Brexit : Gibraltar offre une ouverture diplomatique au Maroc pour récupérer Ceuta et Melilla

Selon le site Morocco World News, les négociations entre l’Espagne et le Royaume Uni sur le rocher de Gibraltar « offrent à Rabat la possibilité de gagner à la fois le soutien anglais et espagnol dans le conflit du Sahara occidental et des discussions ouvertes sur le futur de Ceuta et Melilla ». 

« Pedro Sanchez a tenté à plusieurs reprises d’utiliser les négociations sur le Brexit pour relancer les appels de l’Espagne à une souveraineté partagée sur Gibraltar une fois que le Royaume-Uni aura quitté l’UE. En fait, son gouvernement a menacé d’opposer son veto à un accord Brexit sur le statut du Rocher », a-t-il indiqué. « Alors que l’Espagne pousse son agenda à Bruxelles, les Marocains devraient discuter avec les Britanniques et les Européens de l’avenir des villes marocaines de Ceuta et Melilla occupées par l’Espagne », souligne-t-il.

La même source rappelle que « le Maroc ne participe peut-être pas aux négociations Brexit, mais toute modification du statut de Gibraltar devrait être une préoccupation majeure pour ses diplomates. Si les positions espagnoles devEnenaient effectivement une politique de l’UE, l’Espagne aurait remporté une victoire majeure ».

« Une souveraineté partagée sur Gibraltar doit ouvrir la porte à un accord similaire entre le Maroc et l’Espagne sur les deux enclaves. Certains diront peut-être qu’il n’y a pas de relations apparentes entre les deux affaires, mais le fait que l’Espagne ait insisté sur le fait que Gibraltar ne fait pas partie de la Grande-Bretagne et n’est donc couvert par aucun accord est le même que le Maroc qui affirme sa souveraineté sur Ceuta, Melilla et le Sahara occidental », rappelle-t-il.

« La bonne volonté de l’Espagne à l’égard du Maroc doit se traduire par un soutien concret des positions de Rabat sur des sujets stratégiques. Si M. Sanchez insiste pour avoir son mot à dire sur l’avenir de Gibraltar malgré le désir de la population locale de rester au Royaume-Uni, alors Madrid devrait soutenir la position similaire de Rabat au Sahara occidental », conclue-t-il.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.