Maroc-Israël : L’heure de vérité a sonné

Jusqu’à présent, les autorités marocaines ont joué sur la corde de la duplicité sur plusieurs dossiers. Dans la question des droits de l’homme, ce jeu a poussé Human Rights Watch à considérer le Maroc comme «un éternel chantier » dans lequel Rabat prétend être toujours à l’œuvre en vue de combattre les violations des droits humains. Pour les marocains, le résultat est bien visible, au lieu de s’améliorer, la situation va de mal en pire.

Il en va de même au sujet des relations avec Israël. Acculée par le droit à l’autodétermination du Sahara Occidental, Rabat compte sur le lobby israélien et sioniste en vue de faire plier la Maison Blanche sans pour autant renoncer à l’image que le roi du Maroc veut projeter en tant que «Commandeur des Croyants» et président du Comité Al Qods (Jérusalem). C’est ainsi que le Maroc se présente aujourd’hui comme le premier défenseur de la cause Palestine et le lendemain comme premier pays à accueillir et décorer des personnalités sionistes. Dans ce but, Rabat a nourri des relations solides avec l’organisation sioniste la plus relevante des Etats-Unis, le Comité Juif Américain (AJC).

Ce double jeu de la diplomatie marocaine a été commenté par Jacques BENILLOUCHE dans un article publié sur le site Times of Israel. « Le Maroc se présente sous deux facettes, celle de la rue avec les femmes et les enfants en première ligne qui manifestent contre Israël en piétinant les drapeaux israélien et américain et celle du pragmatisme du gouvernement du Royaume ».

Mais l’heure de la vérité semble avoir sonné. Il ne suffit plus de dénoncer du « prosélytisme chiite » de l’Iran ou les « relations du Polisario avec le Hezbollah libanais ». Les américains veulent que Mohammed VI fasse un geste décisif dans ce sens, la normalisation pure et simple avec l’Etat hébreu. C’est la mission qui amène le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo au Maroc.

Ainsi donc, la marge de manœuvre pour Rabat semble très étroite. Les dirigeants marocains doivent choisir entre faire plaisir à Washington en échange d’un soutien effectif dans la question du Sahara Occidental et une opinion publique marocaine unanimement solidaire avec les palestiniens.

Tags : Maroc, Etats-Unis, Sahara Occidental, Mike Pompeo, lobby sioniste, Israël,