Maroc : De la selectivité dans les droits de l’Homme

Par Rachid Oufkir

Je ne comprends pas cette ambivalence et cette conception « communatariste » absurde, venant de ceux qui empruntent le langage des droits de l’Homme clament à haute voix, publiquement, les principes de justice , d’équité et qui luttent pour l’égalité, exclusivement pour leur catégorie d ‘appartenance , qu’elle soit idéologique ou ethnique tout en s’amusant à réclamer l’opposée (le déni de droit , la répression, l’état policier, la prison…) pour autrui !

Cette visée sectariste se traduit dans les formules utilisées :  » tout ce que je demande , c’est de m’épargner moi, et mes semblables mais tu peux réprimer les autres, tu peux même les écraser . Je m’en branle ! Ils le méritent. Cela ne me regarde pas ! »

Ou quand on observe un sahraoui porter le drapeau sahraoui en plein casablanca, le reflexe est de dire : « le makhzen aurait dû emprisonner ce dernier et relacher le militant rifain, pacifiste et patriote qui luttent pour ses droits légitimes « .

Ou encore ceux qui appércient les miltiants rifains en fonction de leur conviction politique et de leur orientation. A ce propos, je cite Farid A.L. « le makhzen n’a arrêté ni le marxiste, ni le léniniste, ni le trotskiste, ni les Guevariste, ni le salafiste, ni l’adhérent d’une officine politique, ni l’ internationaliste, ni non plus l’amazigh .Le makhzen a arrêté les enfants du devoir rifain … les enfants de Mulay Muhand, [ Le makhzen ne fait pas de distinction, il réprime le rifain parce qu’il est rifain] »

Un principe d’action se doit d’être tout terrain, général, universel applicable à tous, ou ne l’est pas.

Est-il juste de revendiquer auprés d’un Etat policier, un traitement préférentiel pour soi, pour une catégorie spécifique à l’exclusion de l’autre, sachant que tout le monde est logé à la même enseigne !???

Est-il juste d’éprouver de l’indifférence et du je-m’enfoutisme envers une réprssion policière qui ne se passe pas chez soi ? Est il juste de souhaiter le déni de droit, le durcissement de l’oppression d’une population parce qu’on n’en fait pas partie ?

Au moins sur le plan formel, sur le plan de la profession de foi, quand on plaidoie pour l’état de droit, on ne doit pas chipoter cette condition exclut le de sectarisme et la mise en équation des droits universels

Quand cette attitude vient des professionnels de droit, c’est la grande catastrophe.

Je conçois le fait qu’on ne peut s’impliquer partout ( pour des questions de compétence d’énergie et de temps), de revendiquer des droits subjectifs/catégoriels mais je ne conçois nullement le fait de se placer sur le terrain du droit, et de réclamer pour autrui , qui sont tout aussi vulnérables, l’opposé de ce qu’on réclame pour soi !

Pour moi cela relève d »une certaine collaboration , de la délation et d’une bassesse sans nom.

Tags : Maroc, Makhzen, Rif, Hirak, droits de l’homme, Sahara Occidental, répression,