Algérie : Abdelmadjid Tebboune compte exiger des excuses du Maroc

Abdelmadjid Tebboune a défendu son programme électoral en estimant qu’il « renferme des solutions concrètes et des engagements réels et non pas des promesses sans lendemain».

Le candidat indépendant a soutenu que le peuple veut plus de rigueur dans l’application des lois et la mise en avant de la moralisation de la vie politique et de la gestion de la chose publique. Pour lui, «l’urgence est d’arriver à rétablir la confiance entre gouverneurs et gouvernés » a-t-il indiqué lors de son passage au forum El Hiwar.

Evoquant l’inculpation de Omar Alilat, un homme d’affaires et ex-député estampillé RND et l’implication de son nom de cette affaire, Tebboune a indiqué que celle-ci n’impactera nullement le déroulement normal de sa campagne. « C’est une tempête dans une verre d’eau », a-t-il commenté. «La lutte contre la corruption se poursuivra et est toujours possible de récupérer les fonds transférés illicitement à l’étranger par des hommes d’affaires », a-t-il poursuivi. Pour lui, la récupération de cet argent permettra de régler définitivement les problèmes de la caisse nationale des retraites.

Pour lui, «le pays connait une situation grave qui nécessite l’implication de toutes les bonnes volontés pour sortir de la crise », a-t-il martelé. « Je respecte tous les avis. Je suis prêt à dialoguer avec toutes les forces vives de la nation, y compris avec les jeunes du Hirak sans complexe», a-t-il renchéri.

Abordant la situation économique, Tebboune a reconnu que le pouvoir d’achat des ménages s’est sévèrement dégradé. Pour lui, le SMIG n’a plus en adéquation avec la réalité du marché. Le candidat s’engage à ouvrir le dossier de la fiscalité en dénonçant « les importations déguisées», à travers les fameuses usines de montage de véhicules SKD, promettant d’en finir avec le dossier, une fois élu. Il dira que l’Algérie dispose de moyens humains et matériels pour relancer son tissu industriel.

Abordant enfin, les relations algéro-marocaines, Tebboune a soutenu que la question des frontières n’a aucun lien avec le Sahara occidental. «Les frontières ont été fermées le jour où le peuple algérien a été humilié», a-t-il rappelé. Tebboune réclamera à ce propos le «pardon du Maroc».

Amokrane H

Horizons Sud, 24 nov 2019

Tags : Algérie, Abdelamjid Tebboune, Maroc, Sahara Occidental,