Tunisie: un « bon accord » trouvé pour la formation du gouvernement de coalition

– C’est ce qu’a affirmé le Premier ministre désigné, Habib Jemli, à l’issue de sa rencontre, vendredi après-midi, avec les dirigeants des quatre principaux partis.

AA / Tunisie / Adel Thabeti

Le Premier ministre tunisien désigné, Habib Jemli, a annoncé, vendredi, qu’un « bon accord » a été trouvé pour la formation du futur gouvernement de coalition.

C’est ce qui ressort des déclarations de Jemli, lors d’une conférence de presse tenue après sa rencontre avec le président du mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi, le chef du mouvement Tahya Tounes, Youssef Chahed, le secrétaire général du Mouvement Echaâb, Zouhair El-Maghzaoui, et le chef du Parti Courant Démocrate, Mohamed Abbou.

Jemli a ajouté que le dialogue se poursuit et que « les discussions et consultations se termineront samedi ».

« Nous poursuivrons le dialogue et nous nous mettrons d’accord à l’issue des discussions sur un programme, un pacte politique et des politiques claires pour servir notre peuple et ses aspirations sur les plans économique et social », a-t-il poursuivi.

Le porte-parole du Mouvement tunisien Ennahdha, Imad Khemiri, avait annoncé, dans la matinée de vendredi, qu’un accord préliminaire avait été conclu avec 3 partis politiques pour former un gouvernement de coalition.

Dans une interview accordée à l’Agence Anadolu (AA), Khemiri a déclaré qu’un accord préliminaire avait été conclu entre Ennahdha (Obédience islamique / 54 députés sur 217), le parti « Courant démocrate » (Social-Démocrate / 22 députés), le Mouvement « Echaab » (Nationalisme Nassérien / 15 députés) et le mouvement « Tahya Tounes » (Libéral / 14 députés).

Et d’ajouter que « les quatre partis (le nombre de leurs représentants réunis est de 105 députés) sont parvenus à un accord de principe et retourneront discuter des détails en interne ».

« Les détails seront également discutés avec le Premier ministre désigné, Habib Jemli », a-t-il poursuivi.

Il convient de noter que le gouvernement Jemli a besoin d’une majorité de 109 députés (50% +1).

Le président Kais Saied, avait chargé l’expert agricole Habib Jemli, à la mi-novembre, de former le gouvernement, après que ce dernier ait été mandaté par le mouvement vainqueur lors des élections législatives du 6 octobre.

Jemli a demandé, vendredi dernier, à Saied de prolonger d’un mois les délais de consultations pour la formation du gouvernement, après que le premier mois se soit écoulé sans enregistrer d’avancée.

Dans des déclarations précédentes à l’AA, le président du Conseil de la Choura du mouvement Ennahda, Abdel Karim Harouni, a exprimé la volonté de son mouvement de voir le « Courant démocrate » et le mouvement « Echaab » participer à la formation du gouvernement de coalition.

Harouni avait à cette occasion exclu une alliance avec le parti « Au cœur de la Tunisie », arrivé deuxième aux élections législatives avec 38 députés. (Anadolou)

Tags : Tunisie, gouvernement, élections, Ennahdha, Abdelkrim Harouni, Jemli,