Tunisie : Marzouki le marocain quitte la politique avec la queue entre les jambes

Marzouki quitte la politique après sa chute et celle de son parti aux dernières élections en Tunisie

L’ancien président tunisien Moncef Marzouki (2011-2014) a annoncé dimanche sa décision de quitter la politique suite à l’échec de son parti au parlement et le sien aux dernières élections à la présidence, tenues en septembre et octobre dernier.

Selon l’agence de presse tunisienne TAP, il a déclaré son intention de rester « engagé envers le peuple » en dépit de sa décision de démissionner. Marzouki a commenté la situation politique actuelle dans le pays et a mis en doute la capacité du gouvernement à réussir s’il décidait de ne lutter que contre la corruption, « au vu des alliances politiques nées des dernières élections législatives ».

En ce sens, Marzouki a alerté la population, désireuse de participer à la lutte contre la corruption, qu’il s’agit d’un « cancer qui met en péril le droit à une vie décente ».

La démission de Marzouki est arrivé suite à la dégringolade électoral de sa candidature et celle de son parti dans les dernières élections. Dans les législatives, la coalition de gauches à laquelle sa formation a adhéré n’a pas obtenu de sièges, alors qu’à l’élection présidentielle, sa candidature n’a pas obtenu la confiance des électeurs.

Le candidat conservateur Kais Saied a remporté la victoire au deuxième tour de l’élection présidentielle avec 72,53% des voix, loin devant son rival, Nabil Karoui, qui a réalisé 27,47% des voix. Les accessoires En revanche, le parti islamiste modéré Ennahda a remporté les élections législatives avec un total de 52 sièges. À ce jour, cette formation était l’un des principaux acteurs de la politique tunisienne depuis la révolution de 2011 contre Zine el Abidine ben Ali.

Tags : Tunisie, Marzouki,