Maroc: Le Complot de Juillet 1963

par Maâti Monjib

Références bibliographiques Abdellatif Jebrou, 16 Yuliouz 63, Rabat, Imprimerie Al Maârif Aljadida, 2000.

La Vigie Marocaine du 16 et 25 août 1963, Casablanca.

Akhir Saâ, numéros de la période allant du 17 juillet à fin novembre 1963.

Le Monde du 17 août 1963, du 22 nov.1963 du 4, 24, 30 janvier 1964

Maâti Monjib, La Monarchie marocaine et la lutte pour le pouvoir, Paris, l’Harmattan, 1992.

C’est le 16 juillet 1963. Un jour à la chaleur étouffante. Le Comité central (CC) de l’Unfp et ses parlementaires tiennent une réunion aussi décisive que houleuse à Casablanca. Plus d’une centaine de dirigeants sont présents. Ils veulent confirmer le retrait des candidatures déjà déposées et le boycott des élections municipales par le parti de Ban Barka. L’Istiqlal fera de même. Le CC entend protester par sa décision contre les mesures répressives et discriminatoires à l’encontre des candidats du parti. Dans certaines provinces, la majorité des dossiers de candidature Unfp sont rejetés par l’Administration.

En l’absence de Ben Barka, ce sont Abderrahim Bouabid et Abderrahmane Youssoufi qui président aux débats. Les intervenants évoquent le climat de terreur que fait régner Oufkir depuis l’échec du régime lors des élections législatives du 17 mai dernier. Les responsables provinciaux de l’Unfp font état également dans leurs rapports au CC que des membres du Fdic attaquent les représentants locaux de l’Unfp et détruisent les biens de leurs familles. Les champs et récoltes de celles-ci sont parfois brûlés notamment dans le sud du pays. L’objectif du pouvoir, et de ses supporters dans les régions, est clair : éviter coûte que coûte que l’opposition ne gagne les élections municipales comme elle l’a fait lors des législatives il y a deux mois. Surtout que les élus locaux sortants appartiennent dans leur grande majorité à l’opposition.

Basri aurait planifié l’assassinat du roi dans sa chambre à coucher

Oufkir fait assiéger le lieu de la réunion. Les participants y compris Bouabid et Youssoufi sont arrêtés et amenés au commissariat de Maârif. Beaucoup d’entre eux seront sauvagement torturés comme Abbass el Kabbaj le père de l’actuel maire d’Agadir. Plusieurs détenus sont conduits au sinistre centre secret Dar Al Mokri près de Rabat. Ils y sont torturés. Dlimi et Oufkir participent aux interrogatoires. Les agents de la redoutable Brigade Spéciale (alias Cab 1) font endurer à leurs victimes non seulement les affres de la torture physique la plus abominable mais également des sévices psychologiques adaptés à la mentalité marocaine : par exemple, les menottes sont appelés dbalj (ornement des mariées le jour de la nuit de la dakhla) par les tortionnaires.

C’est ainsi que l’ancienne villégiature du Grand Vizir devient à partir de cet été de fournaise ce que Abdellatif Jebrou (l’une des victimes et auteur d’un livre-témoignage sur le complot) appellera l’enfer des damnés de la terre. Selon le témoignage de Jebrou : pour faire cesser une séance insoutenable de torture, les victimes donnent parfois les noms de membres de leurs cellules révolutionnaires imaginaires : ainsi il s’avère une fois à la police que les membres d’une cellule étaient tous morts depuis plus de trois ans lors du tremblement de terre d’Agadir de 1960. Certains militants intrépides piègent même le Cab 1 en donnant les noms de notables locaux supporters du régime. De fait, le gouverneur d’Agadir proteste auprès de ses supérieurs suite à l’enlèvement par le Cab 1 de membres du Fdic. Un responsable local Unfp les avait cités, sous la torture, comme membres de son groupe clandestin décidé à abattre le régime. Réinterrogé, il confirme qu’ils sont bien encartés au Fdic mais que c’est lui qui leur en avait intimé l’ordre afin de mieux mener en bateau les services. Ces adversaires déclarés de l’Unfp reçoivent donc leur part des tourments de Dar El Mokri. Selon Moumen Diouri, Oufkir met personnellement la main à la pate : un jour pour persuader Diouri de se montrer plus collaboratif, le colonel prend son pistolet et tire sur deux de ses codétenus Ben Ali et Afifi. Il les tue sur le coup.

Le ministre de l’Intérieur Ahmed Hamiani Khatat donne une déclaration à la radio-télévision nationale dans laquelle il dénonce un complot contre la sécurité de l’Etat. Il condamne les mis en cause avant même qu’ils ne soient présentés à la justice. Ses propos sont tellement outranciers qu’il serait difficile pour l’observateur averti de le croire sur parole : il compare les personnes détenues à « des voleurs qui n’ont même pas d’opinion politique qu’ils auraient aimé imposer par des actes criminels. » La campagne répressive englobe tout le territoire national où des milliers de militants de l’Unfp, de sympathisants ou de simples candidats portant les couleurs du parti sont arrêtés. Les agents qui arrêtent et filent les membres ou supposés comme tels de l’Unfp semblent avoir reçu carte blanche d’Oufkir. Ils peuvent tout faire ou presque pour terroriser les personnes recherchées et leurs familles. Ainsi Mohammed El Hamri (à droite de Youssoufi dans la photo) raconte au juge que les policiers qui l’ont arrêté et mis dans leur véhicule se sont dirigés vers le logement d’un certain Salmi dans le quartier des Diour Jamaâ Rabat. Ils tentent de l’arrêter devant sa résistance, ils tirent sur lui. Ils mettent le cadavre dans le véhicule pour l’amener à la morgue de l’hôpital. Le juge réplique en disant que cela ne relève pas de sa compétence.

Les contradictions des sources officielles et officieuses tendent à donner raison au leadership de l’Unfp qui affirme que si complot il y a il s’agirait bien d’un complot contre le parti Ben Barka. Le 18 juillet, la Direction générale de la sécurité nationale publie un communiqué annonçant la découverte d’un complot préparé depuis plusieurs années et parle d’atteinte aux « valeurs sacrées » (moukaddassat) du pays. Pourtant moins de 10% des personnes arrêtées seront présentées à la justice. Le ministre de la Justice Ahmed Bahnini déclare dans une conférence de presse le 15 août suivant que « le complot visait à l’assassinat de Sa Majesté Hassan II ibn Mohammed V dans l’enceinte de son palais par des Marocains afin de prendre le pouvoir. » Le ministre de la Justice affirme que le cerveau du complot est Fqih Basri. Celui-ci est secondé par Youssoufi chargé de contacts avec les complices étrangers. Selon le même ministre Moumen Diouri assurait la liaison entre le groupe Cheikh al Arab et le groupe Basri et Omar Benjelloun était chargé de l’armement du groupe. L’acte d’accusation précise que Basri avait même personnellement demandé au capitaine Medbouh (futrur putschiste) le plan du palais de Rabat et des précisions sur la chambre à coucher de Hassan II. Pourtant Medbouh refusera de se présenter devant le tribunal pour confirmer ces graves accusations. L’acte d’accusation explicitera les déclarations du ministre de la Justice en affirmant que Ben Barka ,Youssoufi et Fqih Basri ont aidé un officier de liaison syrien du nom de Kanout à visiter les palais royal de Rabat et Tanger. Guédira, Directeur du cabinet royal qui a la tête sur les épaules et qui sait que Bahnini dit ce que lui dicte Oufkir, réagit par la voix de son journal les Phares en affirmant qu’il n’y aucune preuve de la participation d’un pays étranger.

Oufkir double et dépasse Guédira

Quelles sont les conditions politiques dans lesquelles se sont déroulés ces graves événements qui sont loin d’être isolés ou de faire fausse note ? Le premier signe grave annonçant l’entrée du Maroc dans l’étape oufkirienne de son histoire politique est la tentative d’assassinat de Mehdi Ben Barka le 16 novembre 1962. Le leader de l’Unfp menait alors campagne pour le boycott du référendum constitutionnel. Quelques semaines plus tard, les représentants de l’Istiqlal sont poussés à quitter le gouvernement de Hassan II juste après le succès du « oui » au référendum. De fait, le souverain ne voulait pas que l’Istiqlal tire un bénéfice électoral de sa présence au gouvernement. Allal El Fassi vit comme une profonde humiliation cette manière cavalière du roi de se débarrasser du parti qui était pourtant la principale force politique à faire campagne pour le « oui ».

Le patriarche qui justifiait la présence de son parti au sein d’un gouvernement royal par sa volonté de soutenir un jeune roi contesté se sent trahi. Politicien courageux et expérimenté, El Fassi opère une inflexion importante dans son discours afin de se rapprocher de ses frères ennemis de l’Unfp : Il publie le manifeste de la Taâdouliya (une sorte de socialisme à la marocaine), concentre ses critiques contre l’ami du roi, Guédira, et n’épargne plus parfois même le roi dans ses allocutions aux membres du parti.

Un autre événement qui prépare l’affrontement du régime et de l’Unfp est la constitution du Fdic le 20 mars 1963 à Casablanca moins de deux mois avant le scrutin législatif. Ce jour là entrera les annales du royaume comme celui qui connaît la formation du premier parti d’Etat au Maroc. Dans un hôtel 5 étoiles de Casablanca, Guédira qui est à la fois, directeur du Cabinet royal, ministre de l’Intérieur et de l’Agriculture, et ami intime de Hassan II préside la réunion. Autour de lui prennent place plusieurs ministres de Sa majesté dont celui de la Défense nationale ainsi que deux cousins du roi et le colonel Oufkir himself. Ce contexte aide à la transformation des meetings électoraux de l’opposition en de véritables manifestations contre le régime. L’échec (voir encadré) du Fdic qui s’ensuit, a fait penser à certains observateurs que le jeune roi réfléchirait peut-être à changer de politique en dissolvant, ou du moins en éloignant du palais le nouveau parti. C’est le contraire qui se produit. Certes, Guédira est poussé vers la marge mais pour être remplacé par …Oufkir.

Effectivement Ahmed Réda Guédira quitte le ministère de L’intérieur en juin 1963. C’est le dernier rempart contre Oufkir qui cède. Il faut rappeler qu’Oufkir, l’âme damné de Hassan II devient directeur de la Sécurité nationale en juillet 1960 autrement dit quelques semaines après le limogeage du gouvernement Ibrahim. Et le voilà maintenant ministre de fait de l’intérieur en attendant de le devenir officiellement un an plus tard. Guédira pour montrer sa mauvaise humeur quittera, le même jour, le gouvernement de Hassan II où il occupe les fonctions de ministre des Affaires étrangères. Du coup le régime change de numéro deux : Oufkir prend la place de Guédira. Il faudrait rappeler également que Ben Barka quitte le Maroc vers mi-juin 1963. Il n’y retournera plus jamais. L’absence de Ben Barka arrange les affaires d’Oufkir en facilitant son coup du 16 juillet contre l’Unfp. Il faut rappeler que le régime de Hassan II n’a jamais osé mettre aux arrêts ce leader populaire et à la stature internationale.

Complot de qui contre qui ?

Que s’est-il vraiment passé, y a-t-il eu vraiment une conspiration de la direction de l’Unfp afin de prendre le pouvoir ? La réponse est non ; y a-t-il eu désir dans certains milieux du parti plus ou moins exprimé plus ou moins affirmé d’utiliser la violence révolutionnaire pour abattre le régime de Hassan II : la réponse est oui mais….Oui par ce que des militants de l’Unfp ont bien été tentés d’utiliser les armes pour mettre fin au régime Hassan-Oufkir ; mais parce qu’ils étaient de rang subalterne et en général en rupture de ban avec la direction du parti. Abderrahim Bouabid, le plus royaliste des appréhendés du 16 juillet (il fut libéré quelques heures après son arrestation) témoigne : « c’est à partir d’une cellule plus ou moins armée, avec des gens plus ou moins naïfs que la police a établi le lien avec d’anciens membres de la Résistance et des responsables de l’Unfp.»

L’affaire est donc politique et non sécuritaire : Il s’agit ni plus ni moins de casser un parti qui a prouvé lors du scrutin législatif que son éloignement du pouvoir et des médias d’Etat ne l’a pas suffisamment affaibli. El Hamiani qui avait fait allusion lors de sa première déclaration après le 16 juillet à un instigateur qui serait Ben Barka établi au Caire, avait proposé à Ben Barka la participation de son parti au gouvernement un mois environ avant l’éclatement de l’affaire du complot. Les services de Hamiani et de La Justice assurent pourtant que la police suit les comploteurs depuis 1961.

D’ailleurs, le fait que Youssoufi soit condamné à deux ans avec sursis alors qu’il est dénoncé par le ministre de la Justice et par l’acte d’accusation comme numéro deux du complot est une autre preuve de l’inanité des accusations officielles. De même les affirmations du ministre de la Justice le 18 juillet concernant « un dépôt d’armes important aussi bien en quantité qu’en qualité » s’avèrent fausses lors du procès qui démontre que toutes les « découvertes d’armes » datent d’après le 18 juillet. La vacuité du dossier pousse la police et les agents de la Justice à se rattraper alors que le procès est déjà bien en avance pour étoffer « l’arsenal » ridicule de la révolution antimonarchique. Ainsi les armes « saisies », mises sous scellé et déposées dans la salle d’audience sont illégalement transférées dans une salle adjacente sans que les avocats en soient avertis. Le juge, gêné, ordonne à la demande de la défense que les armes soient ramenées dans la salle d’audience.

L’un des avocats des accusés, Maâti Bouabid en profite pour démontrer les manipulations policières, il affirme « : je suis prêt à affirmer sous la foi du serment que tout à l’heure m’étant rendu dans la salle où étaient les armes, j’ai vu un magistrat du parquet et des policiers qui les manipulaient. Ils se livraient à un travail sur lequel j’émets les plus expresses réserves. Où sont passées par exemple les armes que contenait ce couffin ? On y trouve maintenant une valise… Voici une mitraillette, à qui l’attribue-t-on ? Reprend-il, en lisant les inscriptions portées sur l’étiquette. A l’accusé Belmlih, or quand cet accusé, Monsieur le président, a comparu devant vous, on a cherché en vain l’arme dont l’accusation le charge. Aujourd’hui la voici. Voyez ! Son étiquette toute neuve n’est même pas fripée, comme elle le serait si cette mitraillette avait été vraiment saisie depuis plus de six mois. On n’a pas eu le temps d’achever la besogne. Les scellés constatez-le, n’ont pas encore été mis. Voilà comment on fabrique un complot et des accusés …. ». Pourtant le tribunal condamne plusieurs personnes à la peine capitale dont Fqih Basri, Omar Benjelloun et Moumen Diouri.

D’autres comme Ben Barka sont condamnés à mort mais par contumace du fait qu’ils se trouvent à l’étranger. Pour conclure on peut dire que l’affaire du complot marque le point de non retour dans l’entrée du Maroc indépendant dans l’étape dite des Années de plomb. Hassan II, jeune roi assez inconscient, s’est progressivement libéré d’un Guédira qu’il finit par considérer comme trop formaliste, trop politicien pour se jeter dans les bras des hommes de l’appareil de sécurité.

Source

Tags: Maroc, Complot 1963, Ben Barka, UNFP, Abderrahman El Youssoufi, Basri, Oufkir,