Rabat: “Le dialogue s’appuyant sur des intermédiaires pour régler le différend avec l’Algérie n’aboutit à rien”

Le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha El Khalfi a déclaré que le dialogue qui repose sur des mécanismes régionaux et des intermédiaires pour régler le différend avec l’Algérie n’aboutira pas à de meilleurs résultats.

C’est ainsi qu’a réagi ce responsable marocain à la satisfaction de la Tunisie qui a loué les efforts consentis et par le Maroc et par l’Algérie pour mettre fin à leurs désaccords.

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, a posté, il  y a quelques jours, sur son compte facebook:” Nous suivons les efforts des dirigeants des deux pays frères afin d’enterrer le dossier des différends bilatéraux, arabes et régionaux, y compris le différend algéro-marocain”.

“Le dialogue basé sur des mécanismes régionaux et des intermédiaires pour régler le différend avec l’Algérie n’aboutira pas à de meilleurs résultats”, a déclaré le ministre marocain dans une interview accordée à l’agence turque Anadolu.

“Le roi du Maroc, Mohamed VI a lancé depuis trois semaines une initiative pour régler le désaccord avec l’Algérie”,  a-t-il fait savoir.

“L’initiative consiste en la mise en place d’un mécanisme politique de dialogue et de concertation avec l’Algérie auquel cette dernière avait appelé”, a-t-il expliqué.

En effet, cette initiative a été dévoilée lors d’un discours télévisé destiné à l’opinion publique locale et internationale sachant que l’Algérie n’a pas été saisie officiellement.

 Par ailleurs, El Khalfi a dit que le royaume déplore l’absence d’une réponse officielle des autorités algériennes à l’invitation marocaine.

Il a souligné également que le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita avait demandé le 26 novembre dernier aux officiels algériens de donner une suite à la démarche entreprise par Rabat.

S’agissant de la rencontre de Genève, El Khalfi a dit: “La rencontre de Genève a été encadrée par l’ONU…Il ne s’agit pas de discussions directes. Le Maroc a tranché la question et pris sa position”, réitérant le rejet par son pays des résolutions internationales prétendant qu’”il n’y aura pas de solution à la question sahraouie que dans le cadre d’autonomie sous souveraineté marocaine”.

Dans le même sillage, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz a dit que “son pays s’attache à la parfaite impartialité entre l’Algérie et le Maroc”, soulignant dans un entretien au journal Le Monde: “Notre but consiste à trouver une solution collective qui satisfera Sahraouis et Marocains. Ce problème paralyse et compromet le développement du Maghreb arabe”.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.