Sahara Occidental : Quand Ben Ali poignardait l’Algérie dans le dos

Tunisie et Wikileaks: un nouvelle crise au Maghreb?

Parce que la rivalité et la mésentente entre l’Algérie et le Maroc ne suffisent pas, Wikileaks est venu impliquer la Tunisie aussi. D’après le site, le président Ben Ali aurait dit clairement que le pouvoir algérien est le principal responsable de l’actuelle crise maghrébine.

Certes, les propos de Ben Ali, même si rien ne prouve leur authenticité, auront un impact sur les relations des deux pays. Un impact surtout médiatique. La presse algérienne ne ratera pas l’occasion pour envenimer les relations entre les deux pays. Le quotidien El Watan a déjà entamé l’attaque. En effet, le quotidien algérien relaie l’information avec une entrée des plus belliqueuses:

« Le clan Ben Ali, qui contrôle avec poigne la Tunisie, est décrit par les diplomates américains basés à Tunis comme une «quasi-maffia», dans un pays où la corruption et les abus en tout genre tendent à se banaliser. »

Sans surprise. La presse algérienne s’attaque à un autre régime, d’un pays du moins plus prospère que l’Algérie elle même (même en matière de corruption, la Tunisie fait beaucoup mieux que l’Algérie selon le dernier rapport de Transparency).

Les journaux marocains quant à eux sont à la traîne. Rares sont ceux qui ont usé de l’occasion pour appuyer la position du Maroc. Ben Ali aurait dit qu’un état indépendant au Sud du Maroc est une idée utopique…

Source

Tags : Maroc, Algérie, Tunisie, Sahara Occidental, Wikileaks,