L’armée française au cœur d’une polémique au Niger et au Mali

-De plus en plus accusée de soutenir le terrorisme.

AA / Niamey / Illa Kané

Les ambassades de France au Niger et au Mali ont été amenées à réagir, récemment, suites à des «Fake news» ou des déclarations jugées infondées, notamment celles relatives à une présumée attaque de l’armée française contre la base militaire de Diffa, au sud-est du Niger, et aux propos de l’artiste malien Salif Keïta accusant la France de soutenir les terroristes au Mali.

«L’ambassade de France dément formellement les « fake news » circulant sur les réseaux sociaux sur une prétendue frappe de Barkhane contre les Forces armées nigériennes (FAN) à Diffa», a déclaré l’ambassade de France au Niger dans un communiqué publié sur son compte Twitter.

C’est un «mensonge grossier et éhonté», a insisté la même source, ajoutant que «la France est aux côtés de ses partenaire du G5 Sahel dans la lutte contre le terrorisme».

Depuis des jours, l’armée française est accusée sur les réseaux sociaux d’avoir mené une attaque contre la base militaire de Diffa.

Au Mali aussi, l’ambassade de France a publié un communiqué, le 15 novembre courant, suite aux propos de l’artiste malien Salif Keïta, accusant la France de soutenir les terroristes.

«L’Ambassade de France a découvert avec étonnement les récents propos tenus par Salif Keita, artiste malien de renommée mondiale, mettant en cause la France et ses liens supposés avec le terrorisme au Mali», a indiqué le communiqué consulté par Anadolu.

«L’Ambassade de France dénonce avec la plus grande fermeté ces propos au caractère infondé, diffamatoire et outrancier », a insisté la même source.

Dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, l’artiste-musicien malien avait accusé la France de financer les terroristes qui s’attaquent au Mali.

La France intervient dans la lutte contre le terrorisme au Niger et au Mali, à travers l’opération Barkhane.

Ces derniers mois, des citoyens des deux pays ne cessent d’appeler au départ de cette force et celles d’autres pays occidentaux, les accusant de ne pas s’engager véritablement dans la lutte contre les terroristes ou même d’avoir des liens présumés avec ces derniers.

La France maintient sa présence militaire dans le Sahel africain à travers sa force Barkhane, moyennant 4500 soldats, déployés au Burkina, Faso, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Tchad, et ce, depuis 2013.

Anadolou, 24 nov 2019

Tags : France, Barkhane, terrorisme, Mali, Niger,