Maroc :L’utilisation de macaques barbares en voie de disparition comme accessoires photographiques pourrait avoir un impact négatif sur le tourisme.

Contact avec des macaques captifs perçu comme inacceptable et potentiel pour la santé ; risque pour la sécurité

Les animaux sauvages sont de plus en plus exploités à des fins de divertissement et de photos. Une nouvelle étude souligne que les touristes marocains s’opposent à l’utilisation de macaques barbares comme accessoires photographiques, ce qui soulève des inquiétudes concernant le bien-être de l’animal et les risques pour la santé humaine. Les résultats sont présentés aujourd’hui à la conférence annuelle de la British Ecological Society à Birmingham.

Les macaques de Barbarie (Macaca sylvanus, L.), la seule espèce de primate endémique du Maroc et de l’Algérie, sont classés comme  » menacés d’extinction  » sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN depuis 2008. Il est interdit de les vendre ou de les garder comme animaux de compagnie.

Malgré les restrictions, les macaques barbares sont utilisés comme accessoires photographiques pour les touristes, principalement dans la célèbre place Jemaa el-Fna de Marrakech (classée au patrimoine mondial de l’UNESCO) et dans d’autres grandes villes du Maroc et en Algérie. Un macaque enfantin peut servir d’accessoire photo 18 fois par heure et coûter jusqu’à 100 Dirhams (~20£) aux visiteurs. Cette pratique pourrait permettre à leurs maîtres de gagner l’équivalent d’un revenu mensuel moyen d’un ménage marocain en seulement 3-4 jours ouvrables.

Des chercheurs de l’Université Napier d’Edimbourg ont interrogé 513 visiteurs nationaux et internationaux dans la place Jemaa el-Fna pendant les vacances de Pâques, lorsque le tourisme était à son apogée, en utilisant un questionnaire en 25 points pour évaluer leur perception des accessoires photo de primates.

88 % des répondants n’avaient ni l’intention d’utiliser les accessoires photographiques ni l’ont fait. Plus de 200 personnes l’ont trouvé inacceptable pour des raisons éthiques ou de bien-être animal.

Jay Mackinnon, professeur de sciences appliquées à l’Université Napier d’Edimbourg, a commenté : « La plupart des personnes interrogées n’ont pas vu les macaques comme une attraction et ont trouvé les accessoires photo déconcertants. Ils avaient pitié des animaux et s’inquiétaient de l’hygiène et du risque de transmission d’infections graves. »

Il est intéressant de noter que si 66 % étaient d’accord pour dire que cette pratique devrait être illégale, 80 % ignoraient qu’elle l’est déjà dans le pays.

« Le nombre de macaques de Barbarie a chuté de plus de 50 % depuis les années 1980 en raison de la perte d’habitat et de la vente illégale de juvéniles comme animaux de compagnie. Seulement un participant à l’enquête sur quatre savait que cette espèce est en voie de disparition « , a déclaré Kristina Stazaker qui a dirigé la recherche dans le cadre de son projet de maîtrise à l’université.

« Voir les primates comme des animaux de compagnie ou des accessoires photographiques, que ce soit dans les médias ou dans les destinations touristiques, peut laisser supposer qu’ils sont nombreux et qu’il convient de les garder comme animaux de compagnie « , a-t-elle ajouté.

Les visiteurs qui se sont fait photographier avec un macaque ou qui prévoyaient le faire ont apprécié l’occasion rare d’interagir avec l’animal, bien que la moitié d’entre eux aient dit qu’ils n’avaient pas apprécié l’expérience car les commerçants avaient fait pression sur eux ou maltraité les macaques.

Mackinnon conclut : « La place Jemaa el-Fna est un endroit magnifique avec des artistes de rue, de la nourriture et des stands de souvenirs, attirant des touristes du monde entier. Nous savons que la perception d’un mauvais bien-être animal peut contribuer à une expérience ou une image négative de la destination visitée. Il serait dommage que les touristes enlèvent des souvenirs du Maroc qui sont négatifs à cause de cette pratique contraire à l’éthique. »

Les macaques de Barbarie sont visibles à l’état sauvage dans le parc national d’Ifrane et dans les cascades d’Ouzoud. L’étude souligne que, si elles sont bien gérées, les entreprises d’écotourisme pourraient offrir une meilleure expérience aux touristes qui apprécient les rencontres d’animaux sur ces sites.

L’équipe présentera ses conclusions le mardi 18 décembre 2018 lors de la réunion annuelle de la British Ecological Society, qui réunira 1.200 écologistes de plus de 40 pays pour discuter des dernières recherches.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.