Attentat islamophobe de Christchurch en Nouvelle Zélande : Nous Accusons

Hier, le 15 mars 2019, une tuerie islamophobe dans deux mosquées de Nouvelle- Zélande perpétré par un suprématiste blanc a fait 49 morts et plusieurs dizaines de blessés. Non seulement ce crime ignoble a été revendiqué mais il a également été filmé et diffusé sur les réseaux sociaux.

Nos pensées et nos solidarités vont d’abord à nos frères et sœurs qui sont parties et à leurs proches. Que la paix et le salut les accompagne. Au-delà de la douleur, du recueillement et de l’écœurement nous avons le devoir de dénoncer toutes les responsabilités, l’obligation de refuser toutes les euphémisations et relativisations et l’impératif d’appeler à la mobilisation collective. L’auteur du crime déclare lui-même que la théorie du « grand remplacement » née dans l’extrême-droite française (puis banalisée plus largement dans une version euphémisée bien au-delà de celle-ci) est la base théorique de son passage à l’acte.

Nous accusons tous ceux qui ont contribués à diffuser la thèse du « grand remplacement » sous sa forme fasciste dure ou dans toute la gamme des versions lissées qui ont pullulé ces dernières années en France et ailleurs ; Nous accusons tous ceux qui ont promus la théorie du « choc des civilisations » qui présentant l’Islam et les musulmans comme danger civilisationnel pour justifier des guerres pour le pétrole et pour les minerais;

Nous accusons tous ceux qui désignent l’extrême-droite comme seule responsable afin de masquer leurs propres responsabilités ;

Nous accusons tous ceux qui alimentent quotidiennement l’islamophobie depuis des décennies en tendant le micro aux porteurs de cette haine ;

Nous accusons tous ceux qui ont contribués à l’émergence d’une hystérie récurrente ciblant l’Islam et les musulmans par les polémiques régulières sur le voile, le burkini, la viande hallal, le voile de running, etc. ;

Nous accusons tous ceux qui ont contribués de manière ouverte ou indirecte à la diffusion de islamalgames assimilant musulmans et terroristes ;

Nous accusons tous ceux qui nient l’existence d’une islamophobie en voie de banalisation allant même jusqu’à ergoter sur la pertinence du mot « islamophobie » lui-même ;

Nous accusons tous ceux qui tentent d’instrumentaliser le jute combat contre l’antisémitisme en affirmant qu’il serait le fait des quartiers populaires c’est-à-dire en fait des noirs et des arabes de France ;

Nous accusons tous ceux qui accréditent le mensonge d’une « invasion » ou d’une « submersion » par une multitude de réfugiés et de sans-papiers contribuant ainsi par la création d’un climat anxiogène à encourager les passage à l’acte en leur donnant un bouc émissaire et une cible ;

Au-delà de la douleur et de l’émotion, de la colère et de l’indignation, nous avons besoin d’une mobilisation durable à la hauteur des dangers. L’islamophobie a tué dans le passé, tue aujourd’hui et continuera de tuer si nous ne sommes pas capables par notre action collective de déraciner le mal. N’attendons pas qu’un tel drame se déroule en France pour réagir.

 Alima Boumediene

Tags : Islampphobie, xénophobie, racisme, Nouvelle- Zélande, Christchurch,