En Algérie, une béatification sous la signe de la fraternité

Michel et Michelle Beyet, d’Ille-et-Vilaine, ont assisté à la béatification de Mgr Pierre Claverie et de ses 18 compagnons Martyrs d’Algérie le 8 décembre 2019 à Oran. Membres de la famille de l’un des 19 Bienheureux, ils ont eu la grâce de vivre 3 journées intenses avec leurs familles humaines et religieuses, et les nombreux Algériens présents.

Cet évènement était placé sous la signe de la fraternité. Une fraternité basée sur une souffrance commune : ces 19 religieux chrétiens ont partagé le destin de plus de 150 000 Algériens musulmans qui ont perdu la vie à la même période.

Nous avons été très touchés par la chaleur de l’accueil, la bienveillance de tous, le recueillement, le respect réciproque entre l’Église d’Algérie et les autorités religieuses et administratives du pays. C’était la première fois qu’une Béatification était célébrée dans un pays musulman. La veillée le 7 au soir, l’accueil à la Grande Mosquée d’Oran le 8 au matin, la Célébration de la Béatification, étaient aux couleurs et à la dimension de l’Église d’Algérie, mettant les Algériens musulmans au centre. Les gestes posés, les paroles dites, étaient et restent justes et vrais, dans le droit fil de ce que vit l’Église d’Algérie, au plus près de l’Évangile, appelant au meilleur de ce que chacun porte en soi…

Nous croyons que cet évènement inédit dessinera un grand signe de fraternité dans le ciel algérien à destination du monde entier (Pape François)

Accueil chaleureux à la Cathédrale et la Mosquée

Notre prière s’est unie à celle des Bienheureux, avec toute la diversité de leurs amis rassemblés, en communion avec celle de tous les proches, très présents dans nos cœurs. Dès notre arrivée, le 7 au soir, nous étions très nombreux à la Cathédrale d’Oran, pour une veillée de prière très émouvante, alternant prière chrétienne et musulmane (chorale subsaharienne, croyants Soufis…), intenses moments de partage où les vies mêlées des chrétiens et des musulmans ont été célébrées dans une douzaine de témoignages très forts. En voici trois :

Celui de Fr. Jean-Pierre (92 ans), le dernier rescapé de Tibhirine, qui nous rappelle que la communauté, fidèle à son engagement, solidaire de tout un peuple, ne pouvait pas quitter les voisins, et a choisi de rester.

Celui de Tahieb, le fils de Mohamed qui avait été assassiné près de son puits pour avoir protégé son ami le séminariste Christian de Chergé pendant son service militaire, au cours de la guerre d’Algérie. Sur cet évènement Christian a enraciné sa vocation et mûri une théologie du sacrifice eucharistique.

Celui, ensemble, de la sœur de Mgr Claverie et de la maman de Mohamed Bouchekhi, le chauffeur de Pierre Claverie, qui avait choisi de rester aux côtés de son ami l’Évêque, et que la pièce « Pierre et Mohamed » nous a fait connaître, pièce représentée le soir de la Béatification, en présence des autorités algériennes et des participants à ces célébrations (familles et religieux), avant le repas du soir offert par les autorités algériennes.

Que « Par leur intercession, se renforcent le dialogue, le respect et l’amour entre Ses enfants chrétiens et musulmans »

Le samedi 8, nous avons été chaleureusement accueillis à la Grande Mosquée d’Oran. Fantasia, musique et costumes traditionnels, Une rose a été donnée à chacun, des foulards offerts aux femmes… Il a été rendu hommage aux dizaines de milliers de victimes, dont les 114 Imams qui ont payé de leur vie leur condamnation de la violence…

Puis, montée en minibus vers la Basilique N.D. de Santa Cruz, fraîchement restaurée, sur son promontoire dominant magnifiquement la baie d’Oran. La Messe de Béatification, prévue à 13h, et retransmise par KTO, a été célébrée sous la présidence du Cardinal Becciu, Préfet de la Congrégation pour la cause des Saints, représentant du Pape. Sur l’Esplanade « du vivre ensemble dans la paix » de la Basilique où était célébrée la Béatification, le ciel était radieux, plein de cette Paix et de cet Amour fraternel qui nous a tous unis dans une même joyeuse Espérance, priant le Seigneur « Que la paix et l’amitié l’emportent sur les forces de division et de haine » et que « Par leur intercession, se renforcent le dialogue, le respect et l’amour entre Ses enfants chrétiens et musulmans ».

Dès le début de l’Eucharistie, toute l’assemblée s’est levée pour une minute de silence à la mémoire des milliers d’intellectuels, de forces de l’ordre, d’artistes, de parents et d’enfants anonymes… Puis l’Évêque d’Oran, Mgr Jean-Paul Vesco, a lu le « testament spirituel » de Mohamed Bouchekhi, le jeune chauffeur musulman de Mgr Claverie… L’Évangile du jour (Annonciation) a été proclamé en français puis psalmodié en arabe par le Père Thierry Becker.

Chaque instant de cette belle Célébration est à retenir :

Les chants de la chorale subsaharienne, en plusieurs langues, variés, rythmés, joyeux,

Le déroulement de la banderole des 19 Bienheureux, lors de la lecture du décret de Béatification, les 19 prénoms chrétiens perdus dans la multitude des prénoms algériens écrits en français et en arabe : il n’y avait pas de symbole plus parlant pour évoquer ces vies données pour le Christ et son Evangile, pour et parmi le peuple algérien.

Un autre temps fort, celui où Mgr Paul Desfarges, Archevêque d’Alger, se déplace pour donner la Paix aux autorités civiles et religieuses algériennes, au milieu des applaudissements et des youyous, geste spontanément imité de part et d’autre de l’allée centrale. L’icône des 19 Martyrs, avec, en bas à droite, Mohamed, le chauffeur de Mgr Claverie, et la Mosquée devant lui, manifestant la volonté d’y associer tous les martyrs de la crise algérienne…

Retour à Tibhirine

Enfin le dimanche 9, nous remercions les autorités algériennes d’avoir organisé notre déplacement vers les lieux où avaient vécu les membres de nos familles ou de nos communautés : Alger, Tibhirine, Tizi-Ouzou…, et le retour le soir sur Alger cette fois, d’où nous repartions le 10. A Tibhirine, pour nous, accueillis par la Communauté du Chemin Neuf, moments intenses de retrouvailles avec les voisins et amis autour d’un couscous, recueillement à la chapelle du Monastère pour l’Eucharistie, et au « Jardin de la Résurrection » où reposent les 7 Frères, et où viennent se recueillir à longueur d’année des centaines d’Algériens et de nombreux visiteurs étrangers.

Ce que vit L’Église d’Algérie nous émerveille, un beau témoignage à partager ! Que les liens tissés et consolidés à l’occasion de la Béatification permettent à tous de goûter la joie de vivre ensemble dans le respect mutuel pour bâtir un monde plus juste et plus fraternel. En conclusion, citons le Père Thomas Georgeon, Cistercien, Postulateur de la cause des 19 : « Comme beaucoup, je reste dans l’émerveillement de l’accueil que nous avons reçu là-bas, montrant que le vivre ensemble n’est pas seulement une belle formule et un vœu pieux. Reste à l’incarner dans notre quotidien ! »

Source