Le Kazakhstan commence la castration chimique des pédophiles, les autorités étant prêtes à procéder à 2 000 injections cette année

L’ancienne république soviétique du Kazakhstan s’apprête à commencer la castration chimique des pédophiles condamnés.

Kazakhstan president Nursultan Nazarbayev, whose government introduced a new law on chemical castration at the start of this year

Un agresseur sexuel anonyme de la région du Turkestan sera le premier à se faire injecter une drogue sous la supervision du ministère de la Santé du pays, ont annoncé des responsables.

La castration forcée est une punition pour avoir été reconnu coupable d’une agression sexuelle contre un enfant en avril 2016. Le président Nursultan Nazarbayev a alloué 20 500 livres sterling pour quelque 2 000 injections à des hommes qui commettent des infractions sexuelles sur des enfants cette année.

Le vice-ministre de la santé, Lyazat Aktayeva, a déclaré : « Pour l’instant, il y a eu une demande de castration chimique, conformément à une décision de justice ».

Le Kazakhstan a introduit une nouvelle loi sur la castration chimique au début de cette année.

Des fonds ont été alloués pour plus de 2 000 injections « , a révélé Aktayeva. Lors de l’adoption de la loi, le sénateur Byrganym Aitimova a déclaré que la castration serait » temporaire « , consistant en une » injection unique » basée sur » la nécessité d’empêcher l’homme de (commettre) des violences sexuelles « .

Les crimes sexuels impliquant des enfants sont également passibles de peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 20 ans au Kazakhstan.

Contrairement à la castration chirurgicale, la castration chimique laisse les organes intacts et est considérée comme réversible dans la plupart des cas ; bien que les drogues réduisent la libido, elles n’empêchent pas une personne de ressentir des pulsions sexuelles indéfiniment. Les sceptiques soutiennent que la mesure, mise en œuvre pour la première fois dans les années 1940, n’empêche pas nécessairement de futures attaques.

Les rapports indiquent que la procédure au Kazakhstan sera effectuée dans des cliniques psychoneurologiques régionales.

Les médecins administreront Cyproterone, un anti-androgène stéroïdien développé pour combattre le cancer. Le nombre de viols d’enfants dans le pays a doublé, passant à environ 1 000 par an entre 2010 et 2014.

En 2016, le président indonésien Joko Widodo a autorisé la castration chimique d’enfants délinquants sexuels condamnés à la suite d’un tollé national sur le viol collectif et le meurtre d’une jeune fille de 14 ans.

La castration chimique n’est pas tout à fait inhabituelle et un certain nombre de pays – dont la Pologne, la Corée du Sud, la Russie, l’Australie, ainsi que certains États américains – échangent des peines de prison plus clémentes avec les pédophiles qui y consentent.

En 1952, le célèbre décrypteur britannique de la Seconde Guerre mondiale, Alan Turing, a subi une castration chimique forcée pour éviter une peine de prison comme punition pour homosexualité.

Traduit par Dr.Mo7oG

DAILYMAIL.CO

Source

Tags : Kazakhstan, pédophilie, castration,