Venezuela : « changement de régime » – Le plan américain et comment y répondre.

Par Moon of Alabama – Le 24 janvier 2019

Hier, les États-Unis ont reconnu le « chef de l’opposition » de droite au Venezuela, Juan Guaidó, en tant que président du pays. Un certain nombre de pays d’Amérique du Sud dirigés par la droite ont adhéré à cette initiative. Cuba, la Bolivie et le Mexique l’ont rejeté. La Russie, la Chine, l’Iran et la Turquie continuent d’appuyer le gouvernement du président élu Nicolas Maduro et se sont prononcés contre la tentative de coup d’État. L’Union européenne n’a pas d’opinion commune, la France dirigée par un néo-libéral est en faveur du coup d’État, l’Espagne s’y oppose.

Le Venezuela doit se préparer à un conflit pluriannuel tout en faisant le maximum pour le maintenir le plus court possible.

Ce mouvement américain prévu depuis longtemps contre le gouvernement légitime du Venezuela n’est que le début. Il est conçu pour mener à l’escalade et très bientôt à la mission sous-jacente : « Il faut arrêter ça ! ». Plus de 300 milliards de barils de pétrole, les plus grandes réserves de pétrole au monde, sont en jeu. Guaidó, le larbin américain, promet de modifier la loi sur le pétrole du Venezuela à l’avantage des États-Unis, alors que le gouvernement bolivarien actuel utilise le pétrole pour soutenir les pauvres.

Le sénateur Marco Rubio a rédigé la feuille de match du changement de régime mené par les États-Unis contre le gouvernement du Venezuela, avec l’appui du vice-président Pence :

« La reconnaissance américaine de M. Guaidó en tant que président légitime du Venezuela est bien plus qu’une mesure symbolique et présente de nouvelles complications pour M. Maduro.

Le sénateur Marco Rubio, un républicain de Floride qui a poussé le gouvernement Trump à prendre une telle mesure, a vivement encouragé cette idée. Dans un discours prononcé devant le Sénat le 15 janvier, M. Rubio a déclaré que la désignation de M. Guaidó comme président permettrait à des législateurs de l’opposition de disposer de millions de dollars d’actifs du gouvernement vénézuélien bloqués aux États-Unis, qui pourraient en profiter pour financer de nouvelles élections ou une aide humanitaire. »

Le montant réel que les États-Unis et la Grande-Bretagne ont gelé, ou pratiquement volé, au Venezuela s’élève à plusieurs milliards de dollars, pas seulement à quelques millions. Un tel gel de l’argent détenu par des gouvernements que les États-Unis n’aiment pas est devenu très courant. La guerre économique que les États-Unis mènent depuis longtemps contre le pays, conjuguée à de nombreuses autres sanctions, a rendu la reprise de l’économie vénézuélienne presque impossible.

Alors que les États-Unis risquent maintenant de confisquer tout l’argent qui est censé être versé au Venezuela, le pays doit cesser ses exportations de pétrole vers les États-Unis. Un certain nombre de raffineries américaines, dont certaines appartiennent au Venezuela, dépendent de la qualité spéciale du pétrole vénézuélien et seraient bientôt en difficulté. Cela pourrait aider à changer l’ambiance à Washington. La Chine pourrait être intéressée à acheter plus de pétrole vénézuélien.

L’opposition au Venezuela utilisera probablement l’accès à cet argent gelé pour acheter des armes et créer une armée de mercenaires afin de mener une guerre civile contre le gouvernement et ses partisans. Comme en Syrie, les forces spéciales américaines ou certains sous-traitants de la CIA seront prêts à aider. La ligne d’approvisionnement pour une telle guerre passerait très probablement par la Colombie. Si, comme en Syrie en 2011, une guerre sur le terrain est prévue, elle commencera probablement dans les villes proches de cette frontière.

Agrandir Mais avant qu’un conflit militaire ne soit déclenché, les États-Unis et l’opposition au Venezuela vont emprunter d’autres voies.

Après l’annonce américaine, le président du Venezuela, Maduro, a ordonné à tous les diplomates américains à Caracas de quitter le pays dans les 72 heures. Comme les États-Unis ne reconnaissent plus Maduro, ils l’ont rejeté. Le secrétaire d’État américain Pompeo a annoncé « mener nos relations avec le Venezuela par l’intermédiaire du gouvernement du président par intérim Guaidó ». Le rejet était très probablement planifié et est censé provoquer une réaction très dure, comme une prise d’assaut de l’ambassade.

Dans le cadre d’un processus normal, le gouvernement vénézuélien arrêterait les diplomates américains dès qu’ils quitteraient l’enceinte de l’ambassade légalement protégée. Ils seraient mis dans un avion et expulsés du pays. Mais il semble probable que les États-Unis ont planifié ce conflit et que les diplomates sont prêts à rester longtemps dans l’ambassade.

Le mieux que le Venezuela puisse faire maintenant consiste simplement à isoler l’ambassade. Elle doit être bien gardée pour empêcher les attaques sous faux drapeau. Aucun visiteur ne devrait être autorisé. Toutes les lignes de communication de l’ambassade devraient être coupées (il y aurait toujours une communication par satellite) et l’électricité et l’eau devraient être rationnés. L’aide humanitaire ne devrait être accordée qu’après des demandes spécifiques. Il est important de jouer ceci dans les règles pour que les États-Unis ne puissent pas utiliser de prétexte pour une escalade.

Le « chef de l’opposition » Juan Guaidó a commis une trahison. Lui, son personnel et les personnes qui le suivent doivent être retrouvés et emprisonnés. Ils devraient être détenus dans des conditions raisonnables, mais sous une stricte surveillance militaire.

Avant de déclencher une guerre plus vaste, l’opposition tentera de créer un chaos insupportable dans les rues. Comme lors des manifestations violentes manquées en 2016, les émeutiers de l’opposition seront armés. La police sera attaquée et des personnes des deux côtés vont mourir. De toute évidence, le meilleur moyen de maintenir les émeutes à un niveau tolérable est de désarmer ceux qui sont violents. La police aura besoin de bons renseignements au sol pour y parvenir.

Les États-Unis semblent prêts à superviser le coup d’État à moins que cela n’entraîne des conséquences négatives pour leur propre position. Sur le plan intérieur, la tentative illégale de changement de régime bénéficie du soutien de démocrates soi-disant socialistes. L’appareil de propagande américain, les principaux médias et diverses campagnes de propagande sont pleinement engagés. Les sociétés de médias sociaux aux États-Unis, supposément privées – Facebook, Instagram et Twitter – ont déjà annulé les comptes officiels de Maduro. Ils n’ont plus le label « vérifié ». Voice of America montre (vidéo) Guaidó se proclamant président parmi une foule de quelques centaines de partisans. Il a ensuite (1:05 min) rejoint une foule beaucoup plus nombreuse à un endroit différent, suggérant faussement qu’il a un public nombreux. Il y a des camions avec des publicités anti-Maduro circulant dans des villes américaines et divers récits de propagande postent de fausses images ou font de fausses déclarations. Ce changement de lieu, de Paris au Venezuela, est mignon dans sa naïveté :

Le gouvernement vénézuélien devrait consulter la Syrie et la Russie sur la manière de gagner un tel conflit. L’étape la plus importante que Maduro doit franchir est de renforcer son appui au sol. Alors que le mouvement bolivarien sous Chavez et maintenant Maduro bénéficie toujours d’un soutien important, il a perdu un peu de soutien des pauvres en raison du malaise économique après la chute des prix du pétrole. La situation est dans une certaine mesure causée par les sanctions américaines, mais une partie importante est également due à des politiques économiques peu judicieuses et à la corruption. Les milliards de crédits et d’investissements apportés par la Russie et la Chine n’ont pas été utilisés à bon escient.

Une campagne anti-corruption bien concertée contribuera à accroître l’appui du public et donnera à la Chine et à la Russie davantage de confiance en elles-mêmes pour s’en tenir au gouvernement légitime.

Une autre étape doit être un dialogue rapide avec des éléments raisonnables de l’opposition. Bien que beaucoup de gens n’apprécient peut-être pas le gouvernement Maduro, beaucoup d’entre eux seront en désaccord avec l’intervention manifestement dirigée par les États-Unis. Ces gens peuvent être conquis. L’église catholique pourrait être invitée à négocier des pourparlers avec eux.

L’armée vénézuélienne a promis de soutenir son président élu. Il devrait l’utiliser pour réagir rapidement contre toute tentative d’escalade violente. La leçon à tirer du conflit en Syrie, c’est qu’un conflit prolongé fera plus de victimes et de dégâts qu’une réaction précoce, forte et donc décisive contre une guerre en devenir.

Je suis convaincu que le Venezuela et son peuple peuvent résister à cette attaque. Mais le gouvernement doit réagir de manière rationnelle et décisive. Il doit consulter étroitement ses principaux alliés et planifier un conflit prolongé.

Moon of Alabama

Source