Maroc-Algérie: la fracture du Maghreb

Le Maroc et l’Algérie sont, depuis leurs indépendances respectives, des voisins antagonistes. Le cpnflit frontalier a suscité une rivalité tenace qui a été aggravée par le différend sur le Sahara occidental lorsque Alger est devenu le principal soutien du Front Polisario. Ce conflit irrésolu et la fermeture bilatérale de la frontière, clôturée dans certaines sections, sont les deux plus grands représentants tangibles d’une hostilité qui désunit le Maghreb au détriment de ses citoyens.

Le Maroc et l’Algérie sont deux pays voisins qui partagent une histoire, une culture, une religion, des coutumes et des langues. Cependant, ce qui aurait pu être une base solide d’union et de prospérité a été coupé prématurément par l’incompatibilité des ambitions politiques et économiques de certains dirigeants obscurs des deux côtés de la frontière. Des décennies plus tard, la concorde et la fraternité ne peuvent même pas être intuitives en raison des barrières et entravent qui séparent les familles et divisent des villes similaires.

Les deux grands pays du Maghreb sont des ennemis intimes depuis leur indépendance. Après sa guerre d’indépendance (1954-1962), l’Algérie a hérité du vaste territoire saharien que les Français avaient délimité très en faveur de ce qui était leur département, au détriment de ce que le Maroc, son ancien protectorat, considérait comme son intégrité territoriale. Ainsi, l’un des objectifs fondamentaux de l’État algérien naissant était de conserver un territoire riche en ressources minérales, considéré comme l’équivalent du sang versé pendant la guerre, une question d’honneur national.

Cependant, l’extension disproportionnée de l’Algérie s’est heurtée aux ambitions irrédentistes marocaines, illustrées par la conception du Grand Maroc, promue dans les années 1940 par le chef du Parti de l’Indépendance – Istiqlal -, Allal el Fasi, et ravivée comme cause nationale sacrée depuis l’arrivée de Hasan II sur le trône en 1961. Le Grand Maroc comprend le Sahara algérien occidental – une zone réputée riche en fer et en hydrocarbures -, une partie du Mali et l’ensemble du Sahara occidental et de la Mauritanie. En conséquence, après l’indépendance de l’Algérie et le retrait des Français, le Maroc ne reconnaîtra pas les frontières bilatérales décidées par la France dans le désert et entreprendra l’acquisition de territoires qu’il considère comme les siens. Le conflit semblait inévitable et atteindrait son expression maximale avec la guerre éphémère des Sables (1963), dans laquelle les forces armées marocaines et une armée algérienne embryonnaire se battaient dans différentes positions frontalières. Le royaume alaouite remporterait une victoire militaire qui n’apporterait cependant pas de gains territoriaux et ne servirait qu’à porter un dur coup moral à son voisin algérien et à enraciner le ressentiment amer qui perdure à ce jour.

Cependant, la décennie qui a suivi le conflit dans les sables a été marquée par un certain relâchement entre les deux voisins, malgré la course aux armements amorcée et qui avait alors adopté des trajectoires antagonistes dans leurs relations internationales respectives. Le Maroc s’est penché vers l’Ouest, tandis que l’Algérie se dirigea vers l’Est, qui devint un rempart pour les mouvements de libération nationale inspirés par le socialisme et opérant dans le contexte de la guerre froide. Dans une erreur de calcul naïve, le Maroc a reconnu les frontières bilatérales avec l’Algérie entre 1969 et 1972 – bien qu’il n’ait pas ratifié les accords Ifrán et Rabat – en espérant que l’Algérie de Bumedien accorderait son soutien à ce qui était devenu le futur objectif prioritaire du royaume alaouite: l’annexion du Sahara espagnol. Bien que l’Algérie n’a exprimé, au début, aucune objection, ce pays, issu d’un mouvement de libération nationale, finirait par choisir de devenir le principal défenseur du Front Populaire de Libération de Saguía el Hamra et Rio de Oro (Front Polisario), fondé en 1973 et qui a proclamé, trois ans plus tard, la République arabe démocratique sahraouie (RASD).

De cette manière, l’occupation marocaine du Sahara occidental a commencé avec la Marche Verte – dans laquelle près de 350.000 Marocains, instigués par leur monarque, se sont installés en territoire sahraoui – allait laisser lieu à une nouvelle guerre dans laquelle les deux pays voisins seraient à nouveau impliqués. L’Algérie est devenue le principal fournisseur d’armes – avec la Libye – et un refuge pour le Polisario, dont la base d’opérations est située dans la région algérienne de Tindouf, à partir de laquelle il lançait ses attaques.

Il faudrait attendre la fin des années quatre-vingt pour une nouvelle approche éphémère entre les antagonistes. La guerre au Sahara occidental était enracinée et ne semblait pas avoir de solution militaire. Les deux pays étaient épuisés par le coût élevé de la guerre pour le Maroc et par la crise économique algérienne provoquée par la chute brutale du prix des hydrocarbures, pierre angulaire de son économie. Devant cette situation, les négociations de paix parrainées par les Nations unies ont fini par donner lieu à un cessez-le-feu et non à la résolution du conflit. En 1988, les deux pays rétablirent des relations diplomatiques rompues depuis que l’Algérie a reconnu la RASD en février 1976 et ont rouvert la frontière bilatérale. Parallèlement, ils faisaient partie de l’Union du Maghreb arabe, qui avait commencé en 1989 comme une expérience régionale prometteuse d’intégration économique et politique de l’Afrique du Nord, mais qui finirait par être un échec retentissant face à la fermeture continue de ses deux plus principaux membres.

En fait, en 1994, la concorde illusoire de voisinage a pris fin. Dans le contexte de la guerre civile algérienne, le Maroc a accusé les services de renseignement algériens d’avoir participé à l’attaque terroriste perpétrée par deux Français d’origine algérienne dans un hôtel à Marrakech où sont morts deux Espagnols. Le royaume alaouite a imposé le visa aux citoyens algériens qui souhaitaient entrer dans leur pays, ce à quoi l’Algérie a répondu en fermant la frontière bilatérale jusqu’à présent. Depuis lors, Alger a tenté de conditionner l’ouverture des frontières à la question du Sahara et a refusé de traiter les deux questions séparément, ce qui approfondit le schisme du voisinage.

L’hégémonie maghrébine est disputée en Afrique

Bien que l’arrivée en 1999 de Mohamed VI et de Buteflika – leader historique de la guerre de libération algérienne né au Maroc – à la tête de l’Etat semblait prometteuse, il n’y a pas eu de progrès significatif dans la première décennie de 2000. Au contraire, les bagarres diplomatiques et les accusations contre le voisin pour avoir incité à la convulsion interne ont été fréquentes. Le domaine militaire a incarné la situation de calme tendu dans les relations bilatérales. Les deux pays ont organisé une course aux armements rapide, encouragée en Algérie par les généreux revenus générés par les hydrocarbures au cours de la première décennie du siècle. Malgré les efforts du Maroc, son budget militaire a été dépassé à partir de 2006 et ce n’est que ces dernières années, en raison de la plus grande fragilité économique de l’Algérie, qu’il a été capable de remonter d’une façon timide.

Cette poulse militaire a eu pour résultat de faire de l’Algérie le pays qui dispose du budget militaire le plus important en Afrique – environ un tiers du budget militaire combiné du reste du continent – et le cinquième du monde où les dépenses militaires sont les plus élevées par rapport au PIB % en 2017-. Pour sa part, le Maroc est la quatrième armée africaine en budget. En outre, ils sont les deux plus gros importateurs d’armes sur le continent: l’Algérie, septième plus grand importateur au monde, a couvert 52% des armes importées en Afrique entre 2013 et 2017, contre 12% des importations marocaines. L’augmentation des dépenses militaires a été justifiée par l’intensification de l’instabilité régionale au Maghreb et au Sahel du fait des printemps arabes et de la présence accrue de groupes terroristes dans la région, comme Al-Qaïda au Maghreb islamique qui, en réalité, est né de la guerre civile algérienne.

Dans le domaine diplomatique et économique, ces dernières années ont été marquées par une dense activité diplomatique du Maroc, en particulier dans le Golfe et sur le continent africain. Cela contraste avec l’action étrangère décroissante de son voisin – un pays de référence et puissance en Afrique dy Nord dans le passé – illustrée par l’état de santé fragile de son président, prostré en fauteuil roulant depuis qu’il a subi un accident vasculaire cérébral en 2013. Depuis le début de son règne, Mohamed VI a visité une trentaine de pays africains et le Maroc est devenu le deuxième investisseur africain sur le continent – après l’Afrique du Sud – et le premier dans la région de l’Afrique de l’Ouest. Parallèlement, il a promu son soft power religieux par l’intermédiaire de Radio Mohamed VI et de l’Institut Mohamed VI, qui offre des dizaines de bourses à des imams subsahariens en formation dans le domaine de l’enseignement, environ 10.000 subsahariens étudient dans des universités marocaines.

Cette diplomatie marocaine vigoureuse lui a conféré l’avantage politique de réintégrer l’Union africaine, une organisation qu’il a quitté en 1984 pour avoir accepté la RASD en tant que membre. Pour cela, il a bénéficié du soutien de 39 des 54 États membres, soit trois de plus qu’il n’en faudrait pour expulser la RASD de l’organisation lors d’un vote aujourd’hui encore très hypothétique. Cependant, avec son air panafricain renouvelé et son appartenance à l’Union africaine, le Maroc s’est assuré un forum pour obtenir le soutien de sa cause au détriment de l’Algérie, qui reste le principal abri diplomatique pour les Sahraouis.

Face à l’augmentation de la projection internationale marocaine, Alger a tenté de réagir malgré le mauvais moment économique qu’elle traverse. L’Algérie a reçu de nombreuses visites de représentants africains ces dernières années, bien que l’état de santé de son président ait forcé l’annulation de certains d’entre eux. En outre, cherchant à diversifier ses sources de revenus et à dynamiser son économie en difficulté, l’Algérie a organisé fin 2016 un forum sur les investissements en Afrique auquel ont participé 3500 dirigeants politiques et économiques de 42 États africains, peu après la tenue du sommet de Marrakech par son antagoniste maghrébin sur le changement climatique. Parallèlement à cela, il a renforcé les liens avec son allié traditionnel, le Nigeria, en reprenant les négociations pour la construction du gazoduc Trans-Sahara et a renforcé la coopération avec des pays tels que le Mali et la Libye.

Le croisement de déclarations hostiles et les échauffourées diplomatiques algéro-marocaines continuent de marquer des relations bilatérales dont le rétablissemt s’avère lointain. Vous n’avez pas besoin de remonter très loin dans le temps pour trouver de nombreux exemples qui ont montré des signes de tension latente, alternant parfois avec des gestes apaisants. Dans l’un d’entre eux, le Maroc a demandé l’ouverture des frontières en 2008 comme une étape préalable à la normalisation des relations. L’Algérie, fidèle à sa position, a refusé d’alléguer que cela devait passer par les avancées du litige en suspens, à la fois la frontière et le Sahara occidental. Cependant, aucun d’entre eux n’envisage une résolution proche et ce qui a vraiment progressé c’est la fermeture des deux pays, qui ont commencé en 2014 à ériger des barrières sur des centaines de kilomètres de la frontière commune.

Plus récemment, les affrontements et les discordes diplomatiques, qui ont parfois touché la grossièreté, ont été une constante. À titre d’exemple, Rabat a annoncé en décembre 2016 une régularisation massive d’immigrés, une semaine à peine après que l’Algérie ait expulsé environ 1400 immigrants sub-sahariens au Niger, avec lesquels le gouvernement marocain avait envoyé 116 tonnes de nourriture à titre d’aide humanitaire. Quelques mois plus tard, c’est l’Algérie qui a fini par accueillir 54 réfugiés syriens bloqués dans un no-man’s land selon Alger, et en Algérie selon. Tous deux ont été accusés de ne pas s’être acquittés de leurs obligations d’accueil et le gouvernement algérien a fini par appeler son ambassadeur au Maroc pour des consultations.

Entre-temps, le Maroc a accusé le directeur général du ministère algérien des Affaires étrangères d’attaquer un diplomate marocain lors du forum de l’ONU sur la décolonisation tenu à Saint-Vincent-et-les Grenadines. Quelques mois plus tard, le royaume alaouite a retiré son ambassadeur à Alger après que le ministre algérien des Affaires étrangères ait accusé les banques marocaines – dont la présence s’était nettement accrue en Afrique subsaharienne – de blanchir l’argent du haschisch sur le continent et avait suggéré que la compagnie aérienne nationale Air Maroc transportaité « plus que des passagers ». Loin d’une rétractation officielle, le Premier ministre algérien a ajouté des mois plus tard que « tout le monde sait d’où vient le haschisch en Afrique du Nord ». Un dernier épisode remarquable de cette séquence bilatérale disparate s’est produit en mai 2018 lorsque le Maroc a rompu ses relations avec l’Iran après l’avoir accusé de soutenir le Polisario par le biais du Hezbollah avec la bénédiction et le parrainage de l’Algérie, un pays qui accueille les exilés sahraouis.

Il est malheureusement paradoxal que deux pays qui auraient été prédestinés à s’unire continuent de refuser un échange qui apporterait certainement des avantages aux deux côtés de la frontière. Sur le plan social, il n’y a pratiquement aucune communication ; il n’y a aucun moyen de traverser la frontière en toute légalité et les vols et les ferries à destination du pays voisin sont rares et coûteux. Cela a originé une forte industrie de la contrebande, en dépit des efforts pour la contenir, qui comprend la nourriture, le carburant et le hachisch.

Dans le domaine de la sécurité, le schisme bilatéral favorise un manque total de coordination dans la lutte contre le terrorisme, une préoccupation pressante pour les deux pays. Sur le plan économique, leurs économies sont très complémentaires, mais les deux pays sont obligés d’importer des produits à un prix plus élevé qu’ils pourraient acheter directement à leur voisin. La fermeture de la frontière fait du Maghreb la région la moins intégrée au monde sur le plan commercial: seulement 4,8% du volume commercial de l’Afrique du Nord est destiné à un autre pays du Maghreb; il représente moins de 2% du PIB régional. Avec une plus grande intégration, le PIB individuel de ces pays augmenterait d’au moins 5%. Au contraire, la fermeture des frontières signifie que souvent les marchandises destinées aux villes frontalières ou aux ports du pays voisin situés sur la même côte doivent transiter par des villes telles que Marseille, Alicante ou Almeria, ce qui prouve l’inconvénance et l’absurdité de la situation.

La normalisation des relations bilatérales devrait être une priorité politique pour le Maroc et l’Algérie pour le seul bien-être de ses citoyens, qui assument en fin de compte les coûts supplémentaires de la fermeture bilatérale, ceux qui cessent de bénéficier d’un échange culturel entre deux nations qui devraient être fraternelles et ceux qui voient comment leurs impôts continuent d’être utilisés pour gonfler des dépenses militaires exorbitantes. Cependant, cette approche n’est pas intuitive à court terme. D’une part, les conflits qui favorisent l’hostilité mutuelle sont loin d’être résolus; d’autre part, Alger et Rabat ont montré qu’avoir un ennemi à viser était en fin de compte extrêmement utile pour camoufler leurs propres déficiences internes.

Visited 1 times, 1 visit(s) today