité sans condition sur la même base que toute autre forme de « relation affective » basée sur l’amour ou le sexe. La deuxième concerne le fait que l’homosexualité est une infraction selon la loi. L’article 489 du code pénal punit l’homosexualité de peines d’emprisonnement allant de six mois à trois ans ou d’amendes de 120 à 1 200 dirhams (environ 12 à 132 dollars US). Les deux principaux bastions de la société, la religion et la loi, présentent l’homosexualité comme une perversion sexuelle déviante ; il n’est pas facile de faire face à une telle opposition inconditionnelle.

Le fait demeure que si vous envisagez de discuter de l’homosexualité dans un contexte arabo-musulman, vous devez aborder tout le problème de la sexualité dans un pays où une société patriarcale et des valeurs islamiques ont, depuis des générations, imposé un silence oppressif sur la question des relations humaines. Le résultat est inévitable : pour l’homosexualité, comme pour la sexualité en général, la société marocaine a élaboré un système de failles. L’une d’entre elles, en particulier, dépend de la distinction culturelle très claire entre la participation active et passive ; sur la « création d’une hiérarchie au sein du monde homosexuel », comme le dit Mseffer. Pour Habib, « Cette distinction entre celui qui joue le rôle viril (actif) et celui qui ‘joue la femme’ (le rôle passif) est une réalité que tous les homosexuels marocains vivent. » Jamal estime que cela va encore plus loin : « Il est permis à la personne considérée comme active d’avoir des relations sexuelles avec des hommes tant qu’elle conserve tous les attributs de la virilité. C’est un homme ; il continue à jouer son rôle d’homme. C’est celui qui choisit de jouer le rôle de femme qui est méprisé socialement. Toutes les expressions utilisées pour désigner l’homosexualité ne concernent que ces personnes et elles sont considérées comme malades ou ‘anormales’. » Et c’est aussi la raison pour laquelle les gays qui adoptent un rôle extrêmement efféminé, voire dégradant, sont tolérés. Au Maroc, il ne doit y avoir rien qui détourne de l’image réelle de l’homme, viril et dynamique ; aucune attaque contre les fondements, a posteriori !

C’est tout autre chose si vous ne correspondez pas au stéréotype conventionnel lorsque vous décidez d’accepter votre homosexualité et de la rendre évidente. « Dans de tels cas, les réactions hostiles sont plus violentes. Une personne qui, d’une manière ou d’une autre, accepte sa nature efféminée, c’est-à-dire sa vraie nature, et le rôle social qui va avec, est plus facilement acceptée que celle qui est virile et masculine mais va à l’encontre de sa ‘condition naturelle’, » dit Jamal.

La société trouve les homosexuels problématiques dès qu’ils commencent à bouleverser l’ordre établi. Ils sont d’autant plus problématiques que les homosexuels « déclarés », ceux qui le pratiquent effectivement, sont beaucoup moins nombreux que les homosexuels « latents », ceux qui ne pratiqueront jamais ou rarement l’homosexualité. Le principal facteur qui les retient est la culpabilité aux yeux de Dieu. « Certains de mes patients reconnaissent qu’il leur est impossible d’être à la fois musulmans et homosexuels », dit Assia Mseffer. Cela conduit de nos jours de nombreuses personnes à affirmer que ce n’est qu’avec l’établissement (hypothétique ?) d’un État laïque au Maroc que l’on pourra garantir à chaque individu le droit d’être un citoyen à part entière, quelles que soient ses caractéristiques particulières. En attendant la réalisation de cet État laïque, les progrès dans les attitudes concernant l’affirmation et l’acceptation de la sexualité individuelle dépendent évidemment de l’émergence de l’individu par rapport au groupe. Les choses commencent à bouger.

DÉPRAVATION, DÉVIANCE ET DÉBAUCHE

DRISS BENNANI

QUARANTE-TROIS PERSONNES À TÉTOUAN ONT ÉTÉ ARRÊTÉES PUIS LIBÉRÉES SANS EXPLICATION. DE QUOI S’AGISSAIT-IL?

La ville de Tétouan se prépare. La ruée estivale approche à grands pas. On dirait que la saison s’annonce bien. Le Roi devrait arriver à tout moment. Il séjournera dans le nord pendant quelques semaines, comme c’est devenu sa coutume depuis quelques années. La vieille ville attire toujours toutes les personnes importantes en fin d’après-midi et en soirée.

Mais quelque chose a changé. Début juin 2004, la police a arrêté environ 40 personnes, la plupart assez jeunes, pour « incitation à la dépravation et rassemblement non autorisé ». Plus tard, il serait révélé que plusieurs d’entre eux étaient accusés de « déviance sexuelle ». L’affaire a rapidement fait la une des journaux nationaux. Partout au Maroc, de Tétouan à Tanger, les gens s’attendaient à entendre parler de la nouvelle histoire à suspense de l’été 2004. Ils n’ont pas tardé à établir un parallèle avec l’affaire des homosexuels égyptiens et du Queen Boat. Tétouan était en ébullition.

Deux jours plus tard, les niveaux d’adrénaline ont soudainement chuté lorsque tout le monde a été libéré sans inculpation. « Ils n’ont pas été pris en flagrant délit; l’enquête n’a rien révélé », a déclaré un juge d’appel de Tétouan. Voici ce qui semble s’être réellement passé.

Nous sommes le 1er juin et il va y avoir une petite fête d’anniversaire pour Hicham dans une vieille salle de la médina. Les invités commencent à arriver en nombre en début d’après-midi. La salle en question se trouve à une extrémité d’une rue piétonne menant à la place qui abrite le palais royal de Tétouan. Les 40 invités environ sont inhabituels, d’abord et avant tout à cause de leur façon de s’habiller – des justaucorps moulants et des pantalons serrés – et la plupart d’entre eux sont des garçons. Ils suscitent déjà beaucoup de commentaires avant même que la fête proprement dite ne commence.

Comme il n’y a pas beaucoup de place à l’intérieur, les invités sortent de temps en temps prendre l’air. Il y a trois minarets autour du lieu de la fête dont les appels à la prière ponctuent la journée pour ces quelques dizaines d’hommes retraités assis aux tables et observant attentivement chaque action ou mouvement de quiconque passe. Bientôt, vers cinq heures, la musique festive commence. « Qui se marie? » Quelques curieux passants entrent pour jeter un coup d’œil.

La vue qui s’offre à eux est inhabituelle, pour le moins dire : de jeunes hommes qui se dandinent et se trémoussent les uns contre les autres ; l’un porte un burnous. Plus tard, certains prétendent qu’il était en fait déguisé en femme. À 19h15, les flics arrivent. Tout le monde est traîné dehors et emmené au commissariat de police. Les interrogatoires préliminaires, plutôt musclés, laissent vite entendre de quoi il s’agit : l’homosexualité des détenus. Les notables de Tétouan, du wali (gouverneur de la ville) au préfet de police, sont tous présents.

Les 43 détenus passent le jour suivant tranquillement. Rien à signaler – sauf peut-être ces tests sanguins auxquels ils ont tous dû se soumettre. « Si l’un de vous est infecté par le VIH, alors c’est la prison d’Oukacha pour vous tous », aurait déclaré un policier. Le soir du jour suivant, tout le monde a été libéré en petits groupes, apparemment sur ordre du procureur général du roi à la cour d’appel, agissant lui-même sur instructions du ministre de la justice à Rabat.

Pourquoi créer tout ce tapage pour finalement céder deux jours plus tard ? « L’État ne peut pas affronter une affaire aussi importante que celle-ci : 40 homosexuels arrêtés et ensuite condamnés au Maroc ? Cela ferait la une des journaux internationaux », déclare un avocat de Tétouan. Avec l’approche de la saison estivale, déclencher une affaire comme celle-ci aurait sérieusement porté atteinte à l’image du pays. « De nombreux touristes de nos jours sont préoccupés par le respect de la liberté individuelle dans les pays qu’ils visitent. Ils prêtent une attention particulière à la manière dont les lois concernant la morale sont appliquées, surtout dans les pays arabes », affirme un propriétaire d’hôtel influent. Selon de nombreux observateurs, cette affaire aurait également été un prétexte merveilleux pour les islamistes de monter une nouvelle croisade contre les plages et les « lieux de débauche ». Un journaliste ajoute : « Imaginez si la fête avait évolué au point qu’il aurait été possible de surprendre quelqu’un en flagrant délit ; imaginez s’il y avait eu encore plus de monde. L’affaire aurait pu avoir des conséquences encore plus inquiétantes. »

Comme l’épée de Damoclès, les lois sur la moralité peuvent tomber sur vous à tout moment. Ce n’était pas tant la fête elle-même que l’arrestation de 43 personnes qui a suscité toute l’étonnement. Quiconque à Tétouan ou à Tanger peut citer les fêtes les plus récentes dans certaines des villas privées de ces deux villes au cours des derniers mois. Plusieurs membres de la communauté gay de ces villes affirment pouvoir vivre leurs « vies sexuelles exceptionnelles » sans être inquiétés. Tout cela a changé aujourd’hui : la communauté gay devient de plus en plus discrète, leur conseil : « Éloignez-vous de Tétouan pour les prochains jours. »

Par un étrange hasard, cinq personnes ont été arrêtées pour le même crime de « déviance sexuelle » à Sidi Yahya le jour où les détenus de Tétouan ont été libérés. Ils vivaient tous avec leur famille, avaient des enfants et étaient dans une situation familiale stable. Une bagarre a éclaté devant un hôtel de la ville. Depuis lors, l’hôtel est surnommé Abu-Ghraib d’après la tristement célèbre prison irakienne où les prisonniers étaient maltraités par des soldats américains.

Driss Bennani est un écrivain pour TelQuel

Translated by MR

Source : Sage journals

#Maroc #Sexe #Homosexualité #Gay #LGBT #Hchouma #péché

Visited 1 times, 1 visit(s) today