Algérie : C’est au tour de Haddad de passer à la barre

Les regards sont de nouveau braqués ce samedi, au troisième jour du procès des hauts responsables impliqués dans des affaires de corruption liées au montage de véhicules, sur le tribunal de Sidi M’hamed à Alger où l’ancien patron du FCE, Ali Hadad, passera à son tour à la barre.

Force est de rappeler qu’au deuxième jour du procès, Mohamed Bairi a révélé que Haddad avait retiré 19 milliards de centimes du compte de l’argent mobilisé pour la campagne électorale du président déchu sans qu’il ne contribue d’un centime.

Reprise du procès

Une fois à la barre, le juge accusé Ali Haddad de blanchiment d’argent et de financement occulte de campagne électorale. Ce dernier donne sa version des faits qui lui sont reproché, affirmant que Saïd Bouteflika, l’a contacté le 25 janvier, pour lui demander l’aider à mener la campagne électorale du président déchu Abdelaziz Bouteflika aux côtés de Abdelmalek Sellal, Amara Benyounès et Chaieb.

Haddad a indiqué que des gens parlaient de 70 milliards de centimes mobilisés pour la campagne, ajoutant que c’était Saïd Bouteflika – incarcéré actuellement à la prison militaire de Blida- qui lui avait demandé de charger une personne de retirer tout l’argent qui était au niveau de leur direction à Hydra.

Le juge interroge Hamoud Chaieb, directeur financier de la campagne électorale de Bouteflika, sur les fonds collectés et où ils ont été placés ?

Chaieb a dit qu’ils ont été placés sur le compte de Abdelmalek Sellal auprès de la banque CPA, ajoutant qu’il lui avait été demandé par la suite en sa qualité de directeur de trésor.

En outre, ce dernier a avoué avoir retiré l’argent en trois phases : 12.5 milliards, 5 milliards et puis 2.5 milliards de centimes.

Interrogé de nouveau sur la destination de cet argent, Chaieb dit les avoir remis à Malek Hadj Saïd.

Celui-ci a indiqué de son côté avoir déposé ce montant sur le bureau de Haddad à Dar El Beida.

Si Haddad dit ignorer le montant mobilisé pour la campagne, Chaieb a fait savoir quant à lui qu’il était de 75 milliards, soulignant toutefois qu’il ne savait pas ce qui restait sur le compte de la campagne.

Echouroukonline, 7 déc 2019

Tags : Algérie, procès, corruption, Ali Haddad,