L’Algérie se souviendra de Gaid Salah comme l’homme qui a préservé la paix au pays

Le général de corps Ahmed Gaid Salah n’est plus. L’ancien moudjahid n’est pas mort d’une balle de l’armée française pendant la guerre de libération, ni d’un attentat terroriste visant la direction de l’armée. Il a succombé suite à un traître malaise cardiaque.

Il peut reposer en paix dans sa nouvelle demeure après avoir accompli le devoir après avoir sauvé l’Algérie d’un catastrophe imminente tout en épargnant le sang des algériens. «L’Armée veille à ce qu’aucune goutte de sang algérien ne soit versée», avait-il déclaré. Et ce fut ainsi, en dépit de plusieurs mois de tension et de manœuvres tirées par des ficelles dont il faudra déterminer les origines.

Tous les nationalistes algériens lui reconnaissent son rôle déterminant dans la conjoncture la plus difficile que l’Algérie n’a jamais traversée dans sa quête d’indépendance et sa lutte pour préserver ses ressources naturelles face aux ambitions des puissances prédatrices. Même le président tunisien a levé le chapeau, au nom de tous les tunisiens, pour saluer la grandeur d’un homme qui restera dans les annales d’une histoire algérienne écrite avec des lettres d’or.

Tags : Algérie, Ahmed Gaid Salah, armée, Hirak,