Qatargate : la fine frontière entre lobbying et corruption

Tags : Maroc-qatargate, Parlement Européen, corruption, Antonio Panzeri, Eva Kaili, lobbying,

Tunji Ajibade

Dernièrement, le Parlement de l’Union européenne a agi rapidement pour mettre fin à un acte de corruption parmi les membres, présumée ou non. Cela faisait suite à une allégation selon laquelle la vice-présidente du parlement, Eva Kaili, aurait été induite par le gouvernement du Qatar dans un effort de lobbying pour que l’organisme favorise sa position. Le cas échéant, une enquête est menée, les domiciles sont perquisitionnés et plus d’un million d’euros saisis aux personnes impliquées dans l’allégation de corruption. Le Parlement européen a privé sa vice-présidente de ses pouvoirs.

Je pense que la décision du Parlement européen est louable. Car lorsque les institutions politiques prennent des mesures pour protéger leur intégrité, cela permet à l’ensemble du système de fonctionner correctement au profit de la majorité. Ne rien faire lorsque de tels cas surviennent peut conduire à l’effondrement du système et à la confiance dans le gouvernement, tout en mettant en danger la démocratie. Cependant, la femme au centre de cela a parlé pour sa propre défense. Ce qu’elle a dit me fait me poser une fois de plus des questions sur une question que j’avais en tête quand j’étais adolescent.

Pendant ce temps, l’avocat de Kaili a déclaré que son client n’avait rien fait de mal. Il a déclaré que le Qatar n’avait même pas besoin de soudoyer qui que ce soit, car le cas de ce pays sur des questions connues a déjà reçu un examen favorable au parlement. Kaili mettait en œuvre un plan qui avait commencé en 2019, et qu’en fait le haut représentant de l’UE et le commissaire aux affaires intérieures avaient décidé au niveau de la commission de coopérer avec le Qatar, le Koweït et Oman, a ajouté l’avocat. De plus, Kaili s’est rendue au Qatar lorsqu’elle l’a fait en tant que représentante du Parlement européen.

L’espace médiatique a depuis mentionné le Maroc également dans la saga de la corruption. Il serait désireux d’influencer le Parlement européen sur des questions telles que la République sahraouie que le Maroc prétend lui appartenir. Le Maroc a depuis nié l’allégation de corruption, tout comme le Qatar l’a fait. Pour moi, cette allégation de lobbying et de corruption au sein du Parlement européen soulève des questions intéressantes. Ayant découvert le mot « lobbying » à l’âge de 14 ans, apprenant la matière « gouvernement » à l’école secondaire, je sais qu’un problème comme celui-ci n’est pas aussi simple qu’il y paraît à première vue. C’est complexe, et j’essaierai d’indiquer quelques-uns des éléments de la toile complexe qu’est le phénomène du lobbying.

Généralement, le lobbying, qui implique des personnes et des organisations qui persuadent les décideurs d’aider leur cause, est acceptable dans une démocratie. En fait, faire pression sur les législateurs pour qu’ils fassent des lois qui favorisent une ligne de conduite fait partie du processus législatif et du tissu de la démocratie représentative. Maintenant, la saga du Parlement européen n’est pas la première fois que je rencontre des situations où des personnes, des organisations, des législateurs et des représentants du gouvernement sont mentionnés en relation avec des allégations de corruption dans un processus de lobbying. De nombreux hauts fonctionnaires du monde occidental ont été répertoriés à cet égard. Je ne me souviens pas de toutes les allégations de ce genre que j’ai rencontrées à l’adolescence à l’époque où Time , Newsweek et The Economist les magazines (les publications des États-Unis et du Royaume-Uni) devaient être importés et ils étaient pour moi une lecture incontournable chaque semaine. Ils avaient des histoires de législateurs et de citoyens américains, ainsi que d’étrangers impliqués dans des scandales de corruption dans le but d’amener les membres du Congrès américain à favoriser ou à voter contre un projet de loi.

Il en va de même au Royaume-Uni où d’anciens Premiers ministres, ministres, autres citoyens et étrangers ont été signalés comme étant impliqués dans des affaires de corruption liées au lobbying. Même à l’adolescence, cela m’avait posé une énigme : où s’arrête le lobbying et où commence la corruption ? Ce casse-tête est encore aggravé par les nombreuses allégations d’argent collecté par des responsables du gouvernement nigérian pour aider les étrangers à poursuivre une affaire. Partout, nous savons que les législateurs peuvent faire l’objet de pressions. Mais ils peuvent être punis pour avoir collecté de l’argent. Deux pairs de la Chambre des Lords du Royaume-Uni ont récemment été suspendus pour avoir collecté de l’argent pour les conseils qu’ils offrent aux entreprises qui souhaitent que leurs produits soient adoptés par le gouvernement. Pourtant, on a également entendu parler de personnes dans les pays occidentaux qui se situent entre les deux en tant que lobbyistes et qui perçoivent une commission. Ils collectionnent les cadeaux. Parfois, c’est parfaitement acceptable, parfois conditionnelles, parfois illégales. Alors une autre question, un législateur qui a été impliqué dans le lobbying a-t-il droit à quelque chose ?

Cette question devient encore plus pertinente lorsque nous la ramenons au Nigéria où des cas de fonctionnaires qui collectent d’énormes sommes d’argent auprès d’étrangers ont conduit ces étrangers à obtenir un contrat ou l’autre. Lorsqu’un représentant du gouvernement aide une entité à faire quelque chose, peut-il percevoir une commission ou une « appréciation », comme les Nigérians préfèrent l’appeler ? Si un représentant du gouvernement peut percevoir une « appréciation », un législateur peut-il faire de même pour avoir aidé à adopter une loi ou à la bloquer ? Ou, est-ce que lorsque les législateurs aident à faire pression, ils ne doivent rien collecter, pas même une bouteille d’eau froide pour faire sha ruwa comme le disent les habitants du Nord ?

D’autres questions se posent lorsqu’on considère que dans les démocraties occidentales, il n’est pas non plus interdit aux étrangers de faire du lobbying. Cela se présente sous diverses formes et une nation souvent mentionnée en ce qui concerne son pouvoir de lobbying aux États-Unis et au Royaume-Uni est Israël. Les nations arabes ne sont pas non plus en reste. En fait, les candidats à des postes politiques dans les pays occidentaux assistent à des événements organisés par des groupes qui font pression pour ces pays. Là, ils demandent un soutien pour leurs aspirations politiques sous diverses formes. Au Royaume-Uni, par exemple, les conservateurs et les travaillistes sont régulièrement accusés d’accepter des dons de groupes connus qui font pression pour les pays étrangers dont ils sont citoyens.

Certains groupes de pression sont si prestigieux que lorsque les gouvernements des pays occidentaux veulent que leur politique soit entendue à haute voix et rassemble de grands sympathisants, les événements organisés par ces groupes sont parmi les meilleurs endroits où aller. Et parfois, les mains de ces groupes de pression ne sont pas vues si publiquement. Ils financent simplement un groupe de réflexion, un fonds de dotation, une institution, etc. appartenant à un citoyen de la nation occidentale où ils opèrent. Bien sûr, les candidats à des fonctions politiques, les représentants du gouvernement, etc. aiment être identifiés à de telles institutions. C’est un angle concernant la mesure dans laquelle les lobbyistes, locaux ou étrangers, sont tissés dans le tissu des démocraties occidentales.

Il y a aussi l’angle des nations étrangères qui veulent que leur cas soit entendu et qu’un meilleur traitement leur soit réservé par les institutions occidentales. La Commission européenne à Bruxelles, son parlement à Strasbourg et le Congrès américain sont une priorité pour les gouvernements étrangers à cet égard. C’est d’ailleurs là que la plupart des controverses en matière de lobbying ont été générées. C’est le type qui concerne le Qatar, qui est au centre de la saga actuelle à Strasbourg. Le Qatar n’enfreint aucune loi en voulant que le Parlement européen le favorise sur les questions qui l’intéressent. En fait, il peut se présenter et tenir des réunions pour amener les législateurs à le favoriser. Il peut également les inviter à Doha pour voir des faits qui feront parler les législateurs en sa faveur.

Pour moi, la frontière entre le lobbying et la corruption est rendue complexe par la culture. Différentes pratiques sont acceptables dans différentes parties du monde. Un fonctionnaire du gouvernement nigérian s’attendrait à une appréciation ou à une facilitation et la personne qui ne montre ni l’un ni l’autre peut être considérée comme un ingrat. J’ai écouté des responsables d’organisations nigérianes qui me disent que, culturellement, ils trouvent inacceptable qu’ils aident des étrangers et que ces étrangers rejettent cela comme « vous faites votre travail ». J’imagine que la nuance culturelle de montrer et d’accepter l’appréciation s’applique au Qatar.

Cette nation du Moyen-Orient avait déclaré qu’elle n’avait rien fait de mal dans le dossier du Parlement européen. Mais le Qatar a-t-il « apprécié » ou « facilité » d’une manière ou d’une autre que sa culture le permet peut-être ? S’il remercie tout législateur européen qui a été en contact avec lui sur des questions qui l’intéressent, que doit faire ce législateur ? Le rejeter et offenser, détruisant ainsi des liens diplomatiques utiles ? Signalez-le comme une tentative de pot-de-vin ? Ou, le recueillir et le considérer comme une appréciation ou une facilitation ? Les questions autour du lobbying et de la corruption sont infinies.

Source

Be the first to comment on "Qatargate : la fine frontière entre lobbying et corruption"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*