Les ambitions africaines de l’Algérie

L’Algérie se tourne résolument vers l’Afrique. Elle ambitionne de se positionner comme un acteur économique principal du continent avec, notamment ses entreprises qui peuvent y investir et ses produits de qualité qui commencent à être exposés un peu partout.

Ainsi après, notamment Nouakchott où l’Algérie a ouvert un comptoir, Dakar ou encore Libreville, notre pays est présente au Caire dans le cadre des travaux de la 7ème réunion des ministres du commerce de l’Union africaine (UA). Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, a rappelé, hier, l’engagement de l’Algérie dans la concrétisation de tout projet visant la contribution effective dans le développement socio-économique de l’Afrique.

Lors de son allocution au travaux de la réunion, qui se tient depuis hier et qui prend fin aujourd’hui, dans la capitale égyptienne, M. Djellab a déclaré à ses homologues que «vous pouvez compter sur la délégation de mon pays qui est entièrement disposée à s’associer à tout consensus permettant la finalisation des instruments permettant la mise en pratique des textes fondateurs de la Zone de libre-échange africaine (Zlecaf)».

A ce propos, il a soutenu que les intenses réunions des institutions de la Zlecaf , organisées tout au long de l’année 2018, «ont permis, certes, de réaliser des avancées considérables mais, plus important, de mettre le doigt sur ce qui nous sépare de l’atteinte des résultats escomptés». Selon le ministre, il incombe à l’ensemble des pays africains de régler les questions restées en suspens et présentées par les négociateurs.

«Il est clair que nous sommes venus participer à cette réunion, animés d’une volonté inébranlable à la mesure de l’intérêt porté par nos chefs d’Etat et de gouvernement à nos délibérations et à leurs attentes», a-t-il ajouté, estimant que cela permettait de croire que l’aboutissement de la première phase du long processus des négociations «est à la portée des pays membres».

Pour lui, la présence des ministres de l’ensemble des pays membres de l’UA à cette réunion confirme leur volonté commune d’aller vers le renforcement d’un commerce intra-africain basé sur la complémentarité et orienté vers un objectif commun consistant à réaliser la prospérité et le développement de leurs économies respectives.

De leur côté, de nombreux chefs d’entreprises algériennes ont affirmé que leur participation à la 1ère édition de la Foire commerciale intra-africaine (IATF2018), tenue actuellement au Caire, ainsi qu’aux expositions spécifiques des produits algériens organisées cette année dans plusieurs pays, leur a donné davantage de confiance en leurs capacités d’intégrer les marchés extérieurs. Approchés par l’APS lors de cette Foire commerciale du continent africain, organisée du 11 au 17 décembre dans la capitale égyptienne, ces dirigeants d’entreprises nationales se sont dit «confiants et capables» de pénétrer les marchés étrangers, notamment africain, ajoutant que leurs produits peuvent se prévaloir en termes de qualité et de prix n’ont rien à envier aux produits des pays occidentaux.

Au niveau du stand d’une entreprise spécialisée dans la production de pâtes et d’autres produits agroalimentaires, son représentant considère que la participation à la série de salons, organisés dans plusieurs pays par le ministère du Commerce, est un «testeur efficace» de la qualité des produits algériens.

De son côté, le représentant d’une entreprise de fabrication d’huile d’olive soutient que ces expositions ont permis d’établir des contacts prometteurs. Il a, dans ce contexte, appelé à la poursuite continue de l’organisation de ce type d’expositions, car, fait-il valoir, «le contact direct permet d’identifier les partenaires étrangers potentiels et les opportunités d’affaires».

Pour sa part, le représentant d’une entreprise de fabrication de produits plastiques a souhaité la mise en place davantage de facilités pour aider les producteurs à exporter leurs marchandises, estimant que les procédures actuelles demeurent «lentes».

Pour rappel, cette réunion des ministres africains du Commerce se tient en marge de la 1ère édition de la Foire commerciale intra-africaine, organisée du 11 au 17 décembre au Caire et qui regroupe 1 200 entreprises des pays africains dont 38 entreprises algériennes. S.A.M.

Les Débats

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.