Algérie : La mort du patriote

L’Algérie lui doit énormément. L’homme qui n’ambitionnait aucun rôle politique, en revendiquant la mission de sauvetage de l’Etat-nation en danger de déliquescence avancée, a laissé un pays libéré des tentacules d’un régime corrompu et sorti de la crise «plus fort et plus uni».

La déclaration prémonitoire du défunt Ahmed Gaïd-Salah, décédé hier des suites d’un arrêt cardiaque en son domicile, marque le sens du dévouement et de l’engagement patriotique du moudjahid et du chef de l’état-major de l’Armée nationale populaire, «toujours et pour l’éternité aux côtés du peuple» pour assurer la noble mission d’accompagnement et «asseoir la légitimité constitutionnelle sur laquelle le pays démarrera sur de bonnes et solides bases pour mettre sur pied une Algérie prospère forte et respectée».

Quatre jours seulement après l’investiture du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, l’adieu du général de corps d’armée ne peut se départir du devoir de reconnaissance des efforts et des sacrifices de l’artisan du retour de l’Algérie de la stabilité et de la sécurité.

«L’Algérie perd, en cette douloureuse circonstance, l’un de ses vaillants héros qui est resté jusqu’à sa dernière heure fidèle à son parcours riche en grands sacrifices qu’il n’a eu de cesse de consentir depuis son adhésion, dès son jeune âge, aux rangs de l’Armée de libération nationale au sein de laquelle il a gravi les échelons en tant que soldat, officier puis commandant moudjahid, loyal à sa patrie et à son peuple», a indiqué un communiqué de la Présidence saluant les qualités du défunt «gratifié de sagesse, de clairvoyance, de pureté et de fidélité à l’Algérie et aux valeureux chouhada».

Les conquêtes de l’Algérie nouvelle constituent le meilleur hommage pour le chef d’état-major, décoré, le jour de l’investiture du président de la République, de la médaille de l’Ordre de mérite national du rang Sadr pour son attachement à «un accompagnement national pour conduire l’Algérie à bon port, dans la sécurité et la stabilité».

Toute la nation reconnaissante, en deuil de 3 jours, et de 7 jours pour l’ANP, hérite des acquis incommensurables de la nouvelle République arrachée des griffes de la bande prédatrice, mettant en échec la conjuration et dégageant des perspectives de renouveau bien prometteur.

Horizons, 23 déc 2019

Tags : Algérie, Gaid Salah, Hirak, Abdelmajid Tebboune, armée, ANP,